Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après le 17, le 18"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : les prestations sociales gelées jusqu'en octobre 2015

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après moi, le déluge"

En savoir plus

  • En direct : Bouteflika et Benflis ont voté, faible participation attendue

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • Nigeria : confusion autour du sort des 129 lycéennes enlevées par des islamistes

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • Crise ukrainienne : Poutine s'adresse aux Russes, les diplomates réunis à Genève

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • Anelka affirme ne pas avoir accepté l’offre du club brésilien

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

EUROPE

Devant le TPIY, Ratko Mladic estime avoir "défendu son pays"

©

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/06/2011

Ratko Mladic a comparu pour la première fois devant le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie, ce vendredi. L'ex-chef des Serbes de Bosnie a refusé de plaider coupable ou non coupable des chefs d'accusation dont il est inculpé.

Ratko Mladic, qui se présentait pour la première fois devant le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) à La Haye, ce vendredi, a refusé de plaider coupable ou non coupable après la lecture des 11 chefs d’accusation portés contre lui. "Je voudrais lire et comprendre avec mes avocats ces terribles accusations que vous portez contre moi. Ces mots sont monstrueux, je n’en ai jamais entendus de tels précédemment."

Le massacre de Srebrenica

En juillet 1995, l’armée de la République serbe de Bosnie, commandée par le général Ratko Mladic, entre dans l’enclave musulmane de Srebrenica, pourtant considérée comme "zone de sécurité" de l’ONU. Exactions, viols, assassinats…

En quelques jours, les hommes de Mladic massacrent plus de 8 000 hommes et adolescents alors que 400 Casques bleus patrouillent dans la région. Les victimes sont principalement des hommes. Les femmes et les enfants ont été évacués en bus. On compte néanmoins quelques enfants et plusieurs dizaines de jeunes filles parmi les victimes.

Ce nettoyage ethnique est considéré comme le pire massacre commis en Europe depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. En 2004, il est qualifié de génocide par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY).

Bien qu'il se soit plaint à plusieurs reprises de son état de santé, Ratko Mladic est apparu combatif et avide de se défendre. "J’ai défendu mon peuple, je suis le général Mladic, a affirmé l’accusé. Je n’ai tué personne, ni en Libye ni en Afrique. J’ai défendu mon pays (…)."

L’ancien chef militaire des forces serbes de Bosnie a salué avec arrogance les veuves de Srebrenica venues témoigner au procès. Il a répété son incompréhension de devoir comparaître devant un juge. "Je n’ai à me plaindre que de la procédure. Cela m’irrite lorsque je vois les toges portées par ces gens-là. Je préférerais être tué par un policier américain."

Dans la salle d’audience, un groupe de femmes ayant perdu maris et fils durant le massacre de Srebrenica, en juillet 1995, ont protesté à plusieurs reprises contre l’attitude de Ratko Mladic. "Elles sont intervenues pour traiter Mladic d’assassin et de menteur, raconte Stéphanie Maupas, correspondante à La Haye. Mais elles ont été rappelées à l’ordre par le service de sécurité."

Une procédure longue

Au cours de l'audience, le magistrat s’est informé de la santé de Ratko Mladic. L’accusé s’est plaint d’une mauvaise santé et de stress, et a demandé le huis clos pour donner davantage de détails sur son état physique. Selon son avocat en Serbie, Milos Saljic, celui-ci a été opéré et soigné par chimiothérapie en 2009 pour un cancer du système lymphatique.

Bien que le prévenu ait demandé un délai plus long, le juge néerlandais Alphons Orie a fixé une nouvelle audience au 4 juillet 2011 à 10h, dans la même salle. À cette date, il devra dire s’il plaide coupable ou non. Le procès en tant que tel aura lieu plus tard.

Le dossier comprend 11 chefs d’accusation pour crimes de guerre, crimes contre l’humanité et génocide commis entre 1992 et 1995. Ratko Mladic doit répondre, en tant que chef des opérations des forces serbes de Bosnie, de meurtres, de viols, de pillages, de persécutions et d’actes inhumains perpétrés à l’encontre d’une population ciblée : les musulmans et les Croates de Bosnie. L’ancien général est accusé d’avoir participé à une entreprise criminelle commune, dont l’objectif était de rendre une partie des territoires de Bosnie - ceux convoités par les Serbes - ethniquement pure et uniquement serbe.

"Certains événements seront scrutés avec attention, explique la correspondante de FRANCE 24 à La Haye, Stéphanie Maupas. Tels que les 44 mois du siège de Sarajevo, au cours duquel 10 000 personnes ont été tuées, notamment par les snipers qui visaient les civils depuis les hauteurs de la ville, et le massacre de Srebrenica, en juillet 1995, pendant lequel 7 000 hommes et garçons ont trouvé la mort. Et enfin, l’épuration ethnique dans les villages de Bosnie."

 

Première publication : 03/06/2011

  • SERBIE

    La lumière sera faite sur la cavale de Mladic, assure Tadic

    En savoir plus

  • SERBIE

    Ratko Mladic, génocidaire méthodique et implacable

    En savoir plus

  • SERBIE

    L'ancien chef militaire Ratko Mladic extradé vers La Haye

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)