Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Nigeria face à Boko Haram

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ali Benflis répond aux attaques d’Abdelaziz Bouteflika

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Chine : la croissance ralentit à 7,4% au premier trimestre

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Dans l'ombre de Bouteflika"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Booty Looting", un pillage chorégraphié de Wim Vandekeybus

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Bras de fer entre Washington et Téhéran autour d’un ambassadeur

En savoir plus

SUR LE NET

San Francisco : une nouvelle agression liée aux Google Glass

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Cuisine durable

En savoir plus

  • En images : des centaines de disparus après le naufrage d’un ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine : "L'Ukraine est au bord de la guerre civile"

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • Coupe d'Espagne : une finale Barcelone-Madrid sans Ronaldo

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

  • Kiev passe à l'offensive contre les pro-russes dans l'Est

    En savoir plus

  • Ali Benflis : "La présidence à vie en Algérie, c’est terminé"

    En savoir plus

  • Les prisonniers d'Abou Ghraib transférés face à la menace djihadiste

    En savoir plus

  • Des travaux d'intérêt général pour Silvio Berlusconi

    En savoir plus

  • Vidéo : Yasmina Khadra appelle les Algériens à "chasser" le régime

    En savoir plus

  • Réforme des régions : la Bourgogne et la Franche-Comté sur la voie de la fusion

    En savoir plus

  • Reportage : à Horlivka, les insurgés s'emparent des bâtiments officiels

    En savoir plus

  • Un an après les attentats, Boston rend hommage à ses victimes

    En savoir plus

  • L'incendie de Valparaiso pourrait encore durer plusieurs jours

    En savoir plus

  • Hillsborough : 25 ans après, Liverpool demande toujours justice pour les victimes

    En savoir plus

Moyen-orient

La réconciliation entre le Hamas et le Fatah bute sur le choix d'un Premier ministre

©

Vidéo par Christophe DANSETTE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/06/2011

Soutenue par le Fatah du président Mahmoud Abbas, la candidature de l'actuel Premier ministre de l'Autorité palestinienne Salam Fayyad au poste de chef du gouvernement de transition a été rejetée par le Hamas.

AFP - La réconciliation palestinienne bute sur le choix du chef du gouvernement d'indépendants, pour lequel le Fatah du président Mahmoud Abbas soutient le Premier ministre Salam Fayyad, favori de la communauté internationale, rejeté par le Hamas.


Les discussions prévues mardi au Caire entre les deux mouvements sur la formation du chef de cet exécutif transitoire et l'application des autres clauses de l'accord de réconciliation conclu le 27 avril s'annoncent par conséquent délicates.

Une délégation du Fatah, dirigée par Azzam al-Ahmad, a quitté dimanche Ramallah, le siège l'Autorité palestinienne, pour l'Egypte afin de discuter avec le Hamas de la composition du gouvernement et de la question du Premier ministre avec l'espoir d'"arriver à un accord le plus tôt possible".

Après des semaines de délibérations, le Comité central du Fatah s'est prononcé pour M. Fayyad, un indépendant, s'attirant le refus sans surprise du Hamas, favorable à un Premier ministre de la bande de Gaza, qu'il contrôle.

"Lors d'une réunion samedi soir au quartier général de la présidence palestinienne (à Ramallah), nous avons décidé de présenter Salam Fayyad à la tête du gouvernement palestinien" de transition, a affirmé à l'AFP un membre du Comité central du Fatah sous couvert de l'anonymat.

"Le Hamas a déjà informé le Fatah au cours de leur dernière réunion (les 16 et 17 mai au Caire, NDLR) qu'il rejette le choix de Salam Fayyad", a répliqué le Hamas, par la voix de son porte-parole à Gaza, Sami Abou Zouhri, en soulignant que "tout chef de gouvernement doit être choisi par consensus".

Le choix de M. Fayyad rassurerait la communauté internationale sur l'orientation du gouvernement d'indépendants, bien que le mandat de celui-ci se résume essentiellement à organiser des élections d'ici mai 2012 et à engager la reconstruction de la bande de Gaza, sinistrée par l'opération israélienne "Plomb durci" de décembre 2008/janvier 2009.

Le président américain Barack Obama a qualifié le 22 mai la réconciliation Fatah/Hamas d'"énorme obstacle à la paix", tandis qu'Israël, qui refuse de "négocier avec un gouvernement soutenu par la version palestinienne d'Al-Qaïda", en allusion au Hamas, a retardé la rétrocession en mai des fonds qu'il perçoit pour le compte de l'Autorité palestinienne, à titre de "carton jaune".

M. Abbas a rappelé à maintes reprises que depuis 1993 la conduite des pourparlers avec Israël revenait à l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), qu'il préside, dont le Hamas ne fait pas partie.

Les autres membres du Quartette sur le Proche-Orient (Etats-Unis, Union européenne, ONU, Russie) ont en revanche accueilli favorablement la réconciliation palestinienne comme un facteur de paix, le ministre français des affaires étrangères Alain Juppé jugeant lundi dernier à Washington nécessaire de "favoriser tout ce qui peut faire évoluer le Hamas".

Au-delà de la question théorique des négociations, suspendues depuis plus de huit mois sans perspective de reprise, et qui ne dépendent pas du gouvernement, la communauté internationale se préoccupe de la préservation de l'héritage de M. Fayyad, crédité par les donateurs d'avoir assaini les finances de l'Autorité palestinienne.

Victime d'un malaise cardiaque lors d'une visite privée aux Etats-Unis en mai, M. Fayyad s'est attiré depuis deux ans les éloges du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale, qui ont conclu récemment que les Palestiniens étaient désormais prêts à gérer un Etat.

En cas de blocage persistant sur son nom, un candidat de compromis pourrait néanmoins émerger.

Le 30 mai, le président du Fonds d'investissement de Palestine et conseiller économique de M. Abbas, Mohammad Moustapha, n'a pas exclu d'assumer les fonctions de Premier ministre si elles lui étaient proposées, une candidature à laquelle le Hamas n'a pas jusqu'à présent mis son veto.

 

Première publication : 12/06/2011

  • TERRITOIRES PALESTINIENS

    Les Palestiniens accusent Netanyahou "d'ajouter des obstacles à la paix"

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    La paix dans l’impasse, après le discours de Netanyahou à Washington

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Le Hamas annonce la réouverture du poste-frontière de Rafah

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)