Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : l'ONU va déployer 10 000 casques bleus

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre les jihadistes

En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

EUROPE

Le Premier ministre Georges Papandréou nomme son ex-rival aux Finances

Vidéo par Cécile GALLUCCIO

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 17/06/2011

Effet immédiat du remaniement de ce matin : le Premier ministre a remplacé Georges Papaconstantinou, principal architecte de la cure d'austérité infligée aux Grecs, par Evangelos Venizelos (photo) au poste de ministre des Finances.

Sera-t-il l’homme de la situation ? Evangelos Venizelos, 54 ans, a hérité, ce vendredi, du portefeuille des Finances et du titre de vice-Premier ministre, fonctions qui devront l’amener à gérer la crise financière dans laquelle est plongée la Grèce, lourdement endettée et incapable de se refinancer sur les marchés (voir vidéo en bas de page).

Ce professeur de droit constitutionnel de Thessalonique (Nord-Est), jusqu’alors ministre de la Défense, remplace Georges Papaconstantinou dans le cadre du remaniement voulu par son ancien rival, le Premier ministre, Georges Papandréou.

En 2007, Venizelos s’était effectivement frotté à l’actuel chef du gouvernement lors de la course à la présidence du Pasok (Parti socialiste grec) organisée après la deuxième défaite électorale consécutive des socialistes.

Rassurer l’opposition et l’opinion

Sa nomination est censée rassurer à la fois l’opinion et ceux qui s’opposent au nouveau plan de rigueur dans son propre camp. Mercredi, le pays a connu sa troisième grève générale pour protester contre les mesures d’austérité actuelles et à venir. Le prédécesseur de Venizelos, Georges Papaconstantinou, principal architecte de la cure d’assainissement des comptes publics, quitte donc ses fonctions pour devenir ministre de l’Environnement.

Politiquement, le remaniement doit permettre à Georges Papandréou de s’assurer la majorité au Parlement lors du vote sur un nouveau volet d'austérité d'ici à 2015. Celui-ci prévoit notamment des économies de 28,4 milliards d'euros d'ici à 2015 et des privatisations massives. L’adoption de ce plan est la condition sine que non pour que la Grèce reçoive une nouvelle aide financière auprès des créanciers du pays, l’Union européenne (UE) et le Fonds monétaire international (FMI) en tête. Mercredi, le Premier ministre avait même essayé de former un gouvernement d’union nationale pour sortir le pays de l’ornière. Sans parvenir à ses fins.

La dette grecque

Première publication : 17/06/2011

  • Crise grecque : la faillite de l'euro ?

    En savoir plus

  • GRÈCE

    Papandréou joue la carte du remaniement pour apaiser la colère des manifestants

    En savoir plus

  • GRÈCE

    À Athènes, les manifestants ne veulent pas entendre parler d'austérité

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)