Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

Afrique

L'ONU évoque de possibles "crimes contre l'humanité" commis par les deux camps

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/06/2011

Le rapport de la commission d'enquête créée par les Nations unies avance que certaines violations post-électorales commises en Côte d'Ivoire "pourraient constituer des crimes contre l'humanité" de la part des pro-Gbagbo comme des pro-Ouattara.

AFP - Certaines des violations commises en Côte d'Ivoire suite à l'élection présidentielle de novembre 2010 "pourraient constituer des crimes contre l'humanité et des crimes de guerre", selon une enquête de l'ONU publiée vendredi pointant les pro-Ouattara et pro-Gbagbo.

Le 25 mars, le Conseil des droits de l'homme de l'ONU avait décidé de créer une commission d'enquête internationale indépendante sur les violations commises en Côte d'Ivoire.

"La Commission conclut que durant la période considérée de nombreuses violations graves des droits de l’homme et du droit international humanitaire ont été commises par différents acteurs", explique le rapport de 25 pages.

"Certaines pourraient constituer des crimes contre l’humanité et des crimes de guerre", affirme-t-il.

"Ces violations ont été commises par les Forces de Défense et de sécurité (pro-Gbagbo) et leurs alliés (milices et mercenaires) puis, lors de leur contre-offensive et depuis leur contrôle du pays, par les FRCI (Forces Républicaines de Côte d’Ivoire, pro-Ouattara, ndlr).

La commission d'enquête s’est rendue en Côte d’Ivoire du 4 au 28 mai 2011.

Outre Abidjan, elle s’est rendue dans l’ouest, le nord et le sud du pays et a visité en particulier les villes de Duekoué, Guiglo, Korogho, Odienné et San Pedro. Elle s’est aussi rendue au Liberia où elle s’est entretenue avec un grand nombre de réfugiés ivoiriens, des membres du Gouvernement et des représentants du système des Nations Unies.

"Les nombreuses victimes, dans l’ouest, du sud-ouest et Abidjan paient un lourd tribut", écrivent les enquêteurs.

Les contraintes de temps et de ressources n’ont permis qu’une estimation des pertes en vies humaines durant la crise, expliquent-ils. Néanmoins, sur la base des informations recueillies lors de ses visites de terrain et des recoupements que la Commission a pu effectuer, elle estime que "quelques 3.000 personnes ont pu être tuée".

La Commission fait aussi un certain nombre de recommandations.

Elle recommande ainsi au gouvernement ivoirien de veiller à ce que les auteurs des violations des droits de l’homme et du droit humanitaire international soient traduits en justice, indique le Haut commissariat de l'ONU aux droits de l'homme dans un communiqué.

"Ensuite, et afin d’accompagner les autorités ivoiriennes dans la lutte contre l’impunité, la Commission recommande l’établissement d’un mécanisme indépendant sur la situation des droits de l’homme en Côte d’Ivoire", souligne-t-il.

Le rapport sera discuté au Conseil le 15 juin, alors que la violence se poursuit en Côte d'Ivoire.

Jeudi, l'Opération de l'ONU en Côte d'Ivoire (Onuci) s'est déclarée "particulièrement préoccupée" par la "multiplication" récente des violences d'éléments des forces armées du président Alassane Ouattara dans le sud du pays, ayant fait deux morts et des dizaines de blessés.


 

Première publication : 10/06/2011

  • CÔTE D'IVOIRE

    L'ONU s'inquiète des violences commises par les forces du président Ouattara

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    L'ouest du pays toujours en proie aux exactions

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Amnesty accuse les camps de Ouattara et de Gbagbo de crimes de guerre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)