Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Boko Haram tue plusieurs civils dans l'attaque d'un marché dans le Nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Moyen-orient

L'armée quadrille le nord-ouest à la recherche de "groupes terroristes armés"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/06/2011

Après la prise de contrôle de Jisr al-Choughour, l'armée syrienne continue de ratisser le nord-ouest du pays. Depuis vendredi, les forces de sécurité y mènent une vaste opération visant à en "expulser des groupes armés".

AFP - L'armée syrienne a étendu lundi au nord-est du pays sa vaste opération destinée à mater la contestation, envoyant ses chars près de l'Irak et traquant dans l'ouest les "groupes terroristes armés" accusés d'être responsables des violences par Damas.

Le ratissage mené depuis plusieurs jours a entraîné des divisions dans les rangs des militaires syriens, ont affirmé des réfugiés du nord-ouest du pays arrivés en Turquie, accusant le régime d'avoir créé de toutes pièces les histoires des "groupes armés semant le chaos dans le pays" pour justifier leur répression.

"Quatre chars ont fait défection et ils ont commencé à se tirer les uns sur les autres", a raconté lundi un réfugié, corroborant des témoignages recueillis la veille auprès de personnes fuyant Jisr al-Choughour.

Cette ville de 50.000 habitants a été le théâtre de violents affrontements la semaine dernière, avec en particulier la mort de 120 policiers le 6 juin. Le régime de Bachar al-Assad a accusé des "groupes armés", mais opposants et témoins ont attribué ces décès à une mutinerie au QG de la Sécurité.

Ces apparentes dissensions n'ont toutefois pas dissuadé Damas d'étendre son opération militaire plus à l'Est: "quelque 10 chars et 15 à 20 transports de troupes ont été déployés autour de la ville d'Abou Kamal", située à la frontière irakienne, a affirmé lundi à l'AFP un militant des droits de l'Homme.

Depuis le 15 mars, plus de 1.200 opposants sont morts et 10.000 autres ont été arrêtés en Syrie, selon des ONG.

Face à la détermination de Damas, les quatre membres européens du Conseil de sécurité de l'ONU (France, Grande-Bretagne, Allemagne, Portugal) ont préparé une résolution condamnant les violences en Syrie, disant qu'elles pouvaient être assimilées à des "crimes contre l'humanité". Un texte pourrait être prêt pour un vote mardi, a indiqué un diplomate lundi. Mais la Chine et la Russie y sont opposés.

"Nous ne pouvons pas nous taire devant cette tragédie qui met en péril la stabilité d'une région déjà fragile", a déclaré à un journal brésilien l'ambassadeur de France à l'ONU Gérard Araud, lançant: "l’inaction du Conseil de sécurité n’est pas une option".

Une nouvelle fois, la Maison Blanche a condamné "avec force" lundi les nouvelles violences qui se sont déroulées en Syrie pendant le week-end.

Interrogé sur l'éventualité d'une action militaire, un porte-parole du Département d'Etat a répondu: "Nous n'en sommes tout simplement pas encore là".

Entre-temps, un haut responsable de la sécurité, cousin du président Bachar al-Assad, et l'ex-gouverneur de la province de Deraa (sud), où est née la contestation il y a trois mois, ont été interdits de voyage par une commission d'enquête. Honnis par la population, ils avaient été limogés de leurs postes en mars.

Des témoins, réfugiés côté turc, affirment en outre que le régime cible les musulmans sunnites, tout en s'appuyant sur les communautés alaouites. Issue d'une ramification de l'islam chiite, cette confession est minoritaire en Syrie (10 % de la population) mais constitue un pilier du régime, Bachar al-Assad, en faisant lui-même partie.

"Le régime est en train d'armer toutes les familles alaouites", a dit Mohamed, 24 ans, croisé sur un chemin de contrebandiers à la frontière.

"Les soldats n'ont pas approché les villages alaouites, ce sont les villages sunnites qu'ils ont attaqué. Les villages sunnites ont été détruits", a ajouté un autre réfugié.

Après avoir annoncé dimanche avoir "pris le contrôle" de Jisr al-Choughour, au terme d'une opération militaire lancée vendredi, les autorités ont indiqué qu'elles "poursuivaient les groupes terroristes armés" dans les futaies et les montagnes environnants, dans le gouvernorat d'Idleb.

Un grand nombre des 50.000 habitants de Jisr al-Choughour se sont réfugiés en Turquie, depuis que les violences ont éclaté depuis une semaine. Leur nombre qui ne cesse de croître, s'élevait lundi à près de 7.000, à quoi s'ajoutent les 5.000 Syriens arrivés au Liban ces dernières semaines, a rappelé l'ONU.

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan avait déclaré que son pays ne fermerait pas ses portes aux Syriens voulant y trouver refuge.

Son triomphe dimanche aux législatives a été salué par les militants syriens pro-démocratie sur la page Facebook "Syrian Revolution 2011", moteur de la contestation.

Par ailleurs, un étudiant américain installé en Ecosse a révélé dimanche qu'il était l'auteur du blog présenté comme celui d'une jeune Syrienne lesbienne, Amina Abdallah, devenue célèbre grâce à ses prises de positions en faveur de la démocratie, rapporte lundi le Guardian.

 

Première publication : 12/06/2011

  • SYRIE

    Des centaines de personnes continuent de fuir vers la Turquie

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Le Premier ministre Erdogan dénonce "l'atrocité" de la répression syrienne

    En savoir plus

  • SYRIE

    L'armée syrienne donne l'assaut contre la ville de Jisr al-Choughour

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)