Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Simon Serfaty, professeur en relations internationales

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile dénonce les incursions russes en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'agneau russe"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le président du Parlement nigérien inquiété dans une affaire de trafic de bébés

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'aime les socialistes"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

BCE : la semaine de Mario Draghi ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

SUR LE NET

Transparence de la vie publique : la France rattrape son retard

En savoir plus

SUR LE NET

Guerre d'intimidation : EIIL contre les États-Unis

En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • Les troupes ukrainiennes abandonnent l'aéroport de Lougansk

    En savoir plus

  • République centrafricaine : les ravages de la haine

    En savoir plus

  • Des manifestants investissent le siège de la télévision d'État à Islamabad

    En savoir plus

  • Embargo russe : les producteurs français redoutent la concurrence polonaise

    En savoir plus

  • Importante victoire de l’armée irakienne face aux jihadistes de l’EI

    En savoir plus

  • Ligue 1 : le PSG frappe fort, Bordeaux lève le pied

    En savoir plus

  • Quand des selfies volés de stars nues enflamment la Toile

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine évoque la création d’un État dans l’est de l’Ukraine

    En savoir plus

  • Israël décide de s'approprier 400 hectares de terres en Cisjordanie

    En savoir plus

  • Un immeuble s'effondre en banlieue parisienne, au moins sept morts

    En savoir plus

  • Un navire ukrainien bombardé au large de Marioupol

    En savoir plus

  • "J'aime les socialistes" ou l'opération séduction de Manuel Valls à La Rochelle

    En savoir plus

  • Un présumé recruteur pour le jihad en Syrie arrêté à Nice

    En savoir plus

  • Judo : les Françaises sacrées championnes du monde par équipe

    En savoir plus

  • Situation toujours aussi confuse au lendemain du coup d’État au Lesotho

    En savoir plus

  • Golan : les Casques bleus philippins "saufs", les fidjiens toujours détenus

    En savoir plus

  • Après deux ans de captivité au Mali, deux diplomates algériens libérés

    En savoir plus

Asie - pacifique

Un double attentat cause la mort de dizaines de personnes à Peshawar

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/06/2011

Au moins 39 personnes ont été tuées et plus d'une centaine blessées, samedi soir, dans l'explosion de deux bombes visant un supermarché de Peshawar, dans le nord-ouest du Pakistan. Les Taliban nient être à l'origine de l'attentat.

AFP - Les talibans pakistanais ont rejeté dimanche toute responsabilité dans le double attentat qui a ravagé la veille un quartier commerçant de Peshawar et tué 39 personnes, un bilan qui fait de cette attaque une des plus meurtrières de ces derniers mois.

Cet attentat, quelques semaines après le raid américain qui a tué Oussama Ben Laden au Pakistan le 2 mai, s'est produit samedi vers 23H30 locales (18H30 GMT) dans le quartier du marché Khyber, qui comprend un hôtel, des échoppes et des résidences étudiantes.

Les talibans, qui ont promis de venger la mort de Ben Laden, ont nié être à l'origine de ces explosions, indiquant qu'ils ne visaient que le gouvernement et l'armée. "Nous ne sommes pas à l'orgine de l'attentat de Peshawar. Les agences des services secrets étrangères essayent de nous salir", a déclaré à l'AFP Ehsanullah Ehsan, porte-parole des talibans du Pakistan, au téléphone.

"Nous ne ciblons pas des gens innocents. Notre but est très clair, nous attaquons les forces de sécurité, le gouvernement et les gens qui le soutiennent", a-t-il ajouté.

Près de 4.500 personnes ont été tuées au Pakistan dans des attentats attribués aux talibans et à d'autres réseaux islamistes extrémistes depuis le raid lancé par les troupes gouvernementales contre une mosquée de tendance radicale à Islamabad en 2007.

Samedi, les deux bombes ont explosé à quatre minutes d'intervalle, la deuxième bien plus puissante que la première.

"Le bilan est monté à 39 morts car quatre personnes blessées sont mortes à l'hôpital", a indiqué à l'AFP un responsable de la police Ijaz Khan.

La première explosion s'est produite dans la salle de bain d'un hôtel. Les passants se sont rassemblés près du lieu de la détonation et c'est alors que la seconde bombe, qui était bien plus puissante, a explosé, a-t-il ajouté.

Cette dernière a été déclenchée par un motocycliste mort dans l'attentat, près de l'hôtel, a indiqué à l'AFP Shafqat Malik, un autre responsable de la police.

"J'ai couru vers l'hôtel après la première explosion et c'est alors que j'ai vu une grosse boule de feu et entendu une autre explosion", a raconté Muhammad Hashim, cameraman pour une chaîne de télévision locale, blessé à la tête et la poitrine.

Parmi les morts figurent deux journalistes travaillant pour les quotidiens en langue anglaise Pakistan Today et The News.

108 personnes ont été blessées, a précisé Abdul Hameed Afridi, médecin-chef à l'hôpital Lady Readings de Peshawar.

Six commerces et un hôtel ont été endommagés dans les explosions. Des morceaux de chair humaine, ainsi que quantité de débris, jonchaient le sol devant le lieu des explosions.

Cet attentat a eu lieu quelques heures après la visite du président afghan Hamid Karzaï qui a appelé Islamabad à éradiquer les sanctuaires des insurgés dans les zones tribales, au cours de discussions au sein de la commission conjointe de paix.

Kaboul estime que les principaux chefs talibans, dont le commandant suprême, le mollah Mohammad Omar, ainsi que les chefs du réseau Haqqani, bête noire des soldats américains, se cachent au Pakistan, d'où ils lancent leurs hommes dans des raids en Afghanistan.

Le gouvernement afghan accuse aussi publiquement une frange de l'armée et du renseignement pakistanais de les soutenir.

L'attentat de Peshawar intervient aussi quelques jours après la mort, toujours non confirmée, du Pakistanais Ilyas Kashmiri, l'un des chefs militaires d'Al-Qaïda les plus redoutés, lors d'une frappe américaine au Pakistan.

 

Première publication : 12/06/2011

  • PAKISTAN

    Plusieurs insurgés islamistes tués au cours de frappes de drones américains

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Les Taliban pakistanais revendiquent un attentat dans une boulangerie

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Islamabad annonce la mort d'un des chefs d'Al-Qaïda

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)