Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Foot européen : le Real cartonne, Manchester United sombre

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

Afrique

Le roi Mohammed VI s'apprête à annoncer une limitation de ses pouvoirs

Vidéo par Antoine MARIOTTI

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 18/06/2011

Le roi Mohammed VI doit s'adresser ce vendredi aux Marocains dans un discours très attendu. Et pour cause : le 9 mars dernier, il avait promis des réformes pour apaiser la rue. Au Maroc, pourtant, personne ne s'attend à une révolution.

FRANCE 24 va retransmettre en direct le discours du roi Mohammed VI prévu ce soir à 20H00 (GMT), 22H00 (heure de Paris).

"Moi, je n’y crois pas vraiment à ce discours. Mohammed VI veut-il modifier la Constitution ? Même s’il le fait, il gardera une large part de prérogatives et ne donnera pas beaucoup de pouvoir au Premier ministre." Larbi, 35 ans, manifestant de la première heure, est assez sceptique.

Selon lui, le roi agit "sous la pression" de la rue. "Peu de jeunes pensent que ce discours changera les choses en profondeur", lance-t-il. Pourtant, ce consultant financier sera quand même devant son poste télévision à 20h, à l'heure où le roi doit prendre la parole. "On ne sait jamais", ajoute-t-il, " j’ai beaucoup manifesté, j’aimerais croire que cela a servi à quelque chose."

Depuis le mois de février, des milliers de jeunes, regroupés sous la bannière du  Mouvement du 20-Février, descendent régulièrement dans les rues pour réclamer plus de démocratie au Maroc, l’instauration d’une monarchie constitutionnelle et une meilleure répartition des richesses.

Les experts ont débattu pendant trois mois de la nouvelle Constitution

Le roi avait déjà promis des réformes

Devant ces manifestations populaires, en partie suscitées par le mouvement de révoltes traversant le monde arabe depuis le mois de janvier, le roi Mohammed VI avait promis, le 9 mars, de réviser la loi fondamentale marocaine. Une commission chargée d'élaborer des réformes a donc vu le jour dans la foulée, et ses conclusions ont été présentées quelques jours après aux différents partis politiques.

Sur le papier, le fruit du travail de cette commission change le régime : les principales modifications envisagées portent sur la limitation des pouvoirs du roi au profit du Premier ministre, censé devenir le véritable chef de l'exécutif. Ce dernier endossant alors la responsabilité des nominations administratives les plus importantes.

Pourtant, rien ne dit pour l'instant que le roi va appliquer à la lettre ces recommandations. Khadija Mohsen Finan, maître de conférence à Paris VIII et chercheuse à l’Institut Maghreb Europe, préfère d'ailleurs ne pas se prononcer avant le discours. "Je ne sais pas exactement ce qu’il annoncera et je ne sais pas s’il tiendra toutes ses promesses", avance-t-elle.

"Montrer qu’il est à l’écoute de la population"

La spécialiste du Maghreb se dit toutefois convaincue de la bonne foi du roi. Selon elle, Mohammed VI ne fait pas semblant d'être à l'écoute du peuple dans le seul but de le réduire au silence. "Nous sommes dans un régime différent de celui du Yémen ou de la Syrie. Si Bachar al-Assad [président syrien, NDLR] a choisi la répression comme réponse au peuple syrien, Mohammed VI veut, lui, montrer qu’il est à l’écoute de la population", prévient-elle. "Il ne veut absolument pas rompre ce qui le lie avec les Marocains. Après, quant à savoir s’il sera convaincant et si les gens seront convaincus, c’est un autre débat".

Les Marocains, quoi qu'il en soit, attendent de pied ferme ce discours. Ce sera sûrement "passionnant et passionné", prédit Larbi. "Un peu comme un match de foot", s'amuse-t-il. "J’ai réuni des amis pro-Mouvement du 20-Février et des amis qui s'y opposent, chez moi. Des supporters des deux camps car je reste persuadé qu’il faut toujours avoir des amis des deux bords pour y voir plus clair."

MAROC : Un vent de révolte ?

 

Première publication : 17/06/2011

  • MAROC

    Les forces de police dispersent une manifestation à Rabat

    En savoir plus

  • MAROC

    Mohammed VI grâcie 190 détenus, dont des prisonniers politiques

    En savoir plus

  • MAROC

    Des milliers de personnes défilent pour la démocratie dans plusieurs villes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)