Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Vidéo : deuil et colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Hacking de Sony : la victoire de Pyongyang

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Les stéréotypes "garçon-fille" dans le monde du jouet.

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Croissance : l'Insee prévoit embellie en 2015

En savoir plus

DÉBAT

Rapprochement États-Unis - Cuba : la fin du castrisme ?

En savoir plus

DÉBAT

Russie : Poutine sous pression en pleine crise du rouble

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ebossé : Une contre autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie: il ne faut pas pas vendre la peau de l'ours

En savoir plus

FRANCE

Plusieurs morts après l'effondrement d'un immeuble à Montreuil

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/06/2011

Au moins trois personnes ont péri dans l'effondrement d'un hôtel en réhabilitation à Montreuil (Seine-Saint-Denis). Le bâtiment s'est écroulé sur une maison voisine où vivaient deux familles maliennes. Huit personnes ont également été hospitalisées.

AFP - Une femme et deux enfants sont décédés et huit blessés ont pu être secourus après l'effondrement dimanche soir d'un hôtel en réhabilitation sur une maison à Montreuil.

"Nous avons malheureusement trois décès, (...) une femme et deux enfants, il y a un bébé", a déclaré à la presse le préfet de Seine-Saint-Denis Christian Lambert.

Huit personnes ont été hospitalisées. Parmi elles, "figurent cinq enfants et trois adultes", a-t-il poursuivi.

Le bilan pourrait cependant être provisoire. "Le travail de recherche se poursuit", a ajouté le préfet. "Il peut y avoir d'autres personnes", a renchéri le porte-parole des pompiers, le lieutenant-colonel Grosjean.

Selon le porte-parole des pompiers, les deux premiers enfants, âgés de 5 et 8 ans, évacués peu après le sinistre sont "indemnes physiquement". Les six autres personnes sorties des gravats sont considérées comme "victimes en état grave du fait du nombre d'heures passées sous les décombres", a-t-il dit.

"Donc nous allons évacuer les derniers gravats de manière très prudente", a-t-il précisé.

Jusqu'alors les pompiers ramassaient les débris à la main, à partir de 06H00 des moyens lourds, notamment une pelle-mécanique, ont été engagés.

L'effondrement du vétuste hôtel de quatre étages sur une maison d'un étage qui abritait deux familles maliennes, rue Parmentier, s'est produit vers 23H00, pour des raisons encore indéterminées, selon la préfecture de Seine-Saint-Denis.

"L'enquête montrera si c'est la façon dont les travaux ont été conduits, si c'est les intempéries, si c'est la nature du sous-sol de Montreuil qui sont responsables de ce qui s'est passé", a indiqué la maire de Montreuil Dominique Voynet (EELV).

Une famille de 4 personnes habitait au premier étage alors que sept personnes vivaient au rez-de-chaussée.

Les secours ont été appelés à 23H24, a précisé le lieutenant-colonel Grosjean.

Environ 120 pompiers, issus de 20 casernes, et accompagnés de chiens et équipés de matériel de sonorisation, ont été dépêchés sur place, a indiqué le lieutenant-colonel Grosjean.

"L'hôtel avait été fermé à l'initiative de la mairie", a indiqué Mme Voynet: "il était connu comme un bâtiment vétuste et très dégradé".

Des travaux de réhabilitation étaient en cours sur cet immeuble qui a été "entièrement désossé", a-t-elle ajouté.

L'effondrement a aussi endommagé la partie avant d'un véhicule de police qui circulait dans la rue, de retour des lieux d'un cambriolage. Ses passagers n'ont pas été blessés, selon le préfet de Seine-Saint-Denis, Christian Lambert, qui s'est rendu sur les lieux.

"J'étais chez moi. Une voiture de police est passée. Une seconde après j'ai entendu un bruit énorme", a raconté Louis Collin, un habitant du quartier. "Il y avait une énorme fumée", a-t-il ajouté : "ensuite, on nous a demandé d'évacuer parce que cela sentait le gaz".

Plusieurs dizaines de personnes ont évacué les lieux, a confirmé Mme Voynet.

Les journalistes étaient retenus à une cinquantaine de mètres des immeubles effondrés mais il était toutefois possible de discerner les décombres et les pompiers à l'action.
 

Première publication : 06/06/2011

COMMENTAIRE(S)