Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentat à l'aéroport d'Istanbul : 41 victimes, la Turquie pointe du doigt le groupe EI

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La sixième extinction : comment sauver les espèces ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Salia Sanou chorégraphie son désir d'horizons

En savoir plus

TECH 24

Viva Tech : Paris se rêve en capitale de l'innovation

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La Camargue dans le sillage de ses gardiens

En savoir plus

FOCUS

À Taïwan, la démocratie se conjugue au féminin

En savoir plus

MODE

Les collections masculines 2017 tentent d’égayer un monde traumatisé

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Boris Johnson "exécuté par le Brexit"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Mark Carney vole au secours de l'économie britannique

En savoir plus

Afrique

Accusée de la mort de civils dans un raid à Tripoli, l'Otan ouvre une enquête

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/06/2011

À Tripoli, des frappes de l'Otan auraient fait au moins neuf morts, dont cinq membres de la même famille, dans la nuit de samedi à dimanche, selon les autorités libyennes. L'Alliance atlantique a lancé une enquête sur ces allégations.

AFP - L'Otan a ouvert une enquête dimanche sur un bombardement à Tripoli qui, selon le régime libyen, a tué au moins neuf civils, dont cinq membres d'une même famille, après avoir reconnu la veille une bavure contre des forces rebelles dans le pays.

"L'Otan examine cette affaire", a déclaré le porte-parole Mike Bracken. "L'Otan menait des opérations à Tripoli la nuit dernière, procédant à des frappes aériennes contre une cible militaire légitime", a-t-il expliqué. Une autre source au sein de l'Otan avait auparavant précisé que les avions de l'Alliance atlantique avaient bien mené des raids sur Tripoli au cours des dernières 24 heures.

A Tripoli, le porte-parole du gouvernement libyen, Moussa Ibrahim, a déclaré à l'AFP que neuf personnes, dont cinq membres d'une même famille, avaient été tuées et dix-huit blessées dans un raid de l'Otan sur un quartier résidentiel de Tripoli, dans la nuit de samedi à dimanche.

"Le bilan s'élève maintenant à neuf martyrs, dont cinq de la même famille, et dix-huit blessés", a déclaré le porte-parole du régime libyen. "Les quatre autres personnes ont été tuées alors qu'elles passaient devant l'habitation au moment du raid", a-t-il précisé.

"L'Otan regrette profondément toute perte de vie civile au cours de cette opération et serait extrêmement désolée si les conclusions de l'enquête sur cet incident révélaient qu'il s'agissait d'une arme de l'Otan", a ajouté le porte-parole. Le porte-parole de l'Otan a souligné dans un communiqué que l'Alliance prenait "au sérieux toutes les informations sur des pertes civiles" et qu'elle "continuerait à examiner les allégations (sur ces pertes) pour déterminer leur authenticité".

Le dernier bilan officiel quotidien publié dimanche par l'Otan sur ses opérations indique qu'un bombardement de l'alliance a frappé samedi un centre de stockage de missiles sol-air à Tripoli, sans préciser quand exactement. Il mentionne aussi des frappes dans la région de Tripoli contre un centre de commandement et de contrôle du régime, deux dépôts de véhicules militaires, deux lanceurs de missiles sol-air, un lance-roquettes et quatre pièces d'artillerie.

Selon les autorités libyennes, un immeuble de deux étages, dans lequel résidaient cinq familles, a été détruit dans la nuit par un bombardement dans le quartier populaire d'Al-Arada, à l'est de Tripoli. Le porte-parole du régime libyen Moussa Ibrahim a accusé l'Alliance atlantique de commettre des "barbaries" en visant "délibérément des civils".

S'il se confirmait que l'Otan est responsable, il s'agirait de sa première bavure à Tripoli depuis le début de ses opérations. L'Alliance atlantique a pris le 31 mars les rênes de l'intervention internationale dans le pays, sous mandat de l'ONU, pour protéger la population civile de Mouammar Kadhafi.

Samedi, elle avait dû reconnaître avoir accidentellement frappé une colonne de véhicules des forces rebelles dans la région de Brega (est) le 16 juin. D'autres incidents du même type étaient déjà survenus dans le passé.

La colonne de véhicules militaires, comprenant des chars, a été identifiée dans une zone où les forces pro-Kadhafi venaient d'intervenir. Il a été considéré en conséquence qu'elle devait "être ciblée par les avions de l'Otan", a expliqué l'Otan.

Depuis le 4 juin, l'Alliance atlantique a recours à des hélicoptères français et britanniques pour mener des frappes plus précises que celles des avions, alors que, selon l'Otan, les forces pro-Kadhafi s'installent dans des zones civiles.

 

Première publication : 19/06/2011

  • LIBYE

    L'Otan se dit déterminée à intensifier ses opérations contre le régime de Kadhafi

    En savoir plus

  • LIBYE

    Une nouvelle fois, le colonel Kadhafi défie l'Otan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)