Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Boko Haram tue plusieurs civils dans l'attaque d'un marché dans le Nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Afrique

Le retour des émigrés de Libye fait craindre une nouvelle crise alimentaire

Texte par Steven JAMBOT

Dernière modification : 17/06/2011

Des dizaines de milliers de travailleurs subsahariens ont fui les violences qui sévissent en Libye depuis la mi-février. Parmi eux, près de 70 000 Nigériens dont le retour met en péril l’équilibre alimentaire de plusieurs régions du Sud.

Depuis le début de l'insurrection contre le colonel Mouammar Kadhafi, à la mi-février, quelque 70 000 Nigériens installés en Libye ont quitté la "Grande Jamahiriya" pour retourner dans leur pays, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Effet inattendu des événements, le retour de ces émigrés menace les populations locales en exerçant une pression supplémentaire sur un équilibre alimentaire déjà fragile. "Les zones qui accueillent ces migrants étaient déjà vulnérables en raison des déficits de productions agricoles enregistrés ces dernières années. Aujourd'hui, avec leur arrivée, il y a de réels risques de famine", s’inquiète Abibatou Wane de l'OIM au Niger, interrogée par France24.com.

Qui sont les migrants nigériens ?

La majorité des Nigériens installés en Libye y travaillent comme journaliers dans l’agriculture et le bâtiment ou effectuent des ménages. Leur salaire moyen est d’environ 153 euros par mois, selon les estimations de l’OIM.

Pour parvenir à la petite ville de Dirkou, située à 500 km au sud de la frontière libyenne, la plupart des migrants traversent le désert en camion. Un voyage, effectué dans des conditions très difficiles, peut durer jusqu’à 10 jours et coûter l'intégralité des maigres économies des migrants.

Selon le Haut commissariat aux réfugiés des Nations unies (UNHCR), "la plupart des migrants sont originaires du sud du Niger, et notamment des régions de Tahoua, de Zinder, de Tillabéry et de Maradi." Or, ces zones ont "toutes été confrontées à l’insécurité alimentaire à la suite de la sécheresse qui a considérablement diminué les récoltes en 2009 et 2010", précise l'organisation dans une étude menée en avril dernier. Par exemple, "près de la moitié des villages du département de Tanout, dans la province de Zinder, où 15 000 personnes se sont réinstallées, sont considérés comme vulnérables."

Des besoins immédiats qui s'élèvent entre 2 et 2,7 millions d'euros

Le comité de gestion de la crise mis en place par le gouvernement nigérien estime à 15 milliards de francs CFA (98 millions d'euros) l'aide à apporter aux migrants. Ne pouvant en assurer seul la charge, Niamey a fait appel à des bailleurs de fonds tels le Programme alimentaire mondial (PAM) ou l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

Mais pour Aboubacar Djimraou, directeur de l’organisation Care au Niger, le temps presse. "Nous espérons une réponse d’ici la fin de juillet, indique l'humanitaire qui évalue les besoins immédiats entre 2 et 2,7 millions d'euros. Mais, pour l’instant, c’est un peu le chaos. Heureusement qu’il y a le lien social, et notamment familial, qui permet de pourvoir à la subsistance des populations. Dans deux ou trois mois la situation pourrait cependant devenir critique."

Un flux de migrants qui ne se tarit pas

Entre 200 et 300 réfugiés continuent d’arriver chaque jour à Dirkou, petite ville de 4 000 habitants, à 500 km au sud de la frontière libyenne, qui constitue un point de passage obligé pour les migrants qui arrivent du Nord. Au plus fort de la crise, 2 500 personnes en moyenne s’y présentaient quotidiennement.

"D’après nos informations, beaucoup de Nigériens sont encore en Libye, rapporte Abibatou Wane. Le flux n'est pas près de se tarir, d’autant que certains d'entre eux sont accusés d’être des mercenaires à la solde du régime de Tripoli et sont obligés de fuir." Mais la majorité des Nigériens qui ont franchi la frontière ces derniers jours sont ceux installés de longue date en Libye. Ils reviennent avec leur femme et quelquefois avec des enfants qui n’ont jamais vécu au Niger.

Pour l’heure, selon l’OIM, peu de ceux qui sont revenus au pays envisagent de repartir en Libye. C’est donc vers un programme de réinsertion des migrants dans la société nigérienne que s’orientent les autorités locales, les organisations internationales et non gouvernementales.

Crédit photo : © IOM 2011

Première publication : 17/06/2011

  • TERRORISME

    Aqmi diffuse une vidéo des quatre Français retenus en otage au Sahel

    En savoir plus

  • NIGER

    L'opposant historique Issoufou déclaré vainqueur de la présidentielle

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)