Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

Afrique

Un groupe islamiste revendique l'attentat contre le QG de la police à Abuja

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/06/2011

Le groupe islamiste nigérian Boko Haram a revendiqué l'attentat suicide à la voiture piégée commis ce jeudi à Abuja, la capitale fédérale. La bombe, qui a explosé sur le parking du quartier général de la police, a fait deux morts et des blessés.

AFP - Le groupe islamiste radical nigérian Boko Haram a revendiqué vendredi l'attentat suicide à la voiture piégée commis la veille à Abuja contre le QG de la police fédérale et qui a fait deux morts et des blessés.

"Nous sommes responsables de l'attaque à la bombe contre le quartier général de la police à Abuja perpétré pour montrer notre capacité d'action à tous ceux qui en doutent", indique le mouvement dans un communiqué diffusé dans la nuit.

Le groupe affirme qu'il visait le chef de la police fédérale nigériane.

"C'est dommage que nous n'ayions pas pu atteindre notre but, car notre cible était l'Inspecteur général remplir de la police Hafiz Ringim," indique le groupe radical dans son message rédigé en haoussa et diffusé de façon anonyme dans la ville de Maiduguri, le fief présumé de Boko Haram dans le nord est du Nigeria.

Dans ce texte signé par un certain Abu Zaid, le mouvement explique que le chef de la police avait récemment tenu "des propos irréfléchis affirmant qu'il allait nous écraser en quelques jours".

Quelques minutes avant l'explosion de la voiture piégée, des témoins avaient bien vu entrer dans l'enceinte du QG un convoi transportant un haut responsable de la police.

L'attentat de jeudi - une voiture piégée sur le parking du siège de la police qui a tué le conducteur et un policier - est le dernier en date d'une série qui a visé la capitale fédérale depuis octobre 2010.

Le 30 mai, 18 personnes avaient été tuées par des bombes après l'investiture du président Goodluck Jonathan, dans la banlieue d'Abuja et dans les provinces du Nord, Borno et Bauchi.

Boko Haram se réclame des talibans afghans et a lancé en 2009 une insurrection, qui a été violemment réprimée par une opération militaire faisant des centaines de morts.

Mercredi, Boko Haram avait menacé de lancer des attaques après avoir rompu le dialogue avec le président nouvellement élu.

"Très bientôt, nous allons mener le djihad (guerre sainte)" avait menacé mercredi le groupe dans une lettre manuscrite.

 

Première publication : 17/06/2011

  • NIGERIA

    Le président Goodluck Jonathan prête serment à Abuja

    En savoir plus

  • NIGERIA

    Huit cents morts depuis l'élection de Goodluck Jonathan

    En savoir plus

  • NIGERIA

    Le président Jonathan craint une guerre civile et un autre Biafra

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)