Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Reportage : le pape François fait sa révolution au Vatican

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

SUR LE NET

La disparition du vol d'AirAsia bouleverse la Toile

En savoir plus

L'ENTRETIEN

RD Congo : enquête au cœur du parc des Virunga

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

La Suède : un modèle pour tous ? (partie 2)

En savoir plus

SUR LE NET

Des opérateurs indépendants au secours des campagnes françaises

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Il neige en hiver"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Disparition du vol AirAsia : un coup dur pour la compagnie low-cost

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Afghanistan : treize ans d'échecs"

En savoir plus

Asie - pacifique

Des milliers de Moudjahidine du peuple réunis en France demandent une protection pour Achraf

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/06/2011

Comme tous les quatre ans, des milliers d'opposants au régime islamique d'Iran se sont réunis dans la banlieue parisienne. Cette année, ils réclament particulièrement la protection du camp d'Achraf, au Nord de Bagdad.

AFP - Iran, Achraf, Azadi (liberté)", des dizaines de milliers de partisans des Moudjahidine du peuple ont célébré samedi près de Paris "30 ans de résistance" au régime iranien et réclamé une protection internationale de leur camp d'Achraf en Irak.

"Non, la résistance ne s'éteindra pas", a lancé à la foule en liesse leur leader Maryam Radjavi, devant de nombreuses personnalités comme l'ancien maire de New-York, Rudy Giuliani.

Venus de toute l'Europe, des Etats-Unis ou du Canada, ils étaient plusieurs dizaines de milliers, selon les organisateurs, vêtus de jaune dans un immense hall d'expositions à Villepinte, au nord de Paris, à acclamer Mme Radjavi en brandissant des ballons et drapeaux jaunes à son effigie.

Ce rendez-vous, qui a lieu tous les ans depuis 2004, avait cette année un caractère particulier pour les Moudjahidine après l'attaque début avril par l'armée irakienne de leur camp d'Achraf, au nord de Badgad, qui a fait 36 morts et plus de 300 blessés, selon le dernier bilan de l'organisation.

"Nous sommes ici pour défendre les droits des gens d'Achraf", a expliqué à l'AFP Fereshteh, 48 ans, exilée depuis 25 ans au Canada, qui vient chaque année "même si l'avion lui coûte 7.000 dollars avec ses quatre enfants".

Dans son discours, Maryam Radjavi a réclamé que des observateurs de l’ONU s’installent à Achraf.

"Nous demandons aux Etats-Unis et à l’Union européenne uniquement d’assurer la protection de ces observateurs. C’est la demande la plus minime pour protéger la vie des Moudjahidine d’Achraf", a demandé la présidente du Conseil national de la résistance iranienne (dont les Moudjahidine sont la principale composante), principal mouvement d'opposition extérieur au régime de Téhéran.

Déclarée hors-la-loi en 1981 par le régime islamiste au pouvoir à Téhéran, l'Organisation des Moudjahidine du peuple iranien (OMPI) a été accueillie quelques années plus tard en Irak, en pleine guerre contre l'Iran.

Quelque 3.400 personnes résident aujourd'hui dans le camp d'Achraf, qui a été désarmé après l'invasion des Etats-Unis et de ses alliés en Irak en 2003. Les Américains ont alors assuré la sécurité du camp avant de la transférer en 2009 aux forces irakiennes, dont les responsables entretiennent de très bonnes relations avec Téhéran.

"Les Etats-Unis ont une responsabilité pour avoir transféré la responsabilité de la protection d’Achraf. Car ils l’ont transférée à un gouvernement dont l’intention de réprimer les habitants était confirmée d’avance", a dénoncé Mme Radjavi.

A la tribune, animée par l'ancien membre du Congrès américain Patrick Kennedy, se sont succédé plusieurs personnalités, notamment l'ancien maire de New York, Rudy Giulani, ou l'ex-Premier ministre irlandais, John Bruton.

Rudy Giuliani a réclamé que l'OMPI soit retirée "immédiatement" de la liste noire des organisations terroristes aux Etats-Unis, comme cela a été fait par l'UE en 2009. Les Etats-Unis devraient prendre une décision à ce sujet dans moins de six mois, avait déclaré un responsable américain début mai.

Des élus locaux français étaient venus aussi apporter leur soutien.


Le Mouvement vert est-il de retour ?


Ils se sont en particulier réjoui du non-lieu qui vient d'être rendu par la justice française huit ans après une spectaculaire opération policière qui avait conduit à l'interpellation à Auvers-sur-Oise (commune du nord de Paris où est installé le QG des Moudjahidine) en juin 2003 de 164 militants, dont Mme Radjavi, "pour association en vue d'une entreprise terroriste".

"Ce dossier de conspiration s'est enfin effondré", s'est félicitée Mme Radjavi.

"J'ai entendu toute ma vie traiter de terroristes ceux qui résistent", a souligné le président d'honneur de la ligue française des droits de l'homme Henri Leclerc, présent aux côtés de l'ancien résistant Raymond Aubrac.

Première publication : 18/06/2011

COMMENTAIRE(S)