Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

EUROPE

Bactérie tueuse : l'UE à la rescousse des maraîchers

Vidéo par Karina CHABOUR

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/06/2011

Les ministres de l'Agriculture des pays membres de l'Union européenne se réunissent ce mardi pour définir les modalités d'un plan de soutien aux maraîchers, dont les ventes se sont érodées depuis la crise liée à la bactérie E.coli.

REUTERS - Les ministres de l'Agriculture de l'Union européenne se réunissent mardi pour établir un plan de soutien aux maraîchers, dont les ventes de fruits et légumes sont en chute libre depuis le début de l'épidémie liée à la bactérie E.coli.

Les autorités de la région de Hambourg, épicentre de l'épidémie qui a fait 22 morts, ont dans un premier temps accusé les concombres espagnols. Les soupçons se sont ensuite portés sur des graines germées produites dans une exploitation de la région mais il n'est pas sûr que cette ferme biologique soit la source de l'épidémie.

Berlin bénéficie de la commission européenne

Un accord provisoire devrait être trouvé lors de cette réunion exceptionnelle à Luxembourg mais la structure et le montant de l'aide doivent encore être définies.

"Je ne suis pas sûr que nous aurons une proposition légale sur la table demain", a dit le porte-parole du commissaire à l'Agriculture lors d'une conférence de presse. "Je dirais que nous espérons plutôt trouver un accord de principe", a poursuivi Roger Waite.

La solution la plus probable est, selon une source communautaire, l'élargissement du mécanisme européen de prévention des crises agricoles, un système de régulation qui prévoit d'indemniser certains producteurs pour qu'ils retirent leurs produits du marché.

Dans ce cas, les producteurs européens recevraient jusqu'à la fin du mois une aide correspondant à 30% de la valeur totale de leurs produits invendus, prélevée sur le budget de l'Union européenne. Le pourcentage exact est encore en négociations, a dit cette source.

Plus de 300 millions d'euros de pertes


L'Espagne dit avoir été particulièrement frappée et a menacé de poursuivre les autorités de Hambourg mais la Commission européenne affirme que tous les producteurs de l'Union ont été touchés, d'autant plus que la Russie a imposé un embargo sur toutes les importations de légumes frais en provenance de l'UE.

"Nous avons constaté une chute de la consommation. Il y avait déjà un problème avant les premières déclarations sur les concombres espagnols", a dit le porte-parole.

Vendredi dernier, le ministre français de l'Agriculture, Bruno Le Maire, a craint un "impact très négatif" de cette épidémie sur la production française de légumes.

À Rungis, premier marché de gros de France, les prix des concombres et des tomates ont chuté et les invendus s'accumulent.

Lundi, des maraîchers de la région nantaise ont détruit dix tonnes de concombres invendus depuis le début de l'épidémie.

Le groupe Casino affirme que ses ventes de concombre en France ont chuté de 20% la semaine dernière mais que celles d'autres légumes frais ont parallèlement augmenté de 2,6%.

L'entreprise maraîchère espagnole Fepex a indiqué que ses producteurs avaient perdu 175 millions d'euros à l'export et 50 millions d'euros en Espagne en une semaine.

Le syndicat des maraîchers européens, Freshfel Europe, estime les pertes hebdomadaires à 200 millions d'euros en Espagne, 80 millions aux Pays-Bas, 20 millions en Allemagne, quatre millions en Belgique et trois millions au Portugal.

"Nous espérons toujours que l'Union européenne débloquera en plus des fonds pour une campagne promotionnelle, de manière à restaurer la confiance des consommateurs en notre secteur", dit Frédéric Rosseneu, conseiller pour la sûreté alimentaire chez Freshfel.

Première publication : 07/06/2011

  • SANTÉ

    "La contamination à l'E.coli est vraisemblabement massive"

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    L'agriculture touchée de plein fouet par la crise du concombre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)