Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

  • Nouvelle journée de raids israéliens sur Gaza

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Violents combats pour le contrôle d'une base au nord-est de Bagdad

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile attaquée en justice

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : le Français Blel Kadri remporte la 8e étape

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne essuie de lourdes pertes, Donetsk devient ville fantôme

    En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

Asie - pacifique

Ces retraités japonais prêts à se sacrifier pour nettoyer Fukushima

©

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 07/06/2011

Conscients qu'il ne leur reste que quelques années à vivre, des retraités japonais se disent prêts à se sacrifier pour mettre un terme à la catastrophe de Fukushima. Ils proposent de se rendre à la centrale et d'en colmater les fuites radioactives.

"J’ai 72 ans, et il ne me reste plus que 12 ou 13 années à vivre. Même si je suis exposé à des radiations, un cancer pourrait prendre 20, 30 ans, ou même plus pour se développer. Nous, les personnes âgées, nous avons moins de chance de développer la maladie."

En prononçant ces mots face à la caméra de la BBC, le 31 mai dernier, Yasuteru Yamada, un retraité japonais, fait part de son souhait de mener à bien une dernière mission au crépuscule de sa vie : se rendre à la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi, endommagé par le séisme qui a touché le Japon le 11 mars, pour tenter d'en colmater les fuites radioactives.

Le "Corps des vétérans"

Yasuteru Yamada n’est pas fou. Pourtant, il le sait, cette mission est suicidaire en raison de l’importante radiation qui sévit aux alentours de la centrale défectueuse. Mais l’homme, qui a travaillé à Sumitomo Metal Industries, l'une des plus grandes entreprises japonaises de sidérurgie, a décidé de ne pas rester passif face à la catastrophe qui touche son pays et de mettre ses compétences d'ingénieur à son service. "Ma réaction n’est pas héroïque, mais logique", explique-t-il, estimant que la jeune génération japonaise n’a pas à payer les conséquences désastreuses de la politique nucléaire de ses aînés.

Depuis des semaines, Yamada tente donc de rassembler, via sa boîte mail et son compte Twitter, d’autres retraités volontaires pour se rendre à Fukushima. Son appel a été entendu. Plus de 200 personnes âgées de plus de 60 ans ont répondu à son appel. Regroupées sous le nom de "Corps des vétérans", toutes sont prêtes à sacrifier leur vie bénévolement.

"Un grand sens du devoir et du sacrifice"

Cette initiative n’a rien d’insensé, selon Claude Meyer, spécialiste du Japon et professeur à Sciences Po. "Il faut garder à l’esprit que les Japonais conservent dans leur inconscient collectif un grand sens du devoir et du sacrifice", explique-t-il. Pas étonnant, donc, que Yasuteru Yamada éclate de rire lorsque le journaliste de la BBC lui demande s’il est un kamikaze. "Oh mon Dieu, non !, lâche-t-il, les kamikazes partaient pour mourir. Nous, nous allons partir mais nous allons revenir. Nous allons simplement travailler, pas nous tuer."

Les seniors japonais sont la catégorie de la population qui, ayant connu les difficultés des lendemains de la Seconde Guerre mondiale, ont un esprit civique particulièrement développé. "Ils sont habités par un sentiment de dépassement de soi, développe Claude Meyer. Expliquer en quelques mots l’origine de cette mentalité est impossible. Il faudrait revenir à l’histoire du pays, aux guerres qu’il a traversées, aux religions qui l’ont forgé, aux codes d’honneur qui l’ont pénétré" pour la comprendre, énumère celui-ci avant d’ajouter : "C’est une réaction typiquement japonaise, vous ne verriez pas une telle réaction en Europe".

La situation à Fukushima toujours très critique

Pour le moment, la proposition héroïque de ces retraités n’a pas été retenue par le gouvernement en dépit du lobbying qu’exerce Yasuteru Yamada auprès de Tepco, l’opérateur de la centrale, et des autorités japonaises. "Je suis toujours en discussion avec des personnes clés du gouvernement et de Tepco. Mais je ne peux pas vous en dire plus, c’est un sujet très sensible politiquement", affirme le retraité à la BBC.

Du côté de la centrale de Fukushima, les choses vont de mal en pis. Près de trois mois après le séisme et le tsunami du 11 mars, les réacteurs endommagés de la centrale n'ont toujours pas été refroidis. L'opérateur japonais Tepco a ainsi déclaré, le 12 mai, que le combustible nucléaire des réacteurs 1, 2 et 3 avait vraisemblablement fondu, faute d'avoir été immergé dans l'eau durant plusieurs heures. Des révélations - arrivées tardivement - qui inquiètent les experts. "La situation reste instable. Au total, il faudra plusieurs décennies avant de mettre un terme à cette catastrophe", a par exemple déclaré Harry Bernas, directeur de recherche au CNRS, le 18 mai dernier.

Interview à la BBC de Yasuteru Yamada, volontaire pour aller nettoyer Fukushima (en anglais)

Première publication : 07/06/2011

  • JAPON

    À la centrale de Fukushima Daiichi, les dégâts sont pires que prévu

    En savoir plus

  • NUCLÉAIRE

    Deux mois après Fukushima, l'UE reste divisée sur l'avenir du nucléaire

    En savoir plus

  • JAPON

    Les autorités créent un périmètre de sécurité autour de la centrale de Fukushima

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)