Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

FOCUS

Ces réfugiés syriens dont de nombreux Turcs ne veulent plus

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Crash du vol AH5017 : "Série Noire"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, directeur général de Prudential

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

  • En direct : cinquante-quatre Français au nombre des victimes du vol Air Algérie

    En savoir plus

  • Une manifestation pro-palestinienne prévue samedi à Paris interdite

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Trois Palestiniens tués lors du "Jour de colère" en Cisjordanie

    En savoir plus

  • En Ukraine, le conflit militaire se double d'une crise politique

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

Amériques

Ottawa accepte d'extrader l'auteur présumé de l'attentat de la rue Copernic

Vidéo par France 3

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/06/2011

Plus de deux ans après l'inculpation d'Hassan Diab dans la banlieue d'Ottawa, un tribunal canadien autorise son extradition vers la France. Celui-ci est soupçonné d'être impliqué dans l'attentat de la rue Copernic, à Paris, en 1980.

AFP - Un tribunal canadien a autorisé lundi l'extradition vers la France du Canado-Libanais Hassan Diab, principal suspect dans l'attentat de la rue Copernic à Paris en 1980, mais a averti que le dossier à charge français était "faible".
              
Cet ex-universitaire avait été arrêté dans la banlieue d'Ottawa en novembre 2008 à la demande de la justice française, qui l'accuse d'être l'auteur de l'attentat meurtrier qui avait fait 4 morts et une quarantaine de blessés près d'une synagogue rue Copernic, le 3 octobre 1980.
              
M. Diab risque la prison à perpétuité s'il est extradé, mais son avocat a  annoncé qu'il ferait appel de la décision du juge Robert Maranger de la Cour supérieure de l'Ontario.
              
L'homme âgé de 57 ans a été aussitôt placé en détention, dans l'attente de la décision finale sur son extradition, qui sera prise par le ministre canadien de la Justice. M. Diab dispose de 30 jours pour convaincre par écrit le ministre de ne pas l'extrader.
              
Dans sa décision, le magistrat a indiqué que la plupart des preuves incriminant le suspect, "ne seraient pas suffisantes, prises dans leur ensemble ou individuellement, pour justifier un procès contre M. Diab en France".
              
M. Maranger faisait notamment référence à son appartenance supposée à l'époque à une organisation radicale, le Front Populaire de libération de la Palestine - Opérations Spéciales (FPLP - OS), et aux descriptions du suspect de l'attentat faites par des témoins.
              
"Au mieux, elles créent un certain degré de suspicion concernant son implication dans l'attentat terroriste", a-t-il écrit.
              
Mais une expertise graphologique fournie par la France, une comparaison de l'écriture de M. Diab avec celle d'une fiche d'hôtel remplie par le supposé auteur de l'attentat, pourrait lier le Canada-Libanais à l'attentat, a conclu M. Maranger.
              
"Le dossier présenté par la République de France contre M. Diab est faible. La possibilité qu'il puisse être reconnu coupable dans le cadre d'un procès équitable semble invraisemblable", a-t-il écrit.
              
Le magistrat a toutefois précisé que son opinion personnelle dans cette affaire n'avait aucune pertinence pour établir si M. Diab devait ou non être extradé.
              
"Notre traité avec la France présuppose qu'elle mènera un procès équitable et que justice sera faite", a ajouté M. Maranger, en acceptant la demande d'extradition française.
              
Il y a 30 ans, le 3 octobre 1980, une bombe constituée d'une dizaine de kilos de pentrite et fixée sur une moto avait explosé près de la synagogue de la rue Copernic.
              
La France affirme notamment que M. Diab a utilisé une fausse identité pour acheter la motocyclette ayant servi à l'attentat. Selon le dossier à charge, c'est Hassan Diab qui a confectionné la bombe et l'a placée dans la sacoche de la moto le jour des faits.
              
Cette moto avait été achetée quelques jours plus tôt par un certain Alexandre Panadriyu, de nationalité chypriote. En réalité une fausse identité derrière laquelle se serait caché, selon la France, Hassan Diab.
              
Né au Liban de parents palestiniens, ayant fait une partie de ses études aux Etats-Unis, M. Diab était arrivé au Canada 1987, tout en gardant son passeport libanais.
              
La France l'accuse "d'assassinats, de tentatives d'assassinats et de destruction de biens (...) par l'effet d'une substance explosive ou incendiaire commise en bande organisée", selon le dossier à charge.

 

Première publication : 06/06/2011

COMMENTAIRE(S)