Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Amnesty dénonce les violences faites aux femmes en Égypte

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France : la loi anti-djihad de Cazeneuve

En savoir plus

FOCUS

L'essor d'un bouddhisme radical

En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Maintenant, fais tes prières" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

  • Vidéo : à Tel-Aviv, les habitants vivent dans la peur des tirs de roquettes

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

Moyen-orient

Les Européens condamnent les violences orchestrées par Damas

©

Vidéo par Cécile GALLUCCIO

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/06/2011

L'armée syrienne a étendu ses opérations militaires au nord-est du pays. Devant la détermination de Damas, les Européens présents au Conseil de sécurité de l'ONU ont préparé une résolution condamnant les "crimes contre l'humanité" perpétrés en Syrie.

AFP - L'armée syrienne a étendu lundi au nord-est du pays sa vaste opération destinée à mater la contestation, envoyant ses chars près de l'Irak et traquant dans l'ouest les "groupes terroristes armés" accusés d'être responsables des violences par Damas.
              
Le ratissage mené depuis plusieurs jours a entraîné des divisions dans les rangs des militaires syriens, ont affirmé des réfugiés du nord-ouest du pays arrivés en Turquie, accusant le régime d'avoir créé de toutes pièces les histoires des "groupes armés semant le chaos dans le pays" pour justifier leur répression.
              
"Quatre chars ont fait défection et ils ont commencé à se tirer les uns sur les autres", a raconté lundi un réfugié, corroborant des témoignages recueillis la veille auprès de personnes fuyant Jisr al-Choughour.
              
Cette ville de 50.000 habitants a été le théâtre de violents affrontements la semaine dernière, avec en particulier la mort de 120 policiers le 6 juin. Le régime de Bachar al-Assad a accusé des "groupes armés", mais opposants et témoins ont attribué ces décès à une mutinerie au QG de la Sécurité.
              
Ces apparentes dissensions n'ont toutefois pas dissuadé Damas d'étendre son opération militaire plus à l'Est: "quelque 10 chars et 15 à 20 transports de troupes ont été déployés autour de la ville d'Abou Kamal", située à la frontière irakienne, a affirmé lundi à l'AFP un militant des droits de l'Homme.
              
Depuis le 15 mars, plus de 1.200 opposants sont morts et 10.000 autres ont été arrêtés en Syrie, selon des ONG.

La France, la Grande-Bretagne, l'Allemagne et le Portugal condamnent
              
Face à la détermination de Damas, les quatre membres européens du Conseil de sécurité de l'ONU (France, Grande-Bretagne, Allemagne, Portugal) ont préparé une résolution condamnant les violences en Syrie, disant qu'elles pouvaient être assimilées à des "crimes contre l'humanité". Un texte pourrait être prêt pour un vote mardi, a indiqué un diplomate lundi. Mais la Chine et la Russie y sont opposés.
              
"Nous ne pouvons pas nous taire devant cette tragédie qui met en péril la stabilité d'une région déjà fragile", a déclaré à un journal brésilien l'ambassadeur de France à l'ONU Gérard Araud, lançant: "l’inaction du Conseil de sécurité n’est pas une option".
              
Une nouvelle fois, la Maison Blanche a condamné "avec force" lundi les nouvelles violences qui se sont déroulées en Syrie pendant le week-end.
              
Interrogé sur l'éventualité d'une action militaire, un porte-parole du Département d'Etat a répondu: "Nous n'en sommes tout simplement pas encore là".
              
Entre-temps, un haut responsable de la sécurité, cousin du président Bachar al-Assad, et l'ex-gouverneur de la province de Deraa (sud), où est née la contestation il y a trois mois, ont été interdits de voyage par une commission d'enquête. Honnis par la population, ils avaient été limogés de leurs postes en mars.
              
Des témoins, réfugiés côté turc, affirment en outre que le régime cible les musulmans sunnites, tout en s'appuyant sur les communautés alaouites. Issue d'une ramification de l'islam chiite, cette confession est minoritaire en Syrie (10 % de la population) mais constitue un pilier du régime, Bachar al-Assad, en faisant lui-même partie.
              
"Le régime est en train d'armer toutes les familles alaouites", a dit Mohamed, 24 ans, croisé sur un chemin de contrebandiers à la frontière.
              
"Les soldats n'ont pas approché les villages alaouites, ce sont les villages sunnites qu'ils ont attaqué. Les villages sunnites ont été détruits", a ajouté un autre réfugié.
              
Après avoir annoncé dimanche avoir "pris le contrôle" de Jisr al-Choughour, au terme d'une opération militaire lancée vendredi, les autorités ont indiqué qu'elles "poursuivaient les groupes terroristes armés" dans les futaies et les montagnes environnants, dans le gouvernorat d'Idleb.
              
Un grand nombre des 50.000 habitants de Jisr al-Choughour se sont réfugiés en Turquie, depuis que les violences ont éclaté depuis une semaine. Leur nombre qui ne cesse de croître, s'élevait lundi à près de 7.000, à quoi s'ajoutent les 5.000 Syriens arrivés au Liban ces dernières semaines, a rappelé l'ONU.
              
Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan avait déclaré que son pays ne fermerait pas ses portes aux Syriens voulant y trouver refuge.
              
Son triomphe dimanche aux législatives a été salué par les militants syriens pro-démocratie sur la page Facebook "Syrian Revolution 2011", moteur de la contestation.
              
Par ailleurs, un étudiant américain installé en Ecosse a révélé dimanche qu'il était l'auteur du blog présenté comme celui d'une jeune Syrienne lesbienne, Amina Abdallah, devenue célèbre grâce à ses prises de positions en faveur de la démocratie, rapporte lundi le Guardian.

Première publication : 14/06/2011

  • SYRIE

    Des centaines de personnes continuent de fuir vers la Turquie

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Le Premier ministre Erdogan dénonce "l'atrocité" de la répression syrienne

    En savoir plus

  • SYRIE

    L'armée syrienne donne l'assaut contre la ville de Jisr al-Choughour

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)