Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Vol AH5017 d'Air Algérie : Paris n'exclut "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

Afrique

La justice condamne d'entrée de jeu les époux Ben Ali à 35 ans de prison

Vidéo par Claire BONNICHON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/06/2011

Poursuivis pour détournement de fonds publics, l'ex-président tunisien, Zine el-Abidine Ben Ali, et son épouse, Leïla Trabelsi, ont tous deux été condamnés par contumace à 35 ans de prison. Une peine assortie d'une amende de 65 millions de dollars.

AFP - Le président tunisien déchu Ben Ali et son épouse ont été condamnés par contumace lundi à des peines sévères de 35 ans de prison et à des amendes de 45 millions d'euros pour détournement de fonds.

"La procédure judiciaire est allée extrêmement vite"

Cette condamnation, au premier jour d'un procès ouvert lundi, intervient alors que l'ex-homme fort tunisien a cherché à s'expliquer. Il a affirmé dans un message n'avoir jamais fait tirer sur la foule lors de la révolte qui l'a chassé du pouvoir et avoir été poussé à quitter son pays "par la ruse".

Outre la prison, M. Ben Ali et son épouse Leïla Trabelsi se sont vu infliger deux amendes de 50 millions de dinars (25 millions d'euros) et 41 millions (20,5 millions d'euros). Ces peines sont pour le moment essentiellement symboliques puisque l'ex-président et son épouse sont réfugiés en Arabie saoudite depuis le 14 janvier.

"Le tribunal de première instance a jugé avérés les faits reprochés à Zine El Abidine Ben Ali et Leïla Trabelsi", a déclaré le juge Touhami Hafi après six heures de délibération, en lisant son verdict devant une vingtaine de journalistes. Aucune scène de liesse n'avait été constatée en début de soirée dans le centre de Tunis.

"C'est une plaisanterie", a déclaré à Beyrouth Akram Azoury, l'avocat libanais de Ben Ali, pour qui "aucun tribunal en Europe ne peut reconnaître ce jugement". Il a ajouté qu'il allait conseiller à son client de quitter l'Arabie saoudite pour l'Union européenne où selon lui il bénéficiera d'une immunité contre l'extradition.

La cour a d'autre part accepté le report au 30 juin d'un second volet du procès pour que ses quatre avocats tunisiens, commis d'office, aient davantage de temps pour préparer sa défense.

M. Ben Ali, qui a dirigé le pays d'une main de fer pendant 23 ans, était poursuivi dans deux affaires. La première le mettait en cause avec Mme Trabelsi suite à la découverte de très importantes sommes d'argent et de bijoux de valeur dans un palais à Sidi Bou Said, dans la banlieue chic au nord de Tunis.

Dans le second dossier, qui le vise seul, l'ex-président est accusé de détention d'armes et de stupéfiants, retrouvés dans un autre palais.

Il était passible, selon le ministère de la Justice, de peines allant de 5 à 20 ans de prison pour ces délits, qu'il nie en bloc. La peine infligée est supérieure car le juge a pris en compte plusieurs délits.

M. Ben Ali et des membres de son entourage doivent ultérieurement être jugés par des juridictions militaires sur des chefs d'accusation, d'homicides volontaires de torture ou de trahison, dont certains sont passibles de la peine de mort.

Dans un texte rendu public par son avocat libanais, au moment où son procès s'ouvrait à Tunis, l'ex-président a donné pour la première fois sa version de son départ, le 14 janvier, qui avait pris le monde par surprise.

Il affirme avoir été victime d'un stratagème ourdi par le responsable de sa sécurité, le général Ali Seriati. Celui-ci, évoquant la menace d'un assassinat, avait poussé le président à aller mettre sa famille à l'abri, selon cette version, et aurait empêché son retour en Tunisie.

Il soutient aussi n'avoir jamais donné "l'ordre de tirer à balles réelles sur les manifestants". Quelque 300 personnes ont été tuées dans la répression du soulèvement populaire qui a conduit en un mois au départ de M. Ben Ali, une révolution qui a donné naissance au printemps arabe.

L'ex-président affirme également n'avoir ni comptes ni propriétés en dehors de Tunisie. Son épouse et la famille de cette dernière étaient toutefois honnies en Tunisie, où elles sont accusées d'avoir mis en coupe réglée l'économie du pays.

Les ONG Sherpa et Transparence International France évaluent la fortune de M. Ben Ali et de son entourage à environ 5 milliards de dollars.

Son avocat français Me Jean-Yves Le Borgne, a de son côté dénoncé une "liquidation politique", dans une déclaration à l'AFP.

Devant le tribunal, plusieurs dizaines de personnes se plaignaient que l'ex-homme fort de la Tunisie ne soit pas sur le banc des accusés.

"Qu'est ce qu'ils vont juger, de l'air? Ca n'a aucun sens", avait lancé Mohamed Salah Zaalouni, un garçon de café, juste avant l'audience.

Première publication : 20/06/2011

  • TUNISIE

    La défense de Ben Ali demande le report de son procès par contumace

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Expulsion et querelles autour des archives de Ben Ali à Paris

    En savoir plus

  • TUNISIE

    "Un débat politique vraiment nouveau n'a pas encore émergé"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)