Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

EUROPE

Bactérie tueuse : l'UE à la rescousse des maraîchers

Vidéo par Karina CHABOUR

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/06/2011

Les ministres de l'Agriculture des pays membres de l'Union européenne se réunissent ce mardi pour définir les modalités d'un plan de soutien aux maraîchers, dont les ventes se sont érodées depuis la crise liée à la bactérie E.coli.

REUTERS - Les ministres de l'Agriculture de l'Union européenne se réunissent mardi pour établir un plan de soutien aux maraîchers, dont les ventes de fruits et légumes sont en chute libre depuis le début de l'épidémie liée à la bactérie E.coli.

Les autorités de la région de Hambourg, épicentre de l'épidémie qui a fait 22 morts, ont dans un premier temps accusé les concombres espagnols. Les soupçons se sont ensuite portés sur des graines germées produites dans une exploitation de la région mais il n'est pas sûr que cette ferme biologique soit la source de l'épidémie.

Berlin bénéficie de la commission européenne

Un accord provisoire devrait être trouvé lors de cette réunion exceptionnelle à Luxembourg mais la structure et le montant de l'aide doivent encore être définies.

"Je ne suis pas sûr que nous aurons une proposition légale sur la table demain", a dit le porte-parole du commissaire à l'Agriculture lors d'une conférence de presse. "Je dirais que nous espérons plutôt trouver un accord de principe", a poursuivi Roger Waite.

La solution la plus probable est, selon une source communautaire, l'élargissement du mécanisme européen de prévention des crises agricoles, un système de régulation qui prévoit d'indemniser certains producteurs pour qu'ils retirent leurs produits du marché.

Dans ce cas, les producteurs européens recevraient jusqu'à la fin du mois une aide correspondant à 30% de la valeur totale de leurs produits invendus, prélevée sur le budget de l'Union européenne. Le pourcentage exact est encore en négociations, a dit cette source.

Plus de 300 millions d'euros de pertes


L'Espagne dit avoir été particulièrement frappée et a menacé de poursuivre les autorités de Hambourg mais la Commission européenne affirme que tous les producteurs de l'Union ont été touchés, d'autant plus que la Russie a imposé un embargo sur toutes les importations de légumes frais en provenance de l'UE.

"Nous avons constaté une chute de la consommation. Il y avait déjà un problème avant les premières déclarations sur les concombres espagnols", a dit le porte-parole.

Vendredi dernier, le ministre français de l'Agriculture, Bruno Le Maire, a craint un "impact très négatif" de cette épidémie sur la production française de légumes.

À Rungis, premier marché de gros de France, les prix des concombres et des tomates ont chuté et les invendus s'accumulent.

Lundi, des maraîchers de la région nantaise ont détruit dix tonnes de concombres invendus depuis le début de l'épidémie.

Le groupe Casino affirme que ses ventes de concombre en France ont chuté de 20% la semaine dernière mais que celles d'autres légumes frais ont parallèlement augmenté de 2,6%.

L'entreprise maraîchère espagnole Fepex a indiqué que ses producteurs avaient perdu 175 millions d'euros à l'export et 50 millions d'euros en Espagne en une semaine.

Le syndicat des maraîchers européens, Freshfel Europe, estime les pertes hebdomadaires à 200 millions d'euros en Espagne, 80 millions aux Pays-Bas, 20 millions en Allemagne, quatre millions en Belgique et trois millions au Portugal.

"Nous espérons toujours que l'Union européenne débloquera en plus des fonds pour une campagne promotionnelle, de manière à restaurer la confiance des consommateurs en notre secteur", dit Frédéric Rosseneu, conseiller pour la sûreté alimentaire chez Freshfel.

Première publication : 07/06/2011

  • SANTÉ

    "La contamination à l'E.coli est vraisemblabement massive"

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    L'agriculture touchée de plein fouet par la crise du concombre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)