Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

MODE

Fashion week : promenade pour un objet d’exception

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande : un sursaut possible ?

En savoir plus

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy fait son retour en politique... sur Facebook

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de la Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

  • Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

    En savoir plus

  • Après le "non" de l’Écosse, la Catalogne prépare son propre référendum

    En savoir plus

  • Ebola : l'infirmière française contaminée reçoit un traitement expérimental

    En savoir plus

EUROPE

Devant le TPIY, Ratko Mladic estime avoir "défendu son pays"

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/06/2011

Ratko Mladic a comparu pour la première fois devant le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie, ce vendredi. L'ex-chef des Serbes de Bosnie a refusé de plaider coupable ou non coupable des chefs d'accusation dont il est inculpé.

Ratko Mladic, qui se présentait pour la première fois devant le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) à La Haye, ce vendredi, a refusé de plaider coupable ou non coupable après la lecture des 11 chefs d’accusation portés contre lui. "Je voudrais lire et comprendre avec mes avocats ces terribles accusations que vous portez contre moi. Ces mots sont monstrueux, je n’en ai jamais entendus de tels précédemment."

Le massacre de Srebrenica

En juillet 1995, l’armée de la République serbe de Bosnie, commandée par le général Ratko Mladic, entre dans l’enclave musulmane de Srebrenica, pourtant considérée comme "zone de sécurité" de l’ONU. Exactions, viols, assassinats…

En quelques jours, les hommes de Mladic massacrent plus de 8 000 hommes et adolescents alors que 400 Casques bleus patrouillent dans la région. Les victimes sont principalement des hommes. Les femmes et les enfants ont été évacués en bus. On compte néanmoins quelques enfants et plusieurs dizaines de jeunes filles parmi les victimes.

Ce nettoyage ethnique est considéré comme le pire massacre commis en Europe depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. En 2004, il est qualifié de génocide par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY).

Bien qu'il se soit plaint à plusieurs reprises de son état de santé, Ratko Mladic est apparu combatif et avide de se défendre. "J’ai défendu mon peuple, je suis le général Mladic, a affirmé l’accusé. Je n’ai tué personne, ni en Libye ni en Afrique. J’ai défendu mon pays (…)."

L’ancien chef militaire des forces serbes de Bosnie a salué avec arrogance les veuves de Srebrenica venues témoigner au procès. Il a répété son incompréhension de devoir comparaître devant un juge. "Je n’ai à me plaindre que de la procédure. Cela m’irrite lorsque je vois les toges portées par ces gens-là. Je préférerais être tué par un policier américain."

Dans la salle d’audience, un groupe de femmes ayant perdu maris et fils durant le massacre de Srebrenica, en juillet 1995, ont protesté à plusieurs reprises contre l’attitude de Ratko Mladic. "Elles sont intervenues pour traiter Mladic d’assassin et de menteur, raconte Stéphanie Maupas, correspondante à La Haye. Mais elles ont été rappelées à l’ordre par le service de sécurité."

Une procédure longue

Au cours de l'audience, le magistrat s’est informé de la santé de Ratko Mladic. L’accusé s’est plaint d’une mauvaise santé et de stress, et a demandé le huis clos pour donner davantage de détails sur son état physique. Selon son avocat en Serbie, Milos Saljic, celui-ci a été opéré et soigné par chimiothérapie en 2009 pour un cancer du système lymphatique.

Bien que le prévenu ait demandé un délai plus long, le juge néerlandais Alphons Orie a fixé une nouvelle audience au 4 juillet 2011 à 10h, dans la même salle. À cette date, il devra dire s’il plaide coupable ou non. Le procès en tant que tel aura lieu plus tard.

Le dossier comprend 11 chefs d’accusation pour crimes de guerre, crimes contre l’humanité et génocide commis entre 1992 et 1995. Ratko Mladic doit répondre, en tant que chef des opérations des forces serbes de Bosnie, de meurtres, de viols, de pillages, de persécutions et d’actes inhumains perpétrés à l’encontre d’une population ciblée : les musulmans et les Croates de Bosnie. L’ancien général est accusé d’avoir participé à une entreprise criminelle commune, dont l’objectif était de rendre une partie des territoires de Bosnie - ceux convoités par les Serbes - ethniquement pure et uniquement serbe.

"Certains événements seront scrutés avec attention, explique la correspondante de FRANCE 24 à La Haye, Stéphanie Maupas. Tels que les 44 mois du siège de Sarajevo, au cours duquel 10 000 personnes ont été tuées, notamment par les snipers qui visaient les civils depuis les hauteurs de la ville, et le massacre de Srebrenica, en juillet 1995, pendant lequel 7 000 hommes et garçons ont trouvé la mort. Et enfin, l’épuration ethnique dans les villages de Bosnie."

 

Première publication : 03/06/2011

  • SERBIE

    La lumière sera faite sur la cavale de Mladic, assure Tadic

    En savoir plus

  • SERBIE

    Ratko Mladic, génocidaire méthodique et implacable

    En savoir plus

  • SERBIE

    L'ancien chef militaire Ratko Mladic extradé vers La Haye

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)