Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Sommet "Tech For Good" : la "French Tech" a-t-elle le vent en poupe ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Solo, a Star Wars story" : à l’origine du mythe

En savoir plus

FACE À FACE

Macron et les banlieues : une vision libérale ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Un archevêque australien condamné pour avoir couvert un pédophile"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Les marchés financiers inquiets pour l'Italie

En savoir plus

L’invité du jour

Marc Hecker : "Il faut faire plus sur la prévention de la radicalisation"

En savoir plus

FOCUS

Le divorce bientôt légal aux Philippines ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Mark Zuckerberg: "Opération contrition"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Opération antiterroriste au Burkina Faso : trois "présumés jihadistes" abattus

En savoir plus

Afrique

Près de cent chefs d'accusation retenus contre l'ex-président Zine el-Abidine Ben Ali

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/06/2011

Jugé par contumace, l'ancien président tunisien Zine el-Abidine Ben Ali devra répondre de 93 chefs d'accusation - dont certains passibles de la peine capitale. Le procès de l'ex-chef d'État, réfugié en Arabie saoudite, doit débuter le 20 juin.

AFP - Le président déchu tunisien Ben Ali est passible de 5 à 20 ans de prison dans le procès par contumace qui s'ouvrira le 20 juin à Tunis, mais il pourrait encourir la peine capitale pour d'autres chefs d'accusation examinés ultérieurement, ont indiqué les autorités mardi.


La date du 20 juin pour le début du procès au civil de Zine El Abidine Ben Ali - qui a gouverné la Tunisie d'une main de fer pendant 23 ans avant de fuir le 14 janvier dernier devant la révolte populaire - avait été annoncée lundi soir par le Premier ministre de transition Béji Caïd Essebsi.

"Ben Ali doit être jugé non pas seul mais avec ses complices"

Un porte-parole du ministère de la justice a précisé que, lors du procès au civil qui s'ouvrira le 20 juin devant le tribunal de première instance de Tunis, seul M. Ben Ali et son épouse Leila Trabelsi seront jugés.

Le couple est accusé d'accaparement de fonds publics et de vol de biens, suite à la découverte d'une importante quantité de devises et des bijoux dans le palais de Sidi Bou Said dans la banlieue de Tunis.

M. Ben Ali doit aussi être jugé, seul cette fois, dans une autre affaire portant sur la découverte de drogue et d'armes, dans le palais présidentiel de Carthage.

Dans ce cas, les chefs d'accusation sont notamment: détention de stupéfiants à l'usage de consommation, détention d'armes et de munitions, exploitation d'un local en vue de stockage et usage de stupéfiants et non déclaration de possession de pièces archéologiques, a précisé le porte-parole, M. Kadhem Zine El Abidine.

Dans ces deux affaires, M. Ben Ali encourt théoriquement une peine allant de 5 à 20 ans de prison, a dit le responsable.

En tout, l'ancien président doit répondre de 93 chefs d'accusation, dont environ 35 vont être transférés à une juridiction militaire, a-t-il ajouté. D'autres personnes, dont il n'a précisé ni le nombre ni l'identité, doivent aussi être jugés par cette juridiction.

L'ex-président pourrait être passible de la peine de mort, pour certains chefs d'accusation portant sur des homicides volontaires et de la torture.

Parmi les chefs d'accusation retenus contre lui figure aussi celui de blanchiment d'argent.

M. Ben Ali s'est réfugié en Arabie saoudite après son départ de Tunis et, selon M. Caïd Essebsi, les autorités saoudiennes ont jusqu'à présent fait la sourde oreille aux demandes du gouvernement tunisien que l'ex-président lui soit remis.


Première publication : 14/06/2011

  • TUNISIE

    Le procès de l'ex-président Zine el-Abidine Ben Ali débutera le 20 juin

    En savoir plus

  • TUNISIE

    La première élection de l'après-Ben Ali reportée au 23 octobre

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Pour la première fois depuis sa chute, Ben Ali sort de sa réserve

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)