Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Aux grandes femmes la patrie reconnaissante"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burundi: "tout va bien madame la marquise"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : début de l'exhumation de Sankara et 12 de ses compagnons d'armes tués en 1987

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Serge Klarsfeld : "Il faut combattre les démagogues, comme Marine le Pen"

En savoir plus

FOCUS

Le Liban, une année sans chef d'État

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France - Maroc : fin de la discorde ?

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Fifa : qui succédera à Blatter ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jeannette Bougrab : "Ma mère a réussi à briser cette malédiction de naître femme"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'industrie du futur : le plan d'Emmanuel Macron pour moderniser la France

En savoir plus

EUROPE

Georges Papandréou appelle les députés de son parti à l'unité

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/06/2011

Alors qu'il s'apprête à annoncer un remaniement ministériel, le chef du gouvernement grec, le socialiste Georges Papandréou, doit faire face à la fronde d'une partie de ses troupes qui s'oppose au nouveau plan d'austérité imposé par l'UE et le FMI.

AFP - Le Premier ministre grec Georges Papandréou a appelé à l'unité jeudi les députés de son groupe socialiste et "à oeuvrer tous ensemble pour surmonter la crise" grecque et européenne à un "moment dramatique".

M. Papandréou, s'exprimant devant son groupe parlementaire lors d'une réunion de crise convoquée quelques heures avant un remaniement du gouvernement, a appelé les députés de son parti, le Pasok (socialiste), à "comprendre le moment dramatique" que le pays traverse et à "oeuvrer tous ensemble pour surmonter la crise".

"Nous avons devant nous des négociations difficiles et les jours prochains sont cruciaux", a dit M. Papandréou qui fait face à une fronde au sein des députés de son parti sur l'opportunité d'un nouveau plan d'austérité destiné à sécuriser une deuxième aide de l'UE et du FMI.

"Le pays traverse des moments critiques et il faut la stabilité", a-t-il ajouté après avoir longuement salué le soutien apporté jeudi à la Grèce et à son action par le président français Nicolas Sarkozy.

"Le défi est devant nous, le moment est historique. Soit l'Europe va écrire l'histoire, soit l'histoire va effacer l'Union européenne", a ajouté le Premier ministre.

Première publication : 16/06/2011

  • GRÈCE

    Papandréou joue la carte du remaniement pour apaiser la colère des manifestants

    En savoir plus

  • GRÈCE

    À Athènes, les manifestants ne veulent pas entendre parler d'austérité

    En savoir plus

  • GRÈCE

    L'agence de notation S&P abaisse la note grecque de trois crans à CCC

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)