Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Baptême du feu pour Donald Trump et Emmanuel Macron devant l'ONU

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : l’opposante Diane Rwigara sort du silence

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Florian Philippot : "La refondation du FN se passe assez mal"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François Kalfon : "On peut faire de la politique en dehors du 7e arrondissement de Paris"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marc Dugain explore la face sombre de l'Amérique des Kennedy

En savoir plus

FOCUS

Un an après les JO, Rio de Janeiro gangrenée par la crise et la violence

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Waszczykowski : "Les mots de Macron envers la Pologne n'étaient pas nécessaires"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

ONU : comment l'organisation est-elle financée ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Baptêmes du feu à l'ONU"

En savoir plus

EUROPE

Les syndicats peinent à mobiliser à Athènes contre les mesures d'austérité

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/06/2011

À l'appel des deux principaux syndicats grecs, quelques centaines de manifestants ont protesté dans les rues d'Athènes contre les nouvelles mesures d'austérité qui doivent être mises en place pour assainir les finances publiques.

AFP - Plusieurs centaines de Grecs sont descendus dans la rue samedi à Athènes à l'appel des syndicats pour protester contre les nouvelles mesures d'austérité qui découlent de l'accord trouvé par le gouvernement grec avec ses créanciers de la zone euro et du FMI.

Les deux principaux syndicats du pays, la GSEE, qui représente les salariés du privé, et Adedy, qui parle pour les fonctionnaires, ont appelé à cette manifestation afin de "résister à la barbarie sociale", après l'annonce des nouveaux sacrifices que devra faire la population pour assainir les finances publiques du pays surrendetté et pour relancer l'économie.

"Nous nous opposons au gouvernement et au memorandum (d'accord avec l'UE et le FMI, NDR) pour ces mesures barbares et antisociales" a déclaré à l'AFP Gregoris Kalominis, un responsable d'Adedy, tandis qu'un syndicaliste de la Gsee, Nektarios Darzakis estimait qu'il fallait "augmenter la pression" pour "obtenir le départ du gouvernement et le retrait du memorandum".

"Nous demandons une politique économique différente avec des mesures de développement et des mesures sociales (...) qui préservent les emplois et augmentent nos droits sociaux et économiques" indique un communiqué commun des deux syndicats.

La Grèce s'est vue promettre vendredi une nouvelle aide financière de ses créanciers, pour lui éviter la banqueroute et la sortie de l'Union monétaire, en plus de celle déjà octroyée il y a un an, avec en contrepartie un net renforcement de la tutelle budgétaire sur le pays.

Ces fonds, dont le montant n'a pas été précisé, viendront s'ajouter aux 110 milliards d'euros de prêts déjà promis en 2010 sur trois ans au pays.

En contrepartie, le gouvernement socialiste de Georges Papandreou va renforcer encore l'austérité pour réduire le déficit et accélérer les privatisations pour réduire la dette.

Il prévoit 6,4 milliards d'euros d'économies supplémentaires en 2011 et 22 milliards d'ici 2015, dont beaucoup touchent les fonctionnaires, les retraites et la fiscalité.

Une grève générale est annoncée pour le 15 juin.

Première publication : 04/06/2011

  • GRÈCE

    Athènes reçoit le satisfecit de ses bailleurs de fonds

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Nouvelles manifestations contre l'austérité dans l'attente d'un nouveau plan d'aide

    En savoir plus

  • GRÈCE

    L'agence Moody's abaisse de trois crans la note de la dette publique grecque

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)