Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

FRANCE

Luc Oursel remplacera Anne Lauvergeon à la tête d'Areva

Vidéo par France 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/06/2011

Le gouvernement a décidé de ne pas reconduire Anne Lauvergeon à la tête du groupe nucléaire public français Areva pour la remplacer par Luc Oursel, l'actuel directeur général délégué de l'entreprise.

AFP - Après des mois de suspense, le gouvernement a décidé jeudi de ne pas reconduire Anne Lauvergeon à la tête d'Areva, préférant Luc Oursel, l'actuel directeur général délégué, pour remplacer l'emblématique patronne du groupe nucléaire public.

C'est un coup de tonnerre pour "Atomic" Anne, qui avait fait campagne activement pour sa reconduction.

L'ancienne sherpa de François Mitterrand, qui briguait un troisième mandat, n'avait pas hésité à mobiliser son réseau de soutiens et multiplier les prises de parole dans les médias pour défendre son bilan à la tête du groupe qu'elle dirige depuis plus de 10 ans.

Donnée partante depuis des mois, en raison de relations notoirement mauvaises avec le président Nicolas Sarkozy, elle a semblé paradoxalement avoir été remise en selle par l'accident nucléaire de Fukushima au Japon.

Ses défenseurs faisaient valoir que le contexte difficile que traversait le groupe plaidait pour sa reconduction et que la catastrophe japonaise confirmait son choix d'un parc nucléaire répondant aux plus hautes exigences de sûreté.

Mais pour le gouvernement, Luc Oursel, 51 ans, n'est pas moins qualifié pour relever les défis qui attendent le groupe dans l'ère post-Fukushima.

"Ce choix témoigne d’une volonté de l’Etat actionnaire de privilégier (...) l’expérience industrielle et la connaissance du nucléaire, acquises par Luc Oursel chez Areva" depuis 2007, ont fait valoir les services du Premier ministre dans un communiqué.

Cet ingénieur des Mines sera "notamment chargé de mettre en oeuvre un plan d’amélioration de la performance de l’entreprise, afin de renforcer sa compétitivité et de poursuivre son développement", ont-ils ajouté.

Lancé en août, le processus de nomination avait débouché sur l'installation d'un comité de sélection qui avait établi une liste de plusieurs candidats potentiels, dont Marwan Lahoud, le directeur de la stratégie d'EADS.

"Le nom d'Oursel avait été évoqué assez tôt dans le processus", a indiqué à l'AFP une source proche de l'Elysée.

"Ce qui s'est passé au Japon a changé la donne. On n'est plus en train d'essayer de vendre au monde entier 50 centrales: on est plutôt dans la logique de limiter la casse" et à cet égard, Luc Oursel est le candidat idoine, car c'est un "très bon gestionnaire du quotidien", a ajouté cette source.

"Ce n'est pas le candidat de (Henri) Proglio", a-t-il ajouté, faisant allusion aux craintes que le patron d'EDF, ennemi notoire d'Anne Lauvergeon, n'impose un +sous-marin+ qui lui permettrait de contrôler la filière nucléaire française.

Luc Oursel, dont la candidature doit encore être soumise à l'approbation du conseil de surveillance d'Areva (dont l'Etat détient plus de 90% du capital), devra toutefois construire sa légitimité dans un groupe qui semblait jeudi tout entier acquis à la cause de sa patronne.

L'hypothèse de la nomination imminente de M. Oursel a ainsi fait monter au créneau tous les soutiens d'Anne Lauvergeon, des salariés à la direction, en passant par une vingtaine de députés de tous bords.

"Anne Lauvergeon est la seule personnalité de l'entreprise disposant des compétences et qualités requises pour conduire Areva dans les années à venir", avait écrit le comité exécutif du groupe, dans une lettre signée par tous ses membres... à l'exception de Mme Lauvergeon et ... de M. Oursel.

La patronne d'Areva pouvait aussi se prévaloir de l'appui du comité de groupe européen, composé d'élus du personnel, qui avait encensé une "femme visionnaire", "intransigeante sur la sécurité et la sûreté", ayant su "ouvrir Areva vers l'extérieur comme personne d'autre avant elle".

"Si c'est pour nommer quelqu'un d'interne au groupe, autant garder Mme Lauvergeon. On préfère l'original à la copie", avait raillé de son côté une source proche de la direction.
 

Première publication : 16/06/2011

  • NIGER

    "La France fera tout pour retrouver ses otages", assure Paris

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Areva décroche la construction de deux réacteurs nucléaires EPR en Inde

    En savoir plus

  • NIGER

    L'exploitation de l'uranium nigérien, une activité stratégique pour Areva

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)