Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Economie

La police espagnole a arrêté trois membres du réseau Anonymous

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/06/2011

Trois cyberactivistes de l'organisation Anonymous ont été arrêtés en Espagne, selon les autorités. Des preuves de leurs implications dans le piratage de sites Internet officiels égyptiens, libyens ou iraniens ont été retrouvées.

AFP - Trois pirates informatiques considérés comme les responsables pour l'Espagne de l'organisation internationale "Anonymous" et accusés d'attaques contre des sites internet officiels ont été arrêtés, a annoncé vendredi la police.

Ces "hackers" qui ont été interpellés à Barcelone (nord-est), Valence (est) et Almeria (sud), étaient "des experts informatiques" capables de "crypter" leurs échanges, a expliqué le commissaire Manuel Vazquez, chef de la Brigade d'investigation technologique de la police espagnole.

Deux des pirates "n'avaient pas de connexion internet chez eux" pour ne pas éveiller les soupçons et accédaient au web en passant par les connexions wifi (sans fil) des voisins, a expliqué le policier lors d'une conférence de presse pour présenter cette opération, la "première" en Espagne contre Anonymous.

Anonymous est une "organisation de hackers structurée en cellules indépendantes" qui lancent des attaques coordonnées contre des sites internet, notamment à travers une myriade d'ordinateurs infectés par des virus et contrôlés à distance.

Cette organisation est considérée comme une "menace" par l'Otan pour les risques de piratage ou de blocage informatique qu'elle fait peser sur les systèmes de l'Alliance atlantique, selon la police espagnole.

Parfois qualifié de "Robin des bois" informatique, Anonymous s'était fait connaître par des attaques contre les sites de cartes de crédit américaines Visa et MasterCard, en réponse à leur décision de bloquer les versements au site de publication d'informations confidentielles WikiLeaks.

Cette organisation a déjà été visée par des opérations policières aux Etats-Unis et au Royaume-Uni.

Au domicile de l'un des trois pirates, les enquêteurs ont retrouvé un serveur informatique à partir duquel des attaques ont été menées contre les sites des gouvernements d'Egypte, d'Algérie, de Libye, d'Iran, du Chili, de Colombie et de Nouvelle-Zélande.

Ce matériel a été retrouvé à Gijon (nord-ouest de l'Espagne), lors d'une perquisition au domicile d'un homme de 31 ans soupçonné d'avoir coordonné des attaques et lui-même arrêté à Almeria.

A partir du même serveur, des attaques ont également été lancées contre la boutique en ligne de PlayStation du géant de l'électronique japonais Sony, les sites des banques espagnoles BBVA et Bankia, et le groupe d'électricité italien Enel.

Ces pirates sont aussi accusés d'avoir mené récemment des attaques contre les sites web du Parlement espagnol, de la police régionale de Catalogne, de la Commission électorale espagnole ou encore du syndicat UGT.

Ces attaques ont été le plus souvent menées par "déni de service", a indiqué le commissaire Vazquez, ce qui consiste à paralyser un service internet avec une avalanche de requêtes simultanées.

Les trois pirates "aidaient les personnes qui voulaient participer à des attaques à configurer leurs ordinateurs" et disposaient aussi d'un "manuel sur la manière de conserver l'anomymat sur internet", a précisé le policier.

Première publication : 10/06/2011

  • JEUX VIDÉO

    Vol des données du réseau Playstation : Sony fait porter le chapeau aux "Anonymous"

    En savoir plus

  • INTERNET

    Les trublions de 4chan sortent l'artillerie lourde contre l'industrie du cinéma et de la musique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)