Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : insécurité alimentaire en Casamance

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Otages en Syrie : la rançon ou la mort ?

En savoir plus

DÉBAT

Gouvernement Valls II : le bon choix ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

  • Vidéo : Lalish, capitale spirituelle et dernier refuge des Yazidis d'Irak

    En savoir plus

  • En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Porto élimine Lille, reversé en Ligue Europa

    En savoir plus

Moyen-orient

ONU : quelle résolution contre la Syrie ?

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 10/06/2011

Poussé par Paris et Londres, le Conseil de sécurité de l'ONU planche sur les termes de la résolution visant à condamner la violence exercée par le régime syrien à l'encontre de ses opposants. Le vote du texte pourrait intervenir vendredi.

Les 15 pays membres du Conseil de sécurité des Nations unies s'attellent actuellement à la rédaction d'un texte condamnant les violences pepétrées par le régime syrien de Bachar al-Assad à l'encontre de ses opposants. Les diplomates doivent débattre des termes de la résolution déposée mercredi par plusieurs pays européens. Le vote pourrait intervenir vendredi.

Les ambitions de la résolution 

Le texte, toujours en cours de négociations, n’est pas encore rendu public. D’après l'ambassadeur britannique à l'ONU, Mark Lyall Grant, la résolution "exige la fin immédiate des violences et condamne les violations systématiques des droits de l'Homme". Elle appelle les autorités syriennes à lever le siège des villes où est concentrée la contestation et à mettre en œuvre des réformes pour permettre "une participation politique authentique". Elle demande également à ce que "tous les pays fassent preuve de vigilance et empêchent la livraison d'armes à la Syrie".

À en croire certains diplomates, et selon une dernière version du texte obtenue par Reuters, le document condamne des atteintes "systématiques" aux droits de l'Homme qui relèvent du "crime contre l'humanité".

Les pays qui la soutiennent

La résolution est présentée par deux des cinq membres permanents du Conseil de sécurité : la France et la Grande-Bretagne. Le Portugal et l'Allemagne, membres non permanents, se sont joints à eux. Le texte est appuyé par les États-Unis.

La Russie, par la voix de son ministère des Affaires étrangères, a fait savoir ce jeudi qu’elle est contre toute résolution de l'ONU contre la Syrie. Une telle initiative, insiste-t-on à Moscou, "pourrait aggraver la situation dans ce pays". Tout l’enjeu pour les Européens et les États-Unis est donc d’obtenir a minima une abstention de la Russie et de la Chine, tous deux membres permanents, comme lors du vote sur la résolution à l’encontre de la Libye.

"Si quelqu'un vote contre cette résolution ou tente d'y opposer son veto, il devra en référer à sa conscience", a lancé, mercredi, le Premier ministre britannique, David Cameron, devant le Parlement à Londres. "Il faudra aller au vote de façon que chacun puisse prendre ses responsabilités", a quant à lui averti, mardi, le chef de la diplomatie française, Alain Juppé. "Nous serons du bon côté de l'Histoire et quand il s'agira de voter, si certains n'en sont pas capables ou ne veulent pas le faire, ce sera à eux d'en porter la responsabilité", a pour sa part averti l'ambassadrice américaine à l'ONU, Susan Rice, ce jeudi.

Le précédent libyen fait polémique

Une première mouture de la résolution avait été rédigée il y a un mois. Selon un diplomate interrogé par l’AFP, cette version a été amendée pour ne pas "donner l'impression de préparer le terrain à une intervention militaire comme celle en Libye". Une nouvelle clause indique que "la seule solution à la crise actuelle en Syrie passe par un processus politique élargi et dirigé par des Syriens".

Ce point est particulièrement crucial pour ne pas se heurter au veto de la Chine ou de la Russie. Interrogé par Reuters, l'ambassadeur russe à l'ONU, Vitali Tchourkine, a éludé la question. "Des choses ont été barrées, a-t-il déclaré. J'ai besoin d'une copie propre."

De son côté, Susan Rice a épinglé l’attitude des membres du Conseil de sécurité qui ont "hypocritement" évoqué les frappes en Libye pour justifier leur opposition à la résolution sur la Syrie. "Nous avons entendu certaines réflexions au cours de cette discussion qui, pour rester polie, suscitent le doute sur la crédibilité, voire la moralité" de leurs auteurs, a-t-elle déclaré.

Les frappes aériennes de l'Otan en Libye ont été vertement critiquées, non seulement par Pékin et par Moscou, mais aussi par l'Inde, l'Afrique du Sud et le Brésil, membres non permanents du Conseil de sécurité. Selon eux, cette intervention militaire ne respecte pas les résolutions de l'ONU autorisant à agir pour défendre les civils.

Première publication : 09/06/2011

  • SYRIE

    Plus de 1 300 nouveaux réfugiés accueillis en Turquie par le Croissant-Rouge

    En savoir plus

  • ONU

    Le Conseil de sécurité planche sur un projet de résolution contre la Syrie

    En savoir plus

  • SYRIE

    Londres et Paris déposent une résolution à l'ONU contre la Syrie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)