Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"On ne revient jamais vraiment d'Auschwitz"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La victoire de Syriza fait rêver l'extrême gauche et le Front national

En savoir plus

FOCUS

Ukraine : la situation s'enlise à l'Est

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Spécial Grèce : Dimitris Kourkoulas et Yiorgos Tsipras

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Taux de croissance en Chine : "7,4%, c'est un taux de croissance dont on rêverait!"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ray Lema, musicien engagé

En savoir plus

DÉBAT

Sport féminin : comment améliorer la visibilité des sportives dans les médias ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Sport féminin : comment améliorer la visibilité des sportives dans les médias ? (partie 1)

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Terrorisme en Europe : comment concilier sécurité et libertés ?

En savoir plus

EUROPE

Georges Papandréou appelle les députés de son parti à l'unité

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/06/2011

Alors qu'il s'apprête à annoncer un remaniement ministériel, le chef du gouvernement grec, le socialiste Georges Papandréou, doit faire face à la fronde d'une partie de ses troupes qui s'oppose au nouveau plan d'austérité imposé par l'UE et le FMI.

AFP - Le Premier ministre grec Georges Papandréou a appelé à l'unité jeudi les députés de son groupe socialiste et "à oeuvrer tous ensemble pour surmonter la crise" grecque et européenne à un "moment dramatique".

M. Papandréou, s'exprimant devant son groupe parlementaire lors d'une réunion de crise convoquée quelques heures avant un remaniement du gouvernement, a appelé les députés de son parti, le Pasok (socialiste), à "comprendre le moment dramatique" que le pays traverse et à "oeuvrer tous ensemble pour surmonter la crise".

"Nous avons devant nous des négociations difficiles et les jours prochains sont cruciaux", a dit M. Papandréou qui fait face à une fronde au sein des députés de son parti sur l'opportunité d'un nouveau plan d'austérité destiné à sécuriser une deuxième aide de l'UE et du FMI.

"Le pays traverse des moments critiques et il faut la stabilité", a-t-il ajouté après avoir longuement salué le soutien apporté jeudi à la Grèce et à son action par le président français Nicolas Sarkozy.

"Le défi est devant nous, le moment est historique. Soit l'Europe va écrire l'histoire, soit l'histoire va effacer l'Union européenne", a ajouté le Premier ministre.

Première publication : 16/06/2011

  • GRÈCE

    Papandréou joue la carte du remaniement pour apaiser la colère des manifestants

    En savoir plus

  • GRÈCE

    À Athènes, les manifestants ne veulent pas entendre parler d'austérité

    En savoir plus

  • GRÈCE

    L'agence de notation S&P abaisse la note grecque de trois crans à CCC

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)