Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Percée d'Haftar : France 24 filme la déroute d'une milice libyenne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Clinton vs. Trump, l'eau et le feu"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

Moyen-orient

Les États-Unis intensifient les frappes aériennes contre Al-Qaïda

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/06/2011

Craignant que la déstabilisation du régime de Saleh ne fasse le jeu d'Al-Qaïda, l'armée américaine a multiplié, ces dernières semaines, les raids contre des positions présumées de membres de l'organisation islamiste au Yémen.

AFP - Les Etats-Unis ont accentué leurs raids aériens au Yémen ces dernières semaines, à l'aide drones et d'avions, contre des militants présumés d'Al-Qaïda, a rapporté le New York Times mercredi soir.

L'accélération des frappes de ces dernières semaines intervient alors que le régime du président Ali Abadallah Saleh est en voie de renversement par une insurrection populaire.

Selon le New York Times, les frappes américaines sont destinées à empêcher les partisans d'Al-Qaïda dans le sud du pays de s'emparer du pouvoir, en prenant avantage du vide politique actuel.

Mercredi, le plus haut gradé américain, Michael Mullen, a prévenu que le "chaos" au Yémen rendait Al-Qaïda encore "plus dangereuse".

Le numéro deux d'Al-Qaïda, Ayman Zawahiri, a d'ailleurs appelé les Yéménites à poursuivre leur révolte pour établir "un régime qui appliquera la charia", dans une vidéo diffusée mercredi sur internet.

Mardi, le ministère de la Défense yéménite avait annoncé que 30 "membres d'Al-Qaïda" avaient été tués lors d'un assaut de l'armée contre Zinjibar, ville aux mains d'insurgés soupçonnés d'être liés à Al-Qaïda.

Le président Ali Abdallah Saleh est actuellement hospitalisé à Ryad, après avoir été blessé lors du bombardement du palais présidentiel à Sanaa.

Ali Abdallah Saleh, qui a dirigé le pays durant 33 ans, a été un allié important de Washington dans le combat contre Al-Qaïda, dont il a longtemps agité la menace pour justifier son maintien au pouvoir, en dépit de la vive contestation populaire contre lui depuis janvier.

Le 21 mai, il avait prévenu qu'Al-Qaïda profiterait de son éventuel départ: "Si ce régime part, Al-Qaïda va connaître un nouvel essor", avait assuré M. Saleh.

Selon le New York Times, les récentes opérations aériennes américaines surviennent après près d'un an de suspension due à une mauvaise qualité du renseignement qui a provoqué plusieurs morts chez des civils lors des frappes.

Le président Saleh avait donné son feu vert à ces frappes au Yémen en 2009, tout en déclarant publiquement qu'elles étaient conduites par l'armée de l'air yéménite, rappelle le journal.
 

Première publication : 09/06/2011

  • YÉMEN

    Ali Abdallah Saleh est-il définitivement hors-jeu ?

    En savoir plus

  • YÉMEN

    Combats meurtriers entre armée et islamistes proches d'Al-Qaïda

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)