Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée : l'absence de stratégie en Europe mise en cause

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide des Arméniens : déni et mémoire se côtoient cent ans après

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

Moyen-orient

"Le Liban est revenu à l’époque de la tutelle syrienne"

Texte par Marc DAOU

Dernière modification : 15/06/2011

Interrogé par France24.com sur le nouveau gouvernement formé lundi à Beyrouth par le Premier ministre Mikati (photo), le député de l'opposition libanaise Ahmad Fatfat dénonce une composition qui "porte le sceau de la Syrie".

Après cinq mois de tractations, le Liban s'est doté lundi d'un nouveau gouvernement dirigé par le Premier ministre Najib Mikati, au sein duquel le Hezbollah et ses alliés sont majoritaires. Le député de Denniyé (Nord du Liban) Ahmad Fatfat, membre du Courant du futur, parti de l’ex-Premier ministre Saad Hariri désormais dans l’opposition, répond aux questions de France24.com.


FRANCE 24 : Le Liban s’est doté d’un gouvernement après cinq mois de crise. En tant que membre de l’opposition, quel regard portez-vous sur sa composition ?

Ahmad Fatfat, député de Denniyé, au Nord du Liban. © ahmadfatfat.com


Ahmad Fatfat : Ce gouvernement a été étonnamment formé, dans la douleur, par des partis pourtant alliés. On aurait pu gagner du temps et le former rapidement puisqu’aucune surprise n'est à signaler - au lieu de plonger le pays dans une crise de cinq mois. Sa composition - avec une majorité importante de ministres alliés au Hezbollah et à la Syrie, bénéficiant de 18 voire 19 maroquins sur 30 - en fait un gouvernement monochrome de confrontation. Il faut craindre des tentatives de déstabilisation du pays, notamment par le biais d’incidents sécuritaires. Reste à savoir si le Premier ministre Nagib Mikati pourra gouverner, malgré les tensions évidentes qui sont apparues dans ce qui est censé constituer sa majorité parlementaire [ndlr : les députés du Hezbollah, du Mouvement Amal dont dépend le président du Parlement Nabih Berri, du Courant patriotique libre du général Michel Aoun, du leader druze Walid Joumblatt et d’autres forces pro-syriennes].

Le président syrien Bachar al-Assad a salué la naissance de ce gouvernement. A-t-il joué un rôle dans sa formation ?


A.F. : L’empressement de Bachar al-Assad, qui n’a attendu que quelques secondes pour féliciter les autorités libanaises pour la naissance de ce gouvernement, démontre bien son implication. Ce gouvernement n’a pu voir le jour qu’avec son aval. En grandes difficultés dans son propre pays, il a insisté pour que ce gouvernement porte le sceau de Damas. Car le régime syrien a besoin de démontrer qu’il détient toujours la "carte libanaise" en main dans un contexte régional explosif. C’est triste, mais le Liban est revenu à l’époque de la tutelle syrienne des années 1990, quand les gouvernements étaient formés par Damas. Je suis d’accord avec certains observateurs, qui affirment que ce gouvernement ne tiendra pas si le régime syrien s’effondre.

Quel regard portez-vous sur l’avenir du Tribunal spécial pour le Liban (TSL), chargé de juger les assassins de l’ex-Premier ministre Rafic Hariri ?

A.F. : La question du TSL nous inquiète, puisque les forces politiques qui composent ce gouvernement lui sont hostiles. Cependant, il ne faut pas oublier que cette instance jouit d’un large soutien de la communauté internationale. L’acte d'accusation n'est lié à aucun facteur politique et paraîtra au moment décidé par le TSL. Mais nous resterons vigilants, en veillant à ce que le Liban respecte ses engagements internationaux, en évitant notamment qu’il soit instrumentalisé dans le cadre d’alliances stratégiques contraires à ses intérêts. Nous nous opposerons avec vigueur, dans les règles de la démocratie, à toute politique qui sera considérée comme néfaste pour le Liban.
 

Première publication : 14/06/2011

  • PROCHE-ORIENT

    Après cinq mois de tractations, le Liban se dote d'un nouveau gouvernement

    En savoir plus

  • LIBAN

    Six casques bleus italiens blessés dans l'explosion d'une bombe à Saïda

    En savoir plus

  • SYRIE

    Les forces de l'ordre ont tiré sur des Syriens fuyant au Liban

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)