Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

La mode de 2014 marquée par une douce révolution et une prise de conscience des créateurs.

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

EUROPE

Des graines germées accusées d'avoir transmis la bactérie mortelle Eceh

Vidéo par Margaux CHOURAQUI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/06/2011

Les graines germées d'une entreprise du nord de l'Allemagne sont soupçonnées par les autorités locales d'être le vecteur de transmission de l'épidémie de bactérie Eceh, qui a déjà tué 22 personnes en Europe.

AFP - Après la fausse piste du concombre espagnol, les soupçons se portent désormais sur des graines germées vendues par une entreprise de jardinage du Nord de l'Allemagne comme vecteur de transmission de la bactérie Eceh qui a fait 22 morts en Europe.

Des analyses de laboratoire sont encore attendues lundi.

La preuve définitive n'en a pas encore été apportée, a déclaré Gert Lindemann, le ministre de l'Agriculture du Land de Basse-Saxe, où se trouve cette entreprise, dans l'arrondissement d'Uelzen.

Mais "les présomptions sont toutefois si fortes que nous devons recommander aux consommateurs de renoncer pour l'instant à la consommation de graines germées", a-t-il déclaré au cours d'une conférence de presse à Hanovre. Selon M. Lindemann, l'entreprise en question emploie des graines germées, essentiellement pour les salades, venues d'Allemagne, mais travaille aussi avec d'autres pays européens et l'Extrême-Orient.

La Commission européenne a indiqué dimanche soir que l'Allemagne devrait prochainement lancer un avertissement via le système européen d'alerte rapide.

Il ne s'agit pas à ce stade d'une véritable alerte européenne portant sur des lots spécifiques, comme cela avait été le cas à propos des concombres espagnols, a toutefois souligné Frédéric Vincent, porte-parole en charge des questions de santé.

Ces développements interviennent alors qu'un nouveau bilan, faisant état de 22 morts en Europe, dont 21 en Allemagne, a été rendu public dans l'après-midi par le Centre européen pour la prévention et le contrôle des maladies (ECDC) à Stockholm.

Il a été confirmé par Reinhard Burger, président de l'Institut de veille sanitaire allemand Robert-Koch (RKI), pendant une visite dans un hôpital à Hambourg (nord), dont la région a enregistré la majorité des victimes allemandes.

Au total, dans les pays membres de l'Union européenne, 1.605 cas de contamination par une forme rare de la bactérie Escherichia coli entérohémorragique (Eceh) sont désormais recensés et 658 autres présentent le syndrome hémolytique et urémique (SHU), a précisé l'ECDC.

Plusieurs pistes ont été évoquées ce week-end par la presse allemande comme origine de la contamination, dont celle d'un restaurant de Lübeck, dans le Schleswig-Holstein (Etat régional du Nord) dont 17 clients sont tombés malades.

La nourriture et surtout les légumes ont été rapidement soupçonnés par les scientifiques et les autorités sanitaires d'être le vecteur de la maladie, et plus particulièrement des concombres en provenance d'Espagne, qui ont été finalement mis hors de cause.

Mais le laboratoire européen de référence pour l'Escherichia coli, à Rome, avait affirmé cette semaine que les analyses ne permettaient pas de mettre les légumes en cause.

Dimanche, plusieurs scientifiques ont émis l'hypothèse que la bactérie pouvait provenir des centres de production de biogaz, nombreux dans un pays qui privilégie le recyclage de ses déchets organiques.

Le biogaz est produit par la fermentation de matières organiques animales ou végétales.

"Il y a toutes sortes de bactéries qui n'existaient pas auparavant qui sont maintenant produites dans les bacs de fermentation", a déclaré Bernt Schottdorf, patron d'un laboratoire médical à Augsbourg (sud) au quotidien Welt am Sonntag, soulignant que plus de 80% de ces déchets étaient ensuite utilisés pour fertiliser les terres.

Face au manque de résultats des chercheurs allemands, la Commission européenne s'est dite prête samedi à envoyer une équipe d'experts en Allemagne tandis que l'opposition sociale-démocrate (SPD) et les Verts ont dénoncé la lenteur des recherches et le "manque de coordination" entre autorités fédérales et régionales. Des critiques rejetées par le ministre fédéral de la Santé, Daniel Bahr, également en visite à Hambourg.

On ne peut pas nous reprocher "de ne pas avoir fait le nécessaire", a-t-il déclaré.

Lundi, l'Eceh devrait être au centre de la réunion des ministres européens de la Santé, à Luxembourg.

Une rencontre extraordinaire des ministres de l'Agriculture devrait suivre le 17 juin alors que plusieurs pays, dont l'Espagne, exigent des aides pour leurs producteurs de fruits et légumes dont les ventes se sont effondrées.

Première publication : 05/06/2011

  • SANTÉ

    "La contamination à l'E.coli est vraisemblabement massive"

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    L'agriculture touchée de plein fouet par la crise du concombre

    En savoir plus

  • SANTÉ

    Cinq questions sur la bactérie E. coli, responsable de l'épidémie d'intoxications alimentaires

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)