Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

6 policiers poursuivis pour homicide involontaire: les habitants de Baltimore exultent

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Viols présumés en Centrafrique : A la rencontre de l'homme qui a recueilli les témoignages

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Viols présumés en Centrafrique : des zones d'ombre dans l'affaire

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Séisme au Népal : l'aide humanitaire internationale pressée par le temps

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centrafrique : des soldats français soupçonnés de viols sur des enfants

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Viols présumés en Centrafrique : une enquête s'est ouverte à Bangui

En savoir plus

FOCUS

Liban : la prison de Roumieh, un fief pour les jihadistes de l'EI

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"En France, les PME ont du mal à grandir"

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Le pain, une tradition française

En savoir plus

Culture

M.F. Husain, le "Picasso indien", est mort à l'âge de 95 ans

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/06/2011

L'Indien Maqbool Fida Husain, peintre, mais aussi réalisateur et producteur de films, avait acquis une excellente cote sur le marché de l'art international. L'artiste est décédé à Londres, à l'âge de 95 ans.

AFP - Le plus célèbre artiste et peintre indien, M.F. Husain, qui avait quitté le pays en 2006 à la suite de menaces d'hindous extrémistes, s'est éteint jeudi à Londres à l'âge de 95 ans, ont rapporté les médias locaux citant des membres de sa famille.

Maqbool Fida Husain, plus connu sous le nom de M.F Husain, est décédé à l'hôpital Royal Brompton à Londres, a indiqué l'agence Press Trust of India.

Selon des chaînes de télévision indiennes, l'artiste, présenté comme "le Picasso de l'Inde", a succombé à une crise cardiaque et à une insuffisance pulmonaire.

M.F. Husain, "Maidens Flight", Oil on Canvas, 48" x 72", 1957



Ce musulman, qui vivait jusqu'en 2006 à Bombay, avait été accusé par des hindous extrémistes d'insulter leur foi en peignant des déesses hindous nues sur certains de ses tableaux, une vision qui représentait pour lui la pureté.

Ces tableaux colorés dataient des années 70 mais leur publication en 1996 dans un magazine hindou mit le feu aux poudres.

A la suite de menaces proférées par un groupe hindou radical qui avait mis sa tête à prix pour 11,5 millions de dollars et de plusieurs plaintes pour avoir heurté "la sensibilité hindoue", il avait quitté l'Inde pour vivre au Qatar, dont il a pris la nationalité en 2010.

M.F. Husain, "Autobiography", Oil on Canvas, 48" x 72", 1996

En 2008, les oeuvres de Husain, qui fut aussi réalisateur, producteur et scénariste, furent attaquées par des activistes du Bajrang Dal, une organisation politico-religieuse nationaliste hindoue, lors d'une exposition à New Delhi.

La même année, l'une de ses peintures fut adjugée 1,6 million de dollars lors d'une vente d'art d'Asie du sud moderne et contemporaine chez Christie's.

Lorsqu'il accepta la nationalité qatari l'an dernier, Husain avait déclaré avoir choisi l'exil pour pouvoir peindre en paix plutôt que de vivre dans la crainte de menaces de morts.

"Qu'est-ce que la citoyenneté ? Juste un morceau de papier", avait-il affirmé lors d'un entretien l'an dernier, en ajoutant: "Quel que soit l'endroit où je trouve l'amour, je l'accepte".

"95% des Indiens m'aiment et ils continuent de m'aimer. Je suis un peintre d'origine indienne et je le resterai jusqu'à mon dernier souffle", avait-il dit.

Le gouvernement indien avait récemment tenté de le faire revenir en Inde en lui assurant qu'il bénéficierait de la sécurité nécessaire pour être protégé.

M.F. Husain, "Ganesh Darwaza", 1964 Rajiv Jahangir Chaudhri Collection Courtesy Museum of Fine Arts, Boston

Première publication : 09/06/2011

COMMENTAIRE(S)