Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre l'État islamique

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : croissance, inflation... Tableau noir pour l'exécutif?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Adèle Haenel, nouveau visage du cinéma français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Gaza : pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Ce qu'il faut retenir de la vidéo de la décapitation de James Foley par l'EI

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

  • Heurts à Bangui entre soldats français et individus armés

    En savoir plus

  • Vidéo : après une nuit plus calme, la situation reste tendue à Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • La Fifa interdit au FC Barcelone de recruter

    En savoir plus

  • Au bord de l'éruption, le volcan islandais Bardarbunga menace le trafic aérien

    En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

Asie - pacifique

Ces retraités japonais prêts à se sacrifier pour nettoyer Fukushima

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 07/06/2011

Conscients qu'il ne leur reste que quelques années à vivre, des retraités japonais se disent prêts à se sacrifier pour mettre un terme à la catastrophe de Fukushima. Ils proposent de se rendre à la centrale et d'en colmater les fuites radioactives.

"J’ai 72 ans, et il ne me reste plus que 12 ou 13 années à vivre. Même si je suis exposé à des radiations, un cancer pourrait prendre 20, 30 ans, ou même plus pour se développer. Nous, les personnes âgées, nous avons moins de chance de développer la maladie."

En prononçant ces mots face à la caméra de la BBC, le 31 mai dernier, Yasuteru Yamada, un retraité japonais, fait part de son souhait de mener à bien une dernière mission au crépuscule de sa vie : se rendre à la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi, endommagé par le séisme qui a touché le Japon le 11 mars, pour tenter d'en colmater les fuites radioactives.

Le "Corps des vétérans"

Yasuteru Yamada n’est pas fou. Pourtant, il le sait, cette mission est suicidaire en raison de l’importante radiation qui sévit aux alentours de la centrale défectueuse. Mais l’homme, qui a travaillé à Sumitomo Metal Industries, l'une des plus grandes entreprises japonaises de sidérurgie, a décidé de ne pas rester passif face à la catastrophe qui touche son pays et de mettre ses compétences d'ingénieur à son service. "Ma réaction n’est pas héroïque, mais logique", explique-t-il, estimant que la jeune génération japonaise n’a pas à payer les conséquences désastreuses de la politique nucléaire de ses aînés.

Depuis des semaines, Yamada tente donc de rassembler, via sa boîte mail et son compte Twitter, d’autres retraités volontaires pour se rendre à Fukushima. Son appel a été entendu. Plus de 200 personnes âgées de plus de 60 ans ont répondu à son appel. Regroupées sous le nom de "Corps des vétérans", toutes sont prêtes à sacrifier leur vie bénévolement.

"Un grand sens du devoir et du sacrifice"

Cette initiative n’a rien d’insensé, selon Claude Meyer, spécialiste du Japon et professeur à Sciences Po. "Il faut garder à l’esprit que les Japonais conservent dans leur inconscient collectif un grand sens du devoir et du sacrifice", explique-t-il. Pas étonnant, donc, que Yasuteru Yamada éclate de rire lorsque le journaliste de la BBC lui demande s’il est un kamikaze. "Oh mon Dieu, non !, lâche-t-il, les kamikazes partaient pour mourir. Nous, nous allons partir mais nous allons revenir. Nous allons simplement travailler, pas nous tuer."

Les seniors japonais sont la catégorie de la population qui, ayant connu les difficultés des lendemains de la Seconde Guerre mondiale, ont un esprit civique particulièrement développé. "Ils sont habités par un sentiment de dépassement de soi, développe Claude Meyer. Expliquer en quelques mots l’origine de cette mentalité est impossible. Il faudrait revenir à l’histoire du pays, aux guerres qu’il a traversées, aux religions qui l’ont forgé, aux codes d’honneur qui l’ont pénétré" pour la comprendre, énumère celui-ci avant d’ajouter : "C’est une réaction typiquement japonaise, vous ne verriez pas une telle réaction en Europe".

La situation à Fukushima toujours très critique

Pour le moment, la proposition héroïque de ces retraités n’a pas été retenue par le gouvernement en dépit du lobbying qu’exerce Yasuteru Yamada auprès de Tepco, l’opérateur de la centrale, et des autorités japonaises. "Je suis toujours en discussion avec des personnes clés du gouvernement et de Tepco. Mais je ne peux pas vous en dire plus, c’est un sujet très sensible politiquement", affirme le retraité à la BBC.

Du côté de la centrale de Fukushima, les choses vont de mal en pis. Près de trois mois après le séisme et le tsunami du 11 mars, les réacteurs endommagés de la centrale n'ont toujours pas été refroidis. L'opérateur japonais Tepco a ainsi déclaré, le 12 mai, que le combustible nucléaire des réacteurs 1, 2 et 3 avait vraisemblablement fondu, faute d'avoir été immergé dans l'eau durant plusieurs heures. Des révélations - arrivées tardivement - qui inquiètent les experts. "La situation reste instable. Au total, il faudra plusieurs décennies avant de mettre un terme à cette catastrophe", a par exemple déclaré Harry Bernas, directeur de recherche au CNRS, le 18 mai dernier.

Interview à la BBC de Yasuteru Yamada, volontaire pour aller nettoyer Fukushima (en anglais)

Première publication : 07/06/2011

  • JAPON

    À la centrale de Fukushima Daiichi, les dégâts sont pires que prévu

    En savoir plus

  • NUCLÉAIRE

    Deux mois après Fukushima, l'UE reste divisée sur l'avenir du nucléaire

    En savoir plus

  • JAPON

    Les autorités créent un périmètre de sécurité autour de la centrale de Fukushima

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)