Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Fin de règne au Burkina Faso

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Coup d'état au Burkina Faso

En savoir plus

DÉBAT

Violences au Burkina Faso : vers un nouveau coup d'état ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Crise au Burkina Faso : l’état de siège déclaré (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Tibéhirine : "Nous voudrions expertiser" les prélèvements, dit Trévidic

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Inès Boujbel, PDG de Deyma

En savoir plus

POLITIQUE

Drame de Sivens : Placé dénonce "l’absence absolue d’empathie" du gouvernement

En savoir plus

POLITIQUE

Bruno Le Roux : il est "indigne" de servir du drame de Sivens

En savoir plus

DÉBAT

Législatives en Tunisie, la désillusion? (partie 2)

En savoir plus

Moyen-orient

Le roi Abdallah II annonce vouloir mettre en place un régime parlementaire

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/06/2011

Dans un discours prononcé ce dimanche, le roi Abdallah II de Jordanie s'est engagé à procéder à des réformes pour mener le pays vers un système parlementaire. La Jordanie est en proie à un mouvement de protestation depuis la mi-janvier.

AFP - Le roi Abdallah II de Jordanie s'est engagé dimanche à des réformes menant à un système parlementaire, tout en dénonçant le chaos et la création d'un climat de haine par les médias.

Dans un discours télévisé, le premier depuis le déclenchement du mouvement de protestation en Jordanie mi-janvier, le souverain s'est engagé à "un processus électoral équitable (...) permettant dans le futur la formation de gouvernements basés sur une majorité parlementaire".

Cela, selon le roi, sera débattu par la Commission royale chargée "d'explorer de possibles amendements (de la constitution) appropriés au futur de la Jordanie".

L'opposition notamment islamique réclame que les gouvernements en Jordanie soient formés par le chef du parti ayant obtenu une majorité au Parlement, au lieu d'être désignés par le roi comme le stipule la constitution.

Mais le roi a dénoncé "les diktats de la rue et l'absence de la voix de la raison", en référence au mouvement de protestation, réclamant des réformes politiques et économiques, ainsi que la fin de la corruption, soulignant que "personne en Jordanie n'a le monopole des réformes ou leur promotion".

"Nous devons faire la différence entre les changements démocratiques réalisables et les risques de chaos et de zizanie", a-t-il dit.

Tout en se disant engagé dans la lutte contre la corruption, le roi a néanmoins dénoncé à nouveau l'approche "basée sur les rumeurs et les potins (...) qui affecte négativement l'image de la Jordanie dans le monde".

Il a mis en garde contre "la détérioration de la presse", celle qui "encourage la haine", affirmant vouloir "une presse qui rapporte le message de liberté et de réformes et qui met l'accent sur les réalisations de notre pays

Première publication : 12/06/2011

  • JORDANIE

    Le camp des "jeunes du 24 mars" évacué après de violents heurts

    En savoir plus

  • JORDANIE

    Le nouveau Premier ministre forme un gouvernement chargé d'enrayer la grogne

    En savoir plus

  • JORDANIE

    Un millier de personnes rassemblées à Amman pour réclamer des réformes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)