Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

MODE

Fashion week : promenade pour un objet d’exception

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande : un sursaut possible ?

En savoir plus

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy fait son retour en politique... sur Facebook

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de la Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

  • Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

    En savoir plus

  • Après le "non" de l’Écosse, la Catalogne prépare son propre référendum

    En savoir plus

  • Ebola : l'infirmière française contaminée reçoit un traitement expérimental

    En savoir plus

Moyen-orient

L'armée israélienne a tiré sur des manifestants près de la ligne de cessez-le-feu

Vidéo par Gallagher FENWICK

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/06/2011

Des centaines de manifestants agitant des drapeaux palestiniens et syriens ont tenté de franchir la ligne de cessez-le-feu sur le plateau du Golan. La télévision nationale syrienne affirme que 23 personnes ont été tuées par l'armée israélienne.

AFP - L'armée israélienne a tiré dimanche sur des manifestants palestiniens et syriens qui tentaient de pénétrer sur le plateau du Golan occupé, faisant 23 morts et 350 blessés selon Damas, lors de l'anniversaire de la "Naksa", la défaite arabe de juin 1967.

Les Etats-Unis se sont dit dimanche "profondément inquiets" et ont appelé les parties au calme à la suite de ces nouvelles violences sur le Golan.

Des centaines de protestataires, agitant des drapeaux palestiniens et syriens, ont tenté de franchir une première barrière de barbelés avant un champ de mines, tout près de la ville de Majdal Chams, dans la partie occupée du Golan, selon des photographes de l'AFP.

Contrairement aux commémorations de la "Nakba" (catastrophe) palestinienne le 15 mai, aucun manifestant n'a réussi à franchir la ligne de cessez-le-feu et le porte-parole de l'armée, Yoav Mordechai, a annoncé que la situation était "sous contrôle".

Dans la soirée, plusieurs centaines de jeunes de Majdal Chams, le chef-lieu des localités druzes du Golan, ont attaqué à coups de pierres les forces israéliennes déployées pour contenir les manifestants massés du côté syrien du plateau.

Ces heurts ont éclaté quand des nuages de gaz lacrymogènes tirés en direction de la Syrie se sont répandus dans le bourg de Majdal Chams, a constaté un photographe de l'AFP.

Du côté syrien de la clôture frontalière, des protestataires sont restés sur place, à l'abri d'un fossé, et ont allumé des feux de camp.

Par ailleurs, des jeunes Palestiniens et Syriens ont lancé un sit-in dans la ville de Kuneitra, vers où affluaient des milliers de personnes, selon la TV syrienne.

Vingt-trois personnes et 350 autres ont été blessées par les tirs israéliens aux abords du Golan, a ajouté la télévision.

Un médecin de Kuneitra, dans la partie non occupée, Ali Kanaane, a précisé à l'agence Sana que les tués avaient été "touchés par balles dans la tête et la poitrine".

Un porte-parole de l'armée israélienne a assuré que les militaires n'avaient "pas eu d'autre choix que d'ouvrir le feu en direction des pieds des manifestants afin de les dissuader", plusieurs dizaines d'entre eux ayant ignoré les avertissements verbaux et les coups de semonce.

Un photographe de l'AFP à Majdal Chams a vu une vingtaine de manifestants blessés, certains ensanglantés, évacués du côté syrien, l'armée israélienne dénombrant 12 victimes.

Comme le 15 mai, l'armée israélienne a accusé le régime de Damas de "provocation" pour détourner l'attention de la sanglante répression des manifestations contre le régime, faisant état de projectiles lancés par les manifestants mais pas d'armes de guerre en leur possession.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a accusé des "éléments extrémistes" qui "s'évertuent à forcer nos frontières, menaçant nos communautés et nos citoyens".

Les manifestations ne se sont pas limitées au Golan syrien, rassemblant des centaines de personnes dans les territoires palestiniens, tandis que les réfugiés palestiniens au Liban observaient une journée de deuil, l'armée libanaise ayant interdit les marches près de la frontière avec Israël.

Le 15 mai, lors de l'anniversaire de la "Nakba", l'exode de centaines de milliers de Palestiniens avec la création de l'Etat d'Israël en 1948, des centaines de manifestants étaient parvenus à traverser la clôture pour atteindre Majdal Chams.

Quatre avaient été tués par l'armée israélienne. Six autres manifestants avaient été tués à la frontière libanaise.

Israël a conquis en juin 1967 le Sinaï égyptien, restitué en 1982, le Golan, la Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est et la bande de Gaza.

Il a annexé le Golan et Jérusalem-Est, des proclamations non reconnues par la communauté internationale, qui considère ces territoires comme occupés, de même que la Cisjordanie, tandis que la bande de Gaza, évacuée en 2005, reste soumise à un blocus israélien et au contrôle de ses frontières par Israël.

Première publication : 05/06/2011

  • ISRAËL - SYRIE

    L'armée israélienne tue plusieurs Palestiniens sur le plateau du Golan

    En savoir plus

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    Le Premier ministre israélien exclut tout retrait sur les frontières de 1967

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Regain de tensions entre Israël et la bande de Gaza

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)