Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Inde : votes à vendre

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les mutins du PS défient Valls"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne : Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Accueil mitigé du "Twitter chinois"

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du Conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

  • En direct : l'Algérie attend les résultats d'un scrutin déjà contesté

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Accord à Genève : l’est de l’Ukraine encore loin de la "désescalade"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Le bilan du ferry s'alourdit, le capitaine mis en cause

    En savoir plus

  • Ukraine : "Moscou ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Au moins 20 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

SPORT

Rabah Madjer : "Les entraîneurs étrangers ont tous essuyé des échecs"

©

Texte par Allaoua MEZIANI

Dernière modification : 16/06/2011

Ancienne gloire du football algérien, Rabah Madjer assure dans un entretien exclusif à France24.com que la nomination d’un entraîneur étranger à la tête de la sélection algérienne ne sera d’aucune utilité dans les "circonstances actuelles".

FRANCE 24 : la Fédération algérienne de football (FAF) et son président Mohamed Raouraoua annoncent la nomination sous peu d’un entraîneur étranger à la tête de la sélection algérienne de football, en remplacement d’Abdelhak Benchikha, démissionnaire après la lourde défaite des "Fennecs" contre le Maroc (4-0) en éliminatoires de la CAN 2012. Qu’en pensez-vous ?

Rabah Madjer : Je ne veux pas me mêler des affaires de la Fédération algérienne de football, ni de celles de son président (Mohamed Raouraoua, NDLR). Je dis juste qu’ils doivent assumer leurs responsabilités et les conséquences des décisions qu’ils auront à prendre.

A LIRE

Je suis tellement déçu de cette lourde défaite face au Maroc, et peiné que [Abdelhak] Benchikha fasse les frais non seulement de la débâcle mais, plus généralement, de l’échec de notre football. Il avait hérité d’un cadeau empoisonné, mais il s’est montré courageux, voulant relever un défi difficile. Pour tout vous dire, cet effondrement, je l’ai vu venir ; j’ai tiré la sonnette d’alarme depuis longtemps, mais les responsables de lé Fédération n’y ont pas prêté attention.

Mais, vous, l’ancien capitaine des "Verts" puis leur entraîneur (trois fois entre 1994 et 2002), pensez-vous qu'il y ait une solution ?

R.M. : Je ne voudrais pas entrer dans ce jeu-là. Je veux juste rappeler un fait : tous les succès remportés par l’équipe d’Algérie par le passé ont été l’œuvre d’entraîneurs algériens. Nous nous sommes qualifiés au Mondial espagnol en 1982 avec un encadrement entièrement algérien, puis au Mondial mexicain avec des entraîneurs algériens, et nous avons remporté la Coupe d’Afrique des nations 1990 avec un staff à 100 % algérien.

En revanche, tous les entraîneurs étrangers qui ont dirigé notre équipe nationale ces dernières années ont subi des échecs, que ce soient les Belges Leekens en 2003 et Waseige en 2004, ou le Français Jean-Michel Cavalli en 20006/2007. Cela dément la thèse selon laquelle les entraîneurs algériens ne peuvent pas réussir à la tête de la sélection. Je pense que, dans les conditions actuelles, la tâche sera difficile pour tout entraîneur, qu’il soit algérien ou étranger.

Quelle serait donc la solution, selon vous ?

R.M. : Le retour à l’ancien système. C’est-à-dire qu'il faudrait rebâtir une équipe dont l’ossature serait composée de joueurs évoluant en Championnat d’Algérie, renforcée par nos meilleurs éléments évoluant dans les championnats étrangers. Cette équipe devrait ensuite multiplier les stages et les rencontres amicales afin de travailler sa cohésion et de parfaire ses automatismes.

Nous devons, par ailleurs, prévoir un programme de matchs amicaux en plus des rencontres fixées dans le cadre du calendrier-Fifa. Les joueurs doivent jouer beaucoup plus qu’ils ne le font actuellement. C’est la seule manière d’arriver à produire du jeu, et de gagner, aussi.

Première publication : 16/06/2011

  • FOOTBALL

    Quel sélectionneur pour l'équipe d'Algérie ?

    En savoir plus

  • FOOTBALL - CAN 2012

    Les Lions de l'Atlas écrasent les Fennecs à Marrakech

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Match crucial à Marrakech pour le Maroc et l'Algérie

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)