Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Asie - pacifique

Des informateurs de la CIA arrêtés au Pakistan

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/06/2011

Selon un article paru mercredi dans le New York Times, l'armée pakistanaise a arrêté cinq informateurs qui travaillaient pour la CIA et qui auraient participé à la traque d'Oussama Ben Laden. L'un d'eux serait un officier de l'armée pakistanaise.

REUTERS - L'armée pakistanaise a arrêté cinq informateurs de la CIA qui ont participé à la traque d'Oussama ben Laden, tué le 2 mai dernier par un commando des forces spéciales américaines au nord d'Islamabad, rapporte mercredi le New York Times.

Selon le quotidien, un des informateurs serait un commandant de l'armée pakistanaise qui aurait relevé les plaques minéralogiques des voitures se rendant dans la propriété où vivait le fondateur d'Al Qaïda à Abbottabad.

Le New York Times, qui cite des responsables américains, précise que le sort de ces cinq informateurs demeure inconnu. Leon Panetta, directeur de la CIA en passe de devenir secrétaire à la Défense, aurait évoqué la question lors d'un déplacement la semaine dernière à Islamabad.

Le principal service de renseignement pakistanais (Inter-Services Intelligence, ISI) n'a pas réagi. L'armée a en revanche démenti que des commandants faisaient partie des personnes arrêtées.

"Il n'y a rien de vrai dans l'article du New York Times concernant la participation et l'arrestation de commandants de l'armée en relation avec l'arrestation de OBL (Oussama ben Laden)", a déclaré le général Athar Abbas, porte-parole de l'armée, dans un communiqué.

Un haut responsable des services de sécurité pakistanais a confié que les personnes arrêtées étaient toujours entendues.

Dans les cercles politiques de Washington, poursuit le journal, leur arrestation est vue comme un signe supplémentaire du fossé grandissant entre les autorités américaines et pakistanaises sur la lutte contre l'extrémisme armé.

La semaine dernière, lors d'une audition à huis clos devant la commission sénatoriale du Renseignement, Michael Morell, directeur adjoint, aurait classé à trois sur une échelle allant de un à dix la coopération du Pakistan en matière d'antiterrorisme.
 

Première publication : 15/06/2011

  • PAKISTAN

    L'armée reprend le contrôle d'une base militaire de Karachi attaquée par les Taliban

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Dans un message posthume, Ben Laden salue les révolutions arabes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)