Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

Amériques

La justice brésilienne libère Cesare Battisti

©

Vidéo par Claire BONNICHON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/06/2011

Ancienne figure de l'extrême gauche italienne, Cesare Battisti est sorti de prison ce jeudi matin. La Cour suprême du Brésil a refusé de l'extrader vers l'Italie, où il avait été condamné en 1993 par contumace à la réclusion à perpétuité.

AFP - L'ex-activiste italien d'extrême-gauche Cesare Battisti est sorti peu après minuit (03H00 GMT) de la prison près de Brasilia où il était incarcéré depuis quatre ans, après que la Cour suprême du Brésil a rejeté son extradition vers l'Italie, a constaté un journaliste de l'AFP.

"C'est la fin d'un feuilleton policier et judiciaire"

La libération de cette figure des "années de plomb" des années 70 en Italie, où il a été condamné pour meurtres, met un point sans doute final à une cavale de trente ans, suivie d'une bataille judiciaire et d'une crise diplomatique avec Rome.

Accompagné de ses avocats, Cesare Battisti, 56 ans, vêtu d'un pantalon clair et d'une chemise blanche, est apparu serein à la foule de reporters et de photographes postés devant la prison de haute sécurité de Papuna, où il était en attente de son extradition depuis son arrestation en 2007 à Rio de Janeiro.

Il n'a fait aucune déclaration en retrouvant la liberté.

Un de ses défenseurs, Luis Roberto Barroso, a indiqué aux journalistes que Battisti "n'avait aucune intention de quitter le Brésil". Il a précisé que son client se rendrait dès jeudi au ministère de la Justice pour solliciter un visa de résident permanent.

Il devait passer la nuit dans un condominium fermé, dans les environs de Brasilia.

Battisti était réclamé par l'Italie après avoir été condamné en 1993 par contumace à la réclusion à perpétuité pour quatre meurtres et complicité de meurtres à la fin des années 1970, crimes dont il se dit innocent.

Quelques heures plus tôt, les juges de la Cour suprême avaient jugé par six voix contre trois que l'Italie ne pouvait contester la décision souveraine de l'ex-président Luiz Inacio Lula da Silva de ne pas extrader Battisti.

Rome a aussitôt réagi vivement par la voix de la ministre italienne de la Jeunesse, Giorgia Meloni, qui a dénoncé ce refus comme étant une "énième humiliation" pour les victimes.

"La décision des juges suprêmes brésiliens de ne pas autoriser l'extradition d'un criminel comme Battisti, tout comme celle de l'ex président Lula, représente l'énième humiliation pour les familles de ses victimes", a déclaré la ministre, citée par l'agence Ansa.

La plus haute juridiction du Brésil a statué à l'issue d'un débat houleux de six heures.

"Ce qui est en jeu ici, c'est la souveraineté nationale. C'est très simple. La Cour, elle-même, a décidé que le président de la République pouvait décider", a dit le juge Luiz Fux en justifiant son vote contre l'extradition.

En 2009, la Cour avait accepté d'extrader Battisti mais, dans un jugement controversé, avait laissé le président Lula décider en dernier ressort.

"Il ne s'est jamais passé quelque chose comme cela, il ne s'est jamais passé quelque chose comme cela!", a hurlé dans la salle le juge Gilmar Mendes qui a condamné avec véhémence la décision de Lula de refuser d'extrader l'Italien.

Pour répondre aux cris de Mendes, le juge Joaquim Barbosa a également haussé le ton: "ça suffit! Nous avons un homme en prison. Votons pour clore cette discussion", a-t-il dit.

Le refus de Lula d'extrader Battisti avait provoqué une crise diplomatique entre Brasilia et Rome qui avait rappelé son ambassadeur à Brasilia.

Arrêté dans son pays en 1979 quand il militait dans le groupuscule des "Prolétaires armés pour le communisme" (PAC), Cesare Battisti avait été condamné à douze ans de prison. Il s'est évadé en 1981 et a alors commencé une longue cavale au Mexique, en France où il est devenu auteur de romans policiers et finalement au Brésil.
 

Première publication : 09/06/2011

  • BRÉSIL

    Le président Lula refuse d'extrader l'ex-militant Cesare Battisti vers l'Italie

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)