Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Père Noël habite en Chine"

En savoir plus

FRANCE

Viande contaminée : l'état des enfants hospitalisés "stable" ou en amélioration

Vidéo par France 3

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/06/2011

Le pronostic vital de l'un des enfants hospitalisés après avoir mangé des steaks suspectés de transmettre une bactérie E.coli présente "une légère amélioration". La souche bactérienne est différente de celle responsable de l'épidémie en Allemagne.

AFP - Sept enfants du nord de la France tombés malades - dont un dans un état grave -, après avoir consommé de la viande surgelée restaient hospitalisés samedi à Lille dans un état "stable" ou en amélioration, contaminés par une bactérie E.coli dont l'origine demeure inconnue.

Agés de 18 mois à huit ans, ces enfants, originaires du Nord et de l'Oise (BIEN du Nord et de l'Oise), sont soignés au CHU de Lille pour des diarrhées hémorragiques et des insuffisances rénales vraisemblablement liées à la consommation de steaks hachés surgelés contaminés par une bactérie E.coli.

Trois ont été placés sous dialyse péritonéale - dialyse qui élimine les déchets que les reins ne parviennent plus à épurer - et trois autres subissent des traitements plus légers. Leur état général est "stable" ou en nette amélioration, ont indiqué samedi les médecins au cours d'une conférence de presse.

Deux d'entre eux devraient d'ailleurs pouvoir rentrer chez eux dès lundi.

L'état de santé de l'enfant le plus sérieusement atteint, un petit garçon de deux ans originaire de l'Oise plongé dans le coma, a également montré une "légère amélioration" dans la nuit de vendredi à samedi, mais la situation reste préoccupante.

"Cet enfant a reçu un traitement un peu particulier, spécifique à cette maladie. C'est peut-être ce traitement qui commence à faire effet", a confié le professeur Francis Leclerc, chef du service de réanimation pédiatrique du CHU de Lille.

"Il est toujours dans le coma, mais un peu plus réactif", a-t-il affirmé, tout en soulignant que son coma était "essentiellement lié à sa maladie", et non à l'administration de sédatifs, synonyme de coma artificiel, contrairement à ce qu'avaient annoncé les médecins dans un premier temps.

Un huitième enfant, une fillette de 7 ans originaire de Valenciennes, a été hospitalisée vendredi soir pour des symptômes de contamination bactérienne.

Mais sa mère affirme qu'elle n'a pas mangé de steaks hachés surgelés. Elle ferait donc partie, d'après les médecins, des cas ordinaires habituellement enregistrés hors épidémie.

Selon l'Agence régionale de santé (ARS) du Nord-Pas-de-Calais, six des huit enfants hospitalisés présentent la même souche "E.coli 0157", distincte de la souche bactérienne "O104:H4" qui a fait 39 morts en Europe, dont 38 en Allemagne.

S'agissant des deux cas suspects évoqués vendredi par le ministre de la Santé Xavier Bertrand - un jeune adulte de Valenciennes et un enfant de dix ans de Marcq-en-Baroeul, près de Lille - les "résultats des analyses ne sont pas encore connus", a précisé Daniel Lenoir, directeur général de l'ARS.

La contamination serait due à des steaks hachés surgelés de marque "Steak Country" fabriqués par la société SEB, basée à Saint-Dizier (Haute-Marne), et distribués par les magasins Lidl.

Lidl France a rappelé samedi avoir procédé au retrait de la vente des steaks concernés et assuré que tous les produits à base de viande de la marque actuellement en vente dans ses magasins étaient "sains".

Selon le ministère de l'Agriculture, la viande incriminée se trouvait dans 13 lots d'un poids total de plus de 14 tonnes, fabriqués le 11 mai, et distribués dans plusieurs plateformes françaises : la plupart à Steenvoord dans le Nord (82%) et Rungis (12%).

Xavier Bertrand a prévenu que l'enquête destinée à déterminer les circonstances précises de la contamination était "complexe" mais a souhaité que ses conclusions soient connues "le plus rapidement possible".

Première publication : 19/06/2011

  • FRANCE

    E.coli : sept enfants hospitalisés après avoir mangé de la viande contaminée

    En savoir plus

  • SANTÉ

    Bactérie tueuse : des graines germées allemandes jugées responsables de l'épidémie

    En savoir plus

  • SANTÉ

    Les scientifiques peinent à percer le mystère des origines de la bactérie E.coli

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)