Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacob Desvarieux, l'ambassadeur international du Zouk!

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "l’EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

    En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

SPORT

Rabah Madjer : "Les entraîneurs étrangers ont tous essuyé des échecs"

Texte par Allaoua MEZIANI

Dernière modification : 16/06/2011

Ancienne gloire du football algérien, Rabah Madjer assure dans un entretien exclusif à France24.com que la nomination d’un entraîneur étranger à la tête de la sélection algérienne ne sera d’aucune utilité dans les "circonstances actuelles".

FRANCE 24 : la Fédération algérienne de football (FAF) et son président Mohamed Raouraoua annoncent la nomination sous peu d’un entraîneur étranger à la tête de la sélection algérienne de football, en remplacement d’Abdelhak Benchikha, démissionnaire après la lourde défaite des "Fennecs" contre le Maroc (4-0) en éliminatoires de la CAN 2012. Qu’en pensez-vous ?

Rabah Madjer : Je ne veux pas me mêler des affaires de la Fédération algérienne de football, ni de celles de son président (Mohamed Raouraoua, NDLR). Je dis juste qu’ils doivent assumer leurs responsabilités et les conséquences des décisions qu’ils auront à prendre.

A LIRE

Je suis tellement déçu de cette lourde défaite face au Maroc, et peiné que [Abdelhak] Benchikha fasse les frais non seulement de la débâcle mais, plus généralement, de l’échec de notre football. Il avait hérité d’un cadeau empoisonné, mais il s’est montré courageux, voulant relever un défi difficile. Pour tout vous dire, cet effondrement, je l’ai vu venir ; j’ai tiré la sonnette d’alarme depuis longtemps, mais les responsables de lé Fédération n’y ont pas prêté attention.

Mais, vous, l’ancien capitaine des "Verts" puis leur entraîneur (trois fois entre 1994 et 2002), pensez-vous qu'il y ait une solution ?

R.M. : Je ne voudrais pas entrer dans ce jeu-là. Je veux juste rappeler un fait : tous les succès remportés par l’équipe d’Algérie par le passé ont été l’œuvre d’entraîneurs algériens. Nous nous sommes qualifiés au Mondial espagnol en 1982 avec un encadrement entièrement algérien, puis au Mondial mexicain avec des entraîneurs algériens, et nous avons remporté la Coupe d’Afrique des nations 1990 avec un staff à 100 % algérien.

En revanche, tous les entraîneurs étrangers qui ont dirigé notre équipe nationale ces dernières années ont subi des échecs, que ce soient les Belges Leekens en 2003 et Waseige en 2004, ou le Français Jean-Michel Cavalli en 20006/2007. Cela dément la thèse selon laquelle les entraîneurs algériens ne peuvent pas réussir à la tête de la sélection. Je pense que, dans les conditions actuelles, la tâche sera difficile pour tout entraîneur, qu’il soit algérien ou étranger.

Quelle serait donc la solution, selon vous ?

R.M. : Le retour à l’ancien système. C’est-à-dire qu'il faudrait rebâtir une équipe dont l’ossature serait composée de joueurs évoluant en Championnat d’Algérie, renforcée par nos meilleurs éléments évoluant dans les championnats étrangers. Cette équipe devrait ensuite multiplier les stages et les rencontres amicales afin de travailler sa cohésion et de parfaire ses automatismes.

Nous devons, par ailleurs, prévoir un programme de matchs amicaux en plus des rencontres fixées dans le cadre du calendrier-Fifa. Les joueurs doivent jouer beaucoup plus qu’ils ne le font actuellement. C’est la seule manière d’arriver à produire du jeu, et de gagner, aussi.

Première publication : 16/06/2011

  • FOOTBALL

    Quel sélectionneur pour l'équipe d'Algérie ?

    En savoir plus

  • FOOTBALL - CAN 2012

    Les Lions de l'Atlas écrasent les Fennecs à Marrakech

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Match crucial à Marrakech pour le Maroc et l'Algérie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)