Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH 17 en Ukraine : une enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

En savoir plus

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

SUR LE NET

"Tor", nouvelle cible de la NSA

En savoir plus

  • Reprise des bombardements à Gaza, l'espoir d'une trêve s'éloigne

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Ioukos : la Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • Un Français soupçonné de recruter des djihadistes arrêté au Maroc

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

  • Boko Haram kidnappe la femme du vice-Premier ministre camerounais

    En savoir plus

EUROPE

Les Italiens se mobilisent pour un référendum sur l'immunité de Berlusconi

Vidéo par Anthony SAINT-LÉGER

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/06/2011

Plus de la moitié des Italiens se sont déplacés pour les référendums sur le retour au nucléaire, la privatisation de l'eau et l'immunité pénale du Cavaliere. Un taux de participation qui ouvre la voix à une validation du scrutin.

AFP - Humilié aux municipales, Silvio Berlusconi a essuyé un nouveau revers lundi en raison d'une mobilisation des Italiens aux référendums promus par l'opposition sur l'abolition de son immunité pénale, l'interdiction du retour au nucléaire et la privatisation de l'eau.

La participation au vote organisé dimanche et lundi jusqu'à 13H00 GMT en Italie a été très forte, environ 57%, soit bien davantage que le quorum, le taux indispensable pour que les référendums soient valables, selon des résultats officiels portant sur la moitié des villes italiennes.

Pierre Musso, auteur de "Berlusconi, le Nouveau Prince"

Cela faisait 16 ans que le quorum (50% plus une voix) n'était pas atteint en Italie pour ce type de référendums d'initiative populaire.

En outre, d'après un sondage de l'institut EMG, une écrasante majorité d'Italiens - plus de 90% sur chaque question - a rejeté les lois de M. Berlusconi prévoyant un retour au nucléaire, l'ouverture au privé pour la gestion et la distribution de l'eau et une forme d'immunité pour le chef du gouvernement.

Avant même la clôture du scrutin, M. Berlusconi a reconnu que "le peuple italien était probablement en train de décider de dire adieu aux centrales nucléaires".

Actuellement jugé dans trois procès dont celui sur le scandale sexuel Rubygate, M. Berlusconi redoute surtout le référendum prévoyant l'annulation d'une loi dite d'"empêchement légitime" qui lui permet de ne pas se présenter en justice en raison de ses obligations de Premier ministre. Il a ostensiblement passé son dimanche à la mer en Sardaigne afin de montrer qu'il n'irait pas voter.

Pour Silvio Berlusconi, un échec aux référendums constituerait un nouveau revers après celui subi par sa coalition de centre-droit aux municipales partielles d'il y a 15 jours quand elle a perdu, entre autres, son fief de Milan.

Le gouvernement en sortirait affaibli, les résultats "révélant une perte de contact (de M. Berlusconi, ndlr) avec le pays, un problème qui concerne toute l'alliance" au pouvoir, estime l'éditorialiste du journal Corriere della Sera, Massimo Franco.

"En 1987, déjà, les Italiens avaient dit non au nucléaire"
Les médias ont souligné à quel point la position de M. Berlusconi sur les référendums ne faisait pas l'unanimité dans son camp.

Alors qu'Umberto Bossi, le numéro un de la Ligue du Nord, principal allié du Cavaliere, disait "espérer que les gens n'aillent pas voter", l'un des ténors de son parti, Luca Zaia, président de la région Vénétie, a été aux urnes pour dire "non" au nucléaire, à une privatisation de l'eau et même à l'immunité du chef du gouvernement.

Des lézardes sont apparues dans le pacte entre Silvio Berlusconi et la Ligue, M. Bossi jugeant que "Berlusconi a perdu sa capacité de communiquer avec les gens à la télévision".

Autre motif d'inquiétude pour M. Berlusconi, écrit le Corriere, "la mobilisation du monde catholique" contre le nucléaire et la privatisation de l'eau.

De nombreux prélats sont montés au créneau sur cette dernière question, estimant que "l'eau, don de Dieu, appartient à tout le monde".

En revanche, le résultat du référendum sur le nucléaire sera surtout symbolique puisque les Italiens ont déjà abandonné cette énergie après un premier référendum en 1987 suite à Tchernobyl. Et il y a quelques semaines, le Cavaliere a annoncé qu'il renonçait à son projet de construction de centrales à partir de 2014 pour une mise en service en 2020, vidant le référendum de sa substance.

Environ 47,2 millions d'Italiens dans la péninsule et 3,2 millions résidant à l'étranger étaient appelés aux urnes.

 

Première publication : 13/06/2011

  • ITALIE

    La popularité de Silvio Berlusconi à l'épreuve d'un triple référendum

    En savoir plus

  • ITALIE - RUBYGATE

    Affaibli après la défaite des municipales, Berlusconi retrouve la justice

    En savoir plus

  • ITALIE - MUNICIPALES

    La droite de Berlusconi perd son fief milanais

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)