Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : l'ONU va déployer 10 000 casques bleus

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre les jihadistes

En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

Afrique

L'ONU accuse le régime de Kadhafi de crimes contre l'Humanité

Vidéo par Alix LE BOURDON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/06/2011

Tripoli a été la cible de nouveaux raids de l'Otan dans la nuit de mardi à mercredi alors qu'une commission de l'Onu a accusé la veille le régime de Kadhafi de crimes contre l'Humanité et de crimes de guerre contre les manifestants.

AFP - L'Otan a mené tôt jeudi de nouveaux raids sur Tripoli, alors qu'une commission d'enquête de l'ONU a accusé mercredi le régime du colonel Mouammar Kadhafi d'avoir commis des crimes contre l'humanité dans la répression du soulèvement populaire en Libye.
              
Six puissantes explosions ont été ressenties vers 00H35 locale (22H35 GMT), suivies par plusieurs autres quelques minutes plus tard dans la capitale, cible de raids intensifs de l'Otan depuis près d'une dizaine de jours, a constaté un journaliste de l'AFP.
              
La veille, une commission d'enquête créée par le Conseil des droits de l'homme de l'ONU a annoncé avoir identifié "une série de violations graves" des droits de l'Homme et du droit international humanitaire".
              
"Des crimes contre l'humanité et des crimes de guerre ont été commis par les forces du gouvernement libyen", a-t-elle conclu, évoquant "un recours excessif à la force contre les manifestants, au moins dans les premiers jours des manifestations, ayant entraîné un nombre important de morts et de blessées".
              
Le rapport mentionne aussi des détentions arbitraires, des disparitions forcées, des obstacles à l'accès aux soins médicaux et des "attaques graves" contre les médias.
              
Du côté de la rébellion, la commission a dit avoir "trouvé quelques actes qui constituent des crimes de guerre", en particulier des cas de "torture ainsi que d'autres formes de traitements inhumains et dégradants", commis aussi par le régime.
              
Citant des estimations de Tripoli, de Benghazi et des ONG, la commission estime que les violences ont fait entre "10.000 et 15.000 morts" depuis le début de la révolte mi-février.
              
A Bruxelles, l'Otan a assuré que le départ du colonel Kadhafi n'était qu'une question de temps. "La question n'est pas de savoir si Kadhafi va partir, mais quand", a déclaré le secrétaire général de l'Alliance atlantique, Anders Fogh Rasmussen. Cela "pourrait prendre un certain temps, mais cela pourrait aussi survenir dès demain", a-t-il précisé.
              
Quelques heures plus tôt, M. Rasmussen avait annoncé dans un communiqué une prolongation pour trois mois de la mission de l'Otan en Libye, qui devait à l'origine s'achever à la fin du mois de juin.
              
"Notre décision envoie (...) un message clair au peuple libyen: l'Otan, nos partenaires, la communauté internationale dans son ensemble sont à vos côtés", a-t-il insisté. "Nous sommes unis pour vous assurer que vous pourrez bâtir votre propre avenir. Et ce jour se rapproche", a-t-il insisté, même si la résolution de l'ONU autorisant l'intervention militaire internationale ne réclame pas le départ du colonel Kadhafi.
              
L'Otan a pris le 31 mars les rênes de l'opération militaire en Libye, lancée le 19 mars après plus d'un mois de révolte réprimée dans le sang par le régime du colonel Kadhafi, au pouvoir depuis près de 42 ans.
              
Mais depuis, malgré plus de 9.000 sorties d'avions de l'Otan, dont près de 3.500 avec un objectif de frappe, le conflit semble s'enliser.
              
Selon un décompte du régime de Tripoli, les raids ont fait 718 morts et 4.067 blessés parmi les civils entre le 19 mars et le 26 mai.
              
"Nous n'avons aucune indication que ce soit le cas", a répondu une porte-parole de l'Otan, Carmen Romero, précisant que l'Alliance n'avait personne au sol pour évaluer l'impact précis de ses frappes. "L'Otan mène ses opérations avec beaucoup de soin et de précision pour faire appliquer le mandat de l'ONU protégeant les civils", a-t-elle assuré.
              
A Benghazi, "capitale" de la rébellion, un attentat à l'explosif a éventré deux voitures sur le parking d'un grand hôtel hébergeant des diplomates, des journalistes et des responsables de l'opposition, sans faire de victime, a constaté un journaliste de l'AFP.
              
C'était dans cet hôtel que le ministre italien des Affaires étrangères, Franco Frattini avait déclaré mardi que le régime de M. Kadhafi était "fini", apportant un plein soutien au Conseil national de transition (CNT), organe politique de la rébellion.
              
Le CNT a condamné cet attentat à la bombe, qu'il attribue au régime de Mouammar Kadhafi.
              
"Cet acte de terrorisme montre, une fois de plus, la caractère irresponsable et criminel du régime Kadhafi. Aucun acte terroriste ne peut renverser le mouvement vers la liberté, la démocratie et les droits de l'homme en Libye, choisi par le peuple et soutenu par la communauté internationale", indique un communiqué signé du président du CNT, Moustapha Abduljalil.
              
Mercredi, Malte a rejoint la France, l'Italie, le Royaume-Uni, le Qatar, la Gambie et la Jordanie en annonçant qu'il considérait le CNT comme "le seul représentant légitime du peuple libyen".
              
Parallèlement, le régime de Tripoli a continué de s'effriter avec l'annonce de la défection du ministre du Pétrole, Choukri Ghanem, qui a déclaré mercredi à Rome avoir "quitté son pays" pour rejoindre la rébellion et "combattre pour un Etat démocratique", selon l'agence italienne Ansa.
              
"J'ai travaillé en Libye pendant de nombreuses années, en pensant pouvoir faire des réformes de l'intérieur. Mais ce n'est pas possible, surtout maintenant que le sang a été versé", a expliqué M. Ghanem, qui avait quitté la Libye il y a deux semaines.
              
Outre les morts et les blessés, le conflit a poussé 893.000 personnes, essentiellement des travailleurs migrants, à fuir le pays, selon l'ONU.
              
Mercredi, les autorités tunisiennes ont dû venir en aide à 700 réfugiés partis de Libye pour l'Italie, mais dont l'embarcation est tombée en panne en pleine mer. Et les forces armées maltaises ont secouru une embarcation avec 76 réfugiés fuyant la ville rebelle de Misrata (ouest).
              
Au moins 1.200 personnes ayant quitté la Libye pour rejoindre l'Europe en bateau sont mortes ou portées disparues depuis trois mois, selon l'ONU.

Première publication : 02/06/2011

  • LIBYE

    Le médiateur Jacob Zuma accuse l'Otan de saper les efforts de paix

    En savoir plus

  • LIBYE

    Huit officiers libyens rallient le camp des insurgés

    En savoir plus

  • LIBYE

    L'Otan poursuit ses raids aériens sur Tripoli

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)