Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

A Gaza, Israël et le Hamas revendiquent la victoire

En savoir plus

DÉBAT

Cessez-le-feu Israël - Hamas : un espoir pour la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls: le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • Le "califat" de Boko Haram : "Un simple coup médiatique"

    En savoir plus

  • Samuel Eto’o met un terme à sa carrière internationale avec le Cameroun

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • France : le chômage atteint un nouveau record en juillet

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

Afrique

Les insurgés libyens demandent des fonds aux pays occidentaux

Vidéo par Christophe DANSETTE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/06/2011

Les insurgés libyens lancent un appel aux pays occidentaux qui s'étaient engagés le 8 juin à les financer. Les champs de pétrole étant à l'arrêt pour des raisons de sécurité, le Conseil national de transition a besoin de fonds en urgence.

REUTERS - Le responsable des Finances et du secteur pétrolier au sein des autorités formées par les insurgés libyens a accusé samedi les pays occidentaux de ne pas respecter leurs promesses d'aide financière.

Dans une interview à Reuters, Ali Tarhouni a affirmé que la production pétrolière de l'est de la Libye, contrôlé par les insurgés, était désormais complètement suspendue en raison des dégâts matériels provoqués par les combats contre les forces du régime de Mouammar Kadhafi.

"Nous n'avons plus (d'argent). Nous commençons à manquer de tout", a-t-il dit. "C'est un échec complet. Soit ils (les pays occidentaux) ne comprennent pas, soit ils s'en moquent. Rien ne s'est concrétisé pour l'instant. Et vraiment rien de rien."

Le 8 juin dernier, lors d'une réunion du "groupe de contact" sur la Libye, à Abou Dhabi, les insurgés libyens ont obtenu plus d'un milliard de dollars de promesse de financement.

Ali Tarhouni avait alors annoncé que le Conseil national de transition (CNT) de Benghazi espérait relancer "prochainement" la production de pétrole, à hauteur de 100.000 barils par jour, mais avait demandé une aide internationale d'urgence.

Prié d'expliquer pourquoi les pays occidentaux mettaient du temps à débloquer l'aide promise, Tarhouni répond laconiquement: "Aucune idée (...). Je suis fatigué de leur demander".

 

BUDGET MIS AU POINT

"Nous ne produisons plus de pétrole à cause des dégâts. Je ne m'attends pas à ce que nous en produisions rapidement. Les raffineries n'ont plus de brut, donc elles ne fonctionnent plus", a-t-il poursuivi dans l'interview.

Reconnaissance internationale du CNT

Depuis le début du conflit le 15 février 2011, 45 pays ont reconnu le Conseil national de transition libyen (CNT) comme étant le "représentant unique et légitime du peuple libyen".

  • La France – 10 mars
  • Le Qatar – 28 mars
  • Les Maldives – 3 avril
  • L’Italie – 4 avril
  • Le Koweït – 4 avril
  • La Gambie – 22 avril
  • La Jordanie – 24 mai
  • Le Sénégal – 28 mai
  • Malte – 1er juin
  • L’Espagne – 8 juin
  • L’Australie – 9 juin
  • Les États-Unis – 9 juin
  • Les Émirats arabes unis – 12 juin
  • L’Allemagne – 13 juin
  • Le Canada – 14 juin
  • Le Panama - 14 juin
  • L'Autriche - 18 juin
  • La Lettonie - 20 juin
  • Le Danemark - 22 juin
  • La Bulgarie - 28 juin
  • La Croatie - 28 juin
  • La Turquie - 3 juillet
  • La Pologne - 7 juillet
  • Le Benelux (Belgique, Luxembourg, Pays-Bas) - 13 juillet
  • La Slovénie - 20 juillet
  • La Grande-Bretagne - 27 juillet
  • Le Portugal - 29 juillet
  • Le Monténégro - 21 juillet
  • Le Gabon - 12 août
  • La Tunisie - 21 août
  • L'Égypte - 22 août
  • Koweït - 22 août
  • Autorité palestinienne - 22 août
  • Maroc - 22 août
  • Bahreïn - 23 août
  • Norvège - 23 août
  • Nigeria - 23 août
  • Irak - 23 août
  • Liban - 23 août
  • Grèce -23 août
  • Burkina Faso - 24 août
  • Éthiopie - 24 août
  • Niger - 27 août
  • Togo - 27 août
  • Bénin - 27 août
  • Guinée - 28 août
  • Russie - 1er septembre

Prié de dire comment les autorités formées par les insurgés allaient pouvoir continuer à fonctionner, il a répondu: "Des gens sont morts pour cette révolution et d'autres continuent de mourir. Nous allons trouver une solution (pour collecter des fonds). Une chose est sûre: nous ne renoncerons jamais."

Ali Tarhouni a précisé que les insurgés avaient noué des contacts directs avec des compagnies étrangères en vue d'une future coopération. Il a cité notamment la française Total <TOTF.PA> et l'allemande Wintershall <BASFn.DE> en soulignant
qu'il n'avait aucun scrupule à discuter avec des entreprises ayant coopéré avec le régime de Mouammar Kadhafi.

"Nous avons besoin d'aide, nous disons que nous respectons tous les contrats. Mon seul ennemi, c'est Kadhafi et ses assassins et ses voyous", a-t-il dit. "En ce qui concerne les relations commerciales et les sociétés, je n'ai pas d'ennemis."

La Libye produisait 1,6 million de barils par jour (bpj) avant le conflit et en exportait 1,3 million. Les insurgés ont vendu leur premier tanker de pétrole brut à la compagnie
américaine de raffinage Tesoro <TSO.N> en avril, mais la production s'est arrêtée par la suite, à cause de problèmes de sécurité dans les champs pétrolifères.

Les autorités à la tête de l'insurrection, dit Tarhouni, ont établi un budget d'un montant de 3,6 milliards de dinars libyens (trois milliards de dollars). "Mais mes besoins, dans
l'immédiat, sont bien inférieurs à cela. Je pourrai faire avec ce que j'obtiendrai", dit-il.

Les dépenses des insurgés, a-t-il évalué, sont de l'ordre de 100 millions de dinars libyens (86 millions de dollars) par jour.

 

Première publication : 18/06/2011

  • LIBYE

    L'Allemagne reconnaît à son tour le Conseil national de transition

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Quand BHL gaffe sur les relations israélo-libyennes...

    En savoir plus

  • LIBYE

    Le colonel Kadhafi joue aux échecs à la télévision libyenne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)