Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

La mode de 2014 marquée par une douce révolution et une prise de conscience des créateurs.

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

Afrique

Le chef d'Al-Qaïda en Afrique de l'Est a été tué en Somalie

Vidéo par Stéphanie BRAQUEHAIS

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/06/2011

Un mois après la mort d'Oussama Ben Laden, le chef présumé d'Al-Qaïda en Afrique de l'Est, le Comorien Fazul Abdullah Muhammad, a été tué mercredi dernier alors qu'il circulait en voiture près de Mogadiscio, la capitale somalienne.

AFP - Le chef présumé d'Al-Qaïda en Afrique de l'est, le Comorien Fazul Abdullah Muhammad, un des acteurs-clé des attentats anti-américains de 1998 à Nairobi et Dar es-Salaam, a été tué en début de semaine à Mogadiscio au hasard d'un banal accrochage sur un barrage routier.

Biographie de Fazul Abdullah Muhammad

Benjamin d'un fratrie de six enfants, Fazul Abdullah est né le 25 août 1972 à Moroni, selon un rapport du "Combating Terrorism Center" (CTC) de l'académie militaire de West Point (Etats-Unis).

Fazul a vécu une enfance parfaitement normale, se souviennent ses proches: il jouait au football, aimait montrer ses prouesses au kung-fu et danser le "moon-walk" de Michael Jackson.

Comme tous les gamins comoriens, il étudie le Coran dès quatre ans. Fazul entame sa radicalisation à 16 ans en devenant l'élève de Soidiki M'Bapandza, un cheikh salafiste en marge de l'islam modéré pratiqué dans l'archipel.

En 1990, le jeune homme part pour le Pakistan, où il abandonne très rapidement un cursus de médecine pour s'engager comme futur "moujahidine" en Afghanistan, explique le CTC.

Il suit alors un entraînement et un endoctrinement intensifs dans l'école du jihad de "Beïd al-Ansar" à Peshawar, célèbre "guest-house" fondée par Oussama ben Laden et le prêcheur d'origine palestinienne Abdullah Azzam, qui servira par la suite de pépinière à Al-Qaïda.

En 1991, Fazul écrit dans une lettre à sa famille avoir "rejoint" Al-Qaïda.

Il revient brièvement au Comores en 1994, puis s'installe au Kenya. Il vit alors entre Khartoum, Nairobi et Mogadiscio, consacrant l'essentiel de son temps à la préparation des attentats anti-américains de Nairobi et Dar es-Salaam, qui feront 224 morts au total en juillet 1998.

Il est un "acteur-clé" du complot et conduit lui-même le pick-up qui guide le camion bourré d'explosifs devant la représentation américaine à Nairobi. Fazul occupe alors "une position intermédiaire au sein d'Al-Qaïda", selon le CTC.

En 2002, le Comorien se voit confier la direction des opérations d'Al-Qaïda pour toute l'Afrique de l'est.

Depuis l'archipel paradisiaque de Lamu (nord du Kenya), il planifie les attentats anti-israéliens de Mombasa, qui ont fait 15 morts le 28 novembre 2002.

Passé maître dans l'art du déguisement, "remarquablement intelligent et parfaitement entraîné", il était considéré comme "l'un des plus dangereux terroristes internationaux en vie aujourd'hui", selon le CTC.

"Nous avons reçu cette information des autorités somaliennes", a déclaré à l'AFP le chef de la police kényane Mathew Iteere, confirmant des informations d'un haut responsable des insurgés somaliens shebab.

"On nous a dit que deux terroristes avaient été tués en Somalie mercredi. Ils ont été identifiés comme Fazul Mohammed et Ali Dere. C'est ce que nous ont dit nos homologues en Somalie", a déclaré samedi à l'AFP M. Iteere.

"L'un des deux hommes qui a été tué est Fazul Abdullah, que Dieu bénisse son âme", a déclaré à l'AFP un leader des shebab, sous couvert d'anonymat.

"Il est mort, mais il vit encore pour les milliers de moujahidine qui continuent de combattre les ennemis de l'islam", a commenté ce chef jihadiste.

Cette information n'avait pas été encore confirmée samedi après-midi de source américaine.

Selon les services de sécurité du gouvernement somalien, les deux hommes ont été tués dans la nuit de mardi à mercredi en périphérie nord de la capitale somalienne lors d'un simple accrochage sur un barrage routier.

L'avis de recherche du FBI
"Nos forces ont tiré sur deux hommes qui ont refusé de stopper à un barrage. Ils ont tenté de se défendre alors qu'ils étaient cernés", a expliqué à l'AFP un commandant des forces TFG (gouvernement de transition somalien), Abdikarim Yusuf.

"Nous avons récupéré leurs documents d'identités, dont un passeport étranger", a-t-il précisé.

L'incident a eu lieu vers 2H00 locales dans le corridor d'Afgoye, selon une source sécuritaire régionale. Les deux individus circulaient à bord d'un pick-up, chargés notamment de médicaments et d'ordinateurs portables.

Ils se seraient égarés en zone gouvernementale alors qu'ils tentaient de rejoindre les lignes shebab, toujours selon cette même source. Selon une source somalienne proche de l'enquête, l'étranger était en possession d'un passeport sud-africain, au nom de Daniel Robinson, né en 1971.

Le passeport, émis le 13 avril 2009, indique que son détenteur a quitté l'Afrique du Sud le 19 mars pour la Tanzanie, où il s'est vu remettre un visa de séjour, unique visa qui figure dans le document de voyage.

L'homme était en possession de 40.000 dollars en liquide, et de nombreux téléphones portables. Il venait apparemment de Lower Juba (sud de la Somalie), où il dirigeait un groupe de combattants étrangers sous le nom de guerre "d'Abu-Abdirahman le Canadien", a précisé la même source.

Contrairement à l'usage dans ce genre d'incidents, relativement banal à Mogadiscio, les deux corps ont été collectés par les hommes de la NSA, les services de renseignements somaliens, puis remis aux services américains qui ont procédé à des vérifications d'ADN.
Des photos prises peu après l'incident montrent le corps ensanglanté, gisant sur le dos, face vers le ciel, ainsi que le 4X4 au pare-brise - visiblement blindé - criblé d'impacts de balles. Le visage montre des ressemblances avec les clichés de l'avis de recherche diffusés sur internet par le FBI (Federal Bureau of investigation) américain.

Leader présumé d'Al-Qaïda en Afrique de l'est, Fazul Abdullah Muhammad échappait depuis une dizaine d'années à la traque des Américains, qui avaient mis sa tête à prix pour 5 millions de dollars.

Il était l'un des acteurs-clé des attentats contre les ambassades américaines à Nairobi et Dar es-Salaam, qui ont fait 218 morts en juillet 1998. Il était également impliqué dans les attentats anti-israéliens de Mombasa (sud-est), qui ont fait 15 morts le 28 novembre 2002.

Cette même année 2002, il s'était vu confier la direction des opérations d'al-Qaïda pour toute l'Afrique de l'est, selon les services de sécurité américain.

Polyglotte, utilisant au moins une douzaine de pseudonymes, le fugitif était expert dans l'art du déguisement et circulait dans toute la région.

Il combattait depuis plusieurs années dans les rangs des shebab somaliens, qui ont fait allégeance au réseau al-Qaïda, et était plus particulièrement en charge des volontaires étrangers.

Retrouvez l'émission "À la une" consacrée à l'offensive des Shebab

Les shebab entretiennent le plus grand mystère sur ces unités de jihadistes, composées pour l'essentiel de Somaliens de la diaspora et de ressortissants des pays d'Afrique de l'Est, et qui seraient impliquées dans les nombreux attentats suicide perpétrées par la milice islamiste.

L'unique figure publique de ces jihadistes est Abou Mansour al-Amriki, Américain d'origine syrienne, qui s'exprime régulièrement et à visage découvert sur les forums islamistes, tandis que Fazul Abdullah est lui toujours resté dans l'ombre.

La mort du Comorien intervient un mois après celle du numéro un du réseau al-Qaïda, Oussama Ben Laden, tué par un commando américain le 2 mai au Pakistan.

Un autre chef présumé d'Al-Qaïda dans la Corne de l'Afrique, le Kényan Saleh Ali Saleh Nabhan, avait été tué tué en septembre 2009 au cours d'un raid héliporté des forces spéciales américaines dans le sud de la Somalie.

Première publication : 11/06/2011

  • SOMALIE

    Le ministre de l'Intérieur tué dans un attentat-suicide

    En savoir plus

  • SOMALIE

    Combats meurtriers entre forces gouvernementales et miliciens shebab à Mogadiscio

    En savoir plus

  • Les réfugiés somaliens à l'abandon

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)