Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Effrayer, semer la zizanie, recruter"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les soldats du califat ?

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort de trois Israéliens

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "L'EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

Afrique

Les insurgés libyens demandent des fonds aux pays occidentaux

Vidéo par Christophe DANSETTE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/06/2011

Les insurgés libyens lancent un appel aux pays occidentaux qui s'étaient engagés le 8 juin à les financer. Les champs de pétrole étant à l'arrêt pour des raisons de sécurité, le Conseil national de transition a besoin de fonds en urgence.

REUTERS - Le responsable des Finances et du secteur pétrolier au sein des autorités formées par les insurgés libyens a accusé samedi les pays occidentaux de ne pas respecter leurs promesses d'aide financière.

Dans une interview à Reuters, Ali Tarhouni a affirmé que la production pétrolière de l'est de la Libye, contrôlé par les insurgés, était désormais complètement suspendue en raison des dégâts matériels provoqués par les combats contre les forces du régime de Mouammar Kadhafi.

"Nous n'avons plus (d'argent). Nous commençons à manquer de tout", a-t-il dit. "C'est un échec complet. Soit ils (les pays occidentaux) ne comprennent pas, soit ils s'en moquent. Rien ne s'est concrétisé pour l'instant. Et vraiment rien de rien."

Le 8 juin dernier, lors d'une réunion du "groupe de contact" sur la Libye, à Abou Dhabi, les insurgés libyens ont obtenu plus d'un milliard de dollars de promesse de financement.

Ali Tarhouni avait alors annoncé que le Conseil national de transition (CNT) de Benghazi espérait relancer "prochainement" la production de pétrole, à hauteur de 100.000 barils par jour, mais avait demandé une aide internationale d'urgence.

Prié d'expliquer pourquoi les pays occidentaux mettaient du temps à débloquer l'aide promise, Tarhouni répond laconiquement: "Aucune idée (...). Je suis fatigué de leur demander".

 

BUDGET MIS AU POINT

"Nous ne produisons plus de pétrole à cause des dégâts. Je ne m'attends pas à ce que nous en produisions rapidement. Les raffineries n'ont plus de brut, donc elles ne fonctionnent plus", a-t-il poursuivi dans l'interview.

Reconnaissance internationale du CNT

Depuis le début du conflit le 15 février 2011, 45 pays ont reconnu le Conseil national de transition libyen (CNT) comme étant le "représentant unique et légitime du peuple libyen".

  • La France – 10 mars
  • Le Qatar – 28 mars
  • Les Maldives – 3 avril
  • L’Italie – 4 avril
  • Le Koweït – 4 avril
  • La Gambie – 22 avril
  • La Jordanie – 24 mai
  • Le Sénégal – 28 mai
  • Malte – 1er juin
  • L’Espagne – 8 juin
  • L’Australie – 9 juin
  • Les États-Unis – 9 juin
  • Les Émirats arabes unis – 12 juin
  • L’Allemagne – 13 juin
  • Le Canada – 14 juin
  • Le Panama - 14 juin
  • L'Autriche - 18 juin
  • La Lettonie - 20 juin
  • Le Danemark - 22 juin
  • La Bulgarie - 28 juin
  • La Croatie - 28 juin
  • La Turquie - 3 juillet
  • La Pologne - 7 juillet
  • Le Benelux (Belgique, Luxembourg, Pays-Bas) - 13 juillet
  • La Slovénie - 20 juillet
  • La Grande-Bretagne - 27 juillet
  • Le Portugal - 29 juillet
  • Le Monténégro - 21 juillet
  • Le Gabon - 12 août
  • La Tunisie - 21 août
  • L'Égypte - 22 août
  • Koweït - 22 août
  • Autorité palestinienne - 22 août
  • Maroc - 22 août
  • Bahreïn - 23 août
  • Norvège - 23 août
  • Nigeria - 23 août
  • Irak - 23 août
  • Liban - 23 août
  • Grèce -23 août
  • Burkina Faso - 24 août
  • Éthiopie - 24 août
  • Niger - 27 août
  • Togo - 27 août
  • Bénin - 27 août
  • Guinée - 28 août
  • Russie - 1er septembre

Prié de dire comment les autorités formées par les insurgés allaient pouvoir continuer à fonctionner, il a répondu: "Des gens sont morts pour cette révolution et d'autres continuent de mourir. Nous allons trouver une solution (pour collecter des fonds). Une chose est sûre: nous ne renoncerons jamais."

Ali Tarhouni a précisé que les insurgés avaient noué des contacts directs avec des compagnies étrangères en vue d'une future coopération. Il a cité notamment la française Total <TOTF.PA> et l'allemande Wintershall <BASFn.DE> en soulignant
qu'il n'avait aucun scrupule à discuter avec des entreprises ayant coopéré avec le régime de Mouammar Kadhafi.

"Nous avons besoin d'aide, nous disons que nous respectons tous les contrats. Mon seul ennemi, c'est Kadhafi et ses assassins et ses voyous", a-t-il dit. "En ce qui concerne les relations commerciales et les sociétés, je n'ai pas d'ennemis."

La Libye produisait 1,6 million de barils par jour (bpj) avant le conflit et en exportait 1,3 million. Les insurgés ont vendu leur premier tanker de pétrole brut à la compagnie
américaine de raffinage Tesoro <TSO.N> en avril, mais la production s'est arrêtée par la suite, à cause de problèmes de sécurité dans les champs pétrolifères.

Les autorités à la tête de l'insurrection, dit Tarhouni, ont établi un budget d'un montant de 3,6 milliards de dinars libyens (trois milliards de dollars). "Mais mes besoins, dans
l'immédiat, sont bien inférieurs à cela. Je pourrai faire avec ce que j'obtiendrai", dit-il.

Les dépenses des insurgés, a-t-il évalué, sont de l'ordre de 100 millions de dinars libyens (86 millions de dollars) par jour.

 

Première publication : 18/06/2011

  • LIBYE

    L'Allemagne reconnaît à son tour le Conseil national de transition

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Quand BHL gaffe sur les relations israélo-libyennes...

    En savoir plus

  • LIBYE

    Le colonel Kadhafi joue aux échecs à la télévision libyenne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)