Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

FRANCE

Les mots "Facebook" et "Twitter" interdits, la presse anglo-saxonne s'esclaffe

Texte par Gaëlle LE ROUX

Dernière modification : 06/06/2011

Interdire l’usage des mots "Facebook" et "Twitter" à la télévision et à la radio ? La règle édictée la semaine dernière par le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) français fait bondir la presse anglo-saxonne.

La presse anglo-saxonne s’étrangle de rire... ou d’indignation. À la fin mai, le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) français a décidé d’interdire aux médias de mentionner Facebook et Twitter, sauf si l’actualité concerne directement ces deux plateformes. Il s’agirait, selon le CSA, d’éviter de faire une publicité clandestine aux deux réseaux sociaux.

La nouvelle vient, semble-t-il, tout juste d’atterrir dans les oreilles des blogueurs et des journalistes anglophones car, en ce début de semaine, rares sont ceux qui ne commentent pas cette "règle absurde et ridicule", comme l’a qualifiée le journaliste John Johnson, sur le site américain Newser. Il lui a même décerné à cette nouvelle mesure la palme de la "règlementation la plus bizarre de la semaine".

"Ce n’est pas une blague !", prévient, goguenard, Matthew Fraser, un journaliste anglo-canadien basé à Paris, sur son blog intitulé "This much I know". Pour lui, cette interdiction, "fruit de la bureaucratie française, véritable cauchemar kafkaïen", n’est que l’expression de la "folle obsession des Français pour des lois et des règlements". Pourquoi Facebook et Twitter sont-ils visés ? "Je me demande s’il ne s’agit pas purement et simplement d’une hostilité de principe des institutions françaises aux symboles de la domination anglo-saxonne", s’interroge le journaliste.

Dans la même veine, le "Huffington Post" rappelle qu’en 2003, les autorités françaises avaient tenté d’éliminer le mot "e-mail" du vocabulaire français pour le remplacer par "courriel". Pour ce faire, elles avaient décidé de bannir l’horrible vocable anglophone de toute la communication et de toutes les publications gouvernementales. Peine perdue : si les différents ministères français respectent globalement la consigne, elle n’a pas suffi à changer les habitudes des Français : "courriel" n’a pas détrôné "e-mail".

Paraphraser Twitter et Facebook

"Oh la la !", fait mine de s’offusquer - en français - le journal britannique "Daily Mail" dans un article sur l’affaire. Les télévisions et radios françaises contraintes de paraphraser Facebook et Twitter pour promouvoir leurs pages ? Le journaliste en rit d’avance. Tout comme celui du "Times", qui entend déjà les présentateurs prononcer des phrases interminables du genre : "Rendez-vous sur le site où il est possible de publier instantanément des messages de 140 caractères maximum". Tout ça pour éviter "une publicité subliminale liée à l’utilisation des mots Facebook et Twitter".

Le site spécialisé TechCrunch, citant le blog du journaliste français Benoît Raphaël intitulé "La social NewsRoom", propose ainsi diverses façons de contourner l’interdiction. "La manière confuse : 'Vous pouvez envoyer vos témoignages sur notre page de réseau social où vous avez habituellement des amis. Attention, ne pas confondre avec l’autre où il n’y a pas d’amis mais des followers. Ou la manière blasée : 'Retrouvez-nous où vous savez'".

De façon plus sérieuse, Memeburn, un site consacré à "l’analyse des marchés émergents", concède : "L’objectif du CSA - ne pas léser les autres réseaux sociaux - est sans nulle doute louable". Mais condamne ensuite "avec beaucoup de respect" cette règle "ridicule". "Facebook et Twitter sont désormais bien plus que des entreprises privées, ce sont devenues de véritables plateformes de l’expression publique", estime le site, qui fustige une décision "absurde et nuisible".

Première publication : 06/06/2011

COMMENTAIRE(S)