Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Le trio CAB, un voyage musical entre Afrique, Brésil et Caraïbes

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Quand Manuel Valls tente de faire disparaître ses tweets

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Exclusivité France 24 : Laurent Fabius s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

SUR LE NET

Transparence de la vie publique : la France rattrape son retard

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Simon Serfaty, professeur en relations internationales

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile dénonce les incursions russes en Ukraine

En savoir plus

  • Et si la France vendait la Joconde pour éponger ses dettes ?

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • Face à l'avancée de l'EI en Irak, la peur gagne l'Iran

    En savoir plus

  • Webdoc : "Le Grand incendie" primé à Visa pour l'image

    En savoir plus

  • Le pape organise un "match pour la paix" avec des stars du foot

    En savoir plus

  • Les troupes ukrainiennes abandonnent l'aéroport de Lougansk

    En savoir plus

  • République centrafricaine : les ravages de la haine

    En savoir plus

  • Des manifestants investissent le siège de la télévision d'État à Islamabad

    En savoir plus

  • Embargo russe : les producteurs français redoutent la concurrence polonaise

    En savoir plus

  • Un immeuble s'effondre en banlieue parisienne, huit morts

    En savoir plus

  • Importante victoire de l’armée irakienne face aux jihadistes de l’EI

    En savoir plus

  • Ligue 1 : le PSG frappe fort, Bordeaux lève le pied

    En savoir plus

  • Quand des selfies volés de stars nues enflamment la Toile

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine évoque la création d’un État dans l’est de l’Ukraine

    En savoir plus

  • Israël décide de s'approprier 400 hectares de terres en Cisjordanie

    En savoir plus

  • Un navire ukrainien bombardé au large de Marioupol

    En savoir plus

  • "J'aime les socialistes" ou l'opération séduction de Manuel Valls à La Rochelle

    En savoir plus

  • Judo : les Françaises sacrées championnes du monde par équipes

    En savoir plus

  • Golan : les Casques bleus philippins "saufs", les fidjiens toujours détenus

    En savoir plus

Asie - pacifique

Trois mois après le séisme, le pays peine à panser ses plaies

Vidéo par France 3

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/06/2011

Trois mois exactement après le violent tremblement de terre qui a provoqué un tsunami à l'origine de la catastrophe nucléaire de Fukushima, plus de 90 000 sinistrés sont toujours réfugiés dans des centres d'accueil.

AFP - Le Premier ministre japonais Naoto Kan devait se rendre samedi dans le nord-est du pays dévasté il y a exactement trois mois par un séisme et un tsunami géants, alors que des milliers de personnes étaient attendues à Tokyo pour une manifestation contre le nucléaire et la centrale de Fukushima.

Le 11 mars, une secousse de magnitude 9 au fond de l'océan Pacifique a déclenché un énorme raz-de-marée qui a détruit des villes et des villages entiers de la côte du Tohoku (nord-est), faisant plus de 23.000 morts et disparus.

Une vague de 14 mètres de haut a également gravement endommagé la centrale nucléaire Fukushima Daiichi (N°1), construite au bord de l'océan, à 220 km de Tokyo, provoquant la plus grave crise nucléaire depuis celle de Tchernobyl il y a 25 ans.

Trois mois plus tard, plus de 90.000 personnes, évacuées du site atomique ou des zones dévastées par la mer, sont toujours réfugiées dans des centres d'accueil et désespèrent de pouvoir un jour rentrer chez eux.

Au centre des critiques, le Premier ministre Kan, 64 ans, accusé d'avoir mal géré la catastrophe et dont les jours au sommet de l'Etat sont comptés.

Il devait assister dans le port de Kamaishi à un forum organisé par le gouvernement sur l'amélioration des conditions de vie des survivants, a indiqué son porte-parole.

"L'aide fournie aux autorités des régions dévastées n'a pas été suffisante", a critiqué samedi dans un éditorial le journal Yomiuri. "Le nettoyage des débris a pris beaucoup trop de retard et la construction de logements temporaires pour les évacués n'est pas encore terminée."

La reconstruction dans la zone côtière du Tohoku, recouverte de 25 millions de tonnes de débris et quelque 16 millions de tonnes de boue, prendra des années et pourrait coûter des centaines de milliards d'euros, selon des experts.

Autour de la centrale accidentée de Fukushima, une zone interdite de 20 km de rayon a été décrétée, mais d'autres villes ou villages situées au-delà continuent de recevoir des particules radioactives.

Plusieurs milliers de manifestants antinucléaires, à Tokyo et dans d'autres villes du Japon, devaient observer une minute de silence à la mémoire des victimes, à 14H46 (05H46 GMT), heure exacte du séisme.


 

Première publication : 11/06/2011

  • JAPON

    Ces retraités japonais prêts à se sacrifier pour nettoyer Fukushima

    En savoir plus

  • JAPON

    L'AIEA considère que les risques de tsunami ont été "sous-estimés"

    En savoir plus

  • JAPON - FUKUSHIMA

    En proie aux critiques, Tepco confirme une fusion dans les réacteurs n°2 et n°3

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)