Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

La toile dénonce les incursions russes en Ukraine

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

BCE : la semaine de Mario Draghi ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'agneau russe"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'aime les socialistes"

En savoir plus

SUR LE NET

Transparence de la vie publique : la France rattrape son retard

En savoir plus

SUR LE NET

Guerre d'intimidation : EIIL contre les États-Unis

En savoir plus

SUR LE NET

Des militants anti-avortement s'opposent au "Ice Bucket Challenge"

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

  • Des manifestants investissent le siège de la télévision d'État à Islamabad

    En savoir plus

  • Importante victoire de l’armée irakienne face aux jihadistes de l’EI

    En savoir plus

  • Ligue 1 : le PSG frappe fort, Bordeaux lève le pied

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine évoque la création d’un État dans l’est de l’Ukraine

    En savoir plus

  • Israël décide de s'approprier 400 hectares de terres en Cisjordanie

    En savoir plus

  • Un immeuble s'effondre en banlieue parisienne, au moins sept morts

    En savoir plus

  • Un navire ukrainien bombardé au large de Marioupol

    En savoir plus

  • "J'aime les socialistes" ou l'opération séduction de Manuel Valls à La Rochelle

    En savoir plus

  • Un présumé recruteur pour le jihad en Syrie arrêté à Nice

    En savoir plus

  • Judo : les Françaises sacrées championnes du monde par équipe

    En savoir plus

  • UE : Tusk président du Conseil, Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Situation toujours aussi confuse au lendemain du coup d’État au Lesotho

    En savoir plus

  • Golan : les Casques bleus philippins "saufs", les fidjiens toujours détenus

    En savoir plus

  • Après deux ans de captivité au Mali, deux diplomates algériens libérés

    En savoir plus

  • Vidéo : à Novoazovsk, "il semblerait que les Russes soient déjà partis"

    En savoir plus

  • Offensive irakienne et frappes américaines contre l'EI à Amerli

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE pose un ultimatum à la Russie avant de nouvelles sanctions

    En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

Economie

La police espagnole a arrêté trois membres du réseau Anonymous

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/06/2011

Trois cyberactivistes de l'organisation Anonymous ont été arrêtés en Espagne, selon les autorités. Des preuves de leurs implications dans le piratage de sites Internet officiels égyptiens, libyens ou iraniens ont été retrouvées.

AFP - Trois pirates informatiques considérés comme les responsables pour l'Espagne de l'organisation internationale "Anonymous" et accusés d'attaques contre des sites internet officiels ont été arrêtés, a annoncé vendredi la police.

Ces "hackers" qui ont été interpellés à Barcelone (nord-est), Valence (est) et Almeria (sud), étaient "des experts informatiques" capables de "crypter" leurs échanges, a expliqué le commissaire Manuel Vazquez, chef de la Brigade d'investigation technologique de la police espagnole.

Deux des pirates "n'avaient pas de connexion internet chez eux" pour ne pas éveiller les soupçons et accédaient au web en passant par les connexions wifi (sans fil) des voisins, a expliqué le policier lors d'une conférence de presse pour présenter cette opération, la "première" en Espagne contre Anonymous.

Anonymous est une "organisation de hackers structurée en cellules indépendantes" qui lancent des attaques coordonnées contre des sites internet, notamment à travers une myriade d'ordinateurs infectés par des virus et contrôlés à distance.

Cette organisation est considérée comme une "menace" par l'Otan pour les risques de piratage ou de blocage informatique qu'elle fait peser sur les systèmes de l'Alliance atlantique, selon la police espagnole.

Parfois qualifié de "Robin des bois" informatique, Anonymous s'était fait connaître par des attaques contre les sites de cartes de crédit américaines Visa et MasterCard, en réponse à leur décision de bloquer les versements au site de publication d'informations confidentielles WikiLeaks.

Cette organisation a déjà été visée par des opérations policières aux Etats-Unis et au Royaume-Uni.

Au domicile de l'un des trois pirates, les enquêteurs ont retrouvé un serveur informatique à partir duquel des attaques ont été menées contre les sites des gouvernements d'Egypte, d'Algérie, de Libye, d'Iran, du Chili, de Colombie et de Nouvelle-Zélande.

Ce matériel a été retrouvé à Gijon (nord-ouest de l'Espagne), lors d'une perquisition au domicile d'un homme de 31 ans soupçonné d'avoir coordonné des attaques et lui-même arrêté à Almeria.

A partir du même serveur, des attaques ont également été lancées contre la boutique en ligne de PlayStation du géant de l'électronique japonais Sony, les sites des banques espagnoles BBVA et Bankia, et le groupe d'électricité italien Enel.

Ces pirates sont aussi accusés d'avoir mené récemment des attaques contre les sites web du Parlement espagnol, de la police régionale de Catalogne, de la Commission électorale espagnole ou encore du syndicat UGT.

Ces attaques ont été le plus souvent menées par "déni de service", a indiqué le commissaire Vazquez, ce qui consiste à paralyser un service internet avec une avalanche de requêtes simultanées.

Les trois pirates "aidaient les personnes qui voulaient participer à des attaques à configurer leurs ordinateurs" et disposaient aussi d'un "manuel sur la manière de conserver l'anomymat sur internet", a précisé le policier.

Première publication : 10/06/2011

  • JEUX VIDÉO

    Vol des données du réseau Playstation : Sony fait porter le chapeau aux "Anonymous"

    En savoir plus

  • INTERNET

    Les trublions de 4chan sortent l'artillerie lourde contre l'industrie du cinéma et de la musique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)