Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

États-Unis - Cuba : un tournant historique (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

États-Unis - Cuba : un tournant historique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

États-Unis, Cuba: "Somos todos americanos"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

De plus en plus de réfugiés affluent au Niger

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Le dalaï-lama vante le "réalisme" du président chinois Xi Jinping

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Eau argentée" : la guerre en Syrie au cinéma

En savoir plus

FOCUS

Grands lacs : LRA, une guérilla affaiblie mais toujours menaçante

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Sanctions occidentales : "La Russie sortira renforcée", assure Lavrov

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

La Libye au cœur des discussions du Forum de Dakar

En savoir plus

Afrique

L'ONU s'inquiète des violences commises par les forces du président Ouattara

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/06/2011

L'opération des Nations unies en Côte d'Ivoire dénonce la multiplication des violences impliquant les FRCI, les forces armées du président Ouattara. Le rétablissement de la sécurité reste un des chantiers urgents du chef de l'État.

AFP - L'Opération de l'ONU en Côte d'Ivoire (Onuci) s'est déclarée jeudi "particulièrement préoccupée" par la "multiplication" récente des violences d'éléments des forces armées du président Alassane Ouattara dans le sud du pays, ayant fait deux morts et des dizaines de blessés. 
 
L'Onuci "est particulièrement préoccupée par la multiplication d'incidents violents et d'attaques conduits par des éléments des FRCI (Forces républicaines de Côte d'Ivoire) contre plusieurs villages", a déclaré Guillaume Ngefa, de la division des droits de l'Homme de l'Onuci, lors d'une conférence de presse à Abidjan.
              
Déplorant l'usage d'"armes lourdes" pour le maintien de l'ordre, il a exigé des "enquêtes immédiates et impartiales" sur ces incidents survenus ces derniers jours dans des localités des environs d'Abidjan, du sud-ouest et du centre-ouest du pays, régions réputées compter de nombreux partisans de l'ex-président Laurent Gbagbo.
              


L'ancien chef de l'Etat a été arrêté le 11 avril à l'issue d'une offensive des FRCI, soutenues par l'ONU et la France, après plus de quatre mois d'une crise née de son refus de céder le pouvoir après sa défaite au scrutin de novembre 2010.
              
A Becouesin (50 km au nord d'Abidjan), des éléments des FRCI "ont investi le village et ont fait usage de la force mortelle. Ils ont ensuite arrêté une vingtaine de jeunes (...). En cours de route, ils ont battu une autre personne qui est morte des suites de ses blessures", a expliqué M. Ngefa.
              
A Yakassé-Mé (50 km au nord de la capitale économique), "un vieillard s'est écroulé et est mort lorsqu'il tentait de fuir en brousse par crainte d'être arrêté par des éléments des FRCI qui avaient lancé une opération de ratissage", a-t-il poursuivi.
              
"Ces incidents ont fait au moins 45 blessés dont trois par balles", a précisé le responsable onusien. Selon lui, "des renforts des FRCI lourdement armés (...) ont pris d'assaut le village en tirant et en tabassant les jeunes", poussant les habitants à fuir dans les forêts.
              
A Domolon (55 km au sud-est d'Abidjan), une incursion de FRCI "s'est soldée par une trentaine de blessés à coups de machettes et de crosses", "des pillages à grande échelle" et un exode massif de la population dans la brousse, a-t-il encore rapporté.
              
Le rétablissement de la sécurité est l'un des chantiers les plus urgents du gouvernement Ouattara.
              
A l'issue d'un conseil des ministres mercredi, il s'est engagé à faire entrer les FRCI "le plus rapidement possible" dans des casernes. Il doit parallèlement accélérer le retour sur le terrain des policiers et des gendarmes.

Première publication : 09/06/2011

  • CÔTE D'IVOIRE

    Le corps du directeur du Novotel d'Abidjan identifié, selon l'avocat de sa famille

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    L'ouest du pays toujours en proie aux exactions

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Amnesty accuse les camps de Ouattara et de Gbagbo de crimes de guerre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)