Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Afrique

Accusée de la mort de civils dans un raid à Tripoli, l'Otan ouvre une enquête

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/06/2011

À Tripoli, des frappes de l'Otan auraient fait au moins neuf morts, dont cinq membres de la même famille, dans la nuit de samedi à dimanche, selon les autorités libyennes. L'Alliance atlantique a lancé une enquête sur ces allégations.

AFP - L'Otan a ouvert une enquête dimanche sur un bombardement à Tripoli qui, selon le régime libyen, a tué au moins neuf civils, dont cinq membres d'une même famille, après avoir reconnu la veille une bavure contre des forces rebelles dans le pays.

"L'Otan examine cette affaire", a déclaré le porte-parole Mike Bracken. "L'Otan menait des opérations à Tripoli la nuit dernière, procédant à des frappes aériennes contre une cible militaire légitime", a-t-il expliqué. Une autre source au sein de l'Otan avait auparavant précisé que les avions de l'Alliance atlantique avaient bien mené des raids sur Tripoli au cours des dernières 24 heures.


A Tripoli, le porte-parole du gouvernement libyen, Moussa Ibrahim, a déclaré à l'AFP que neuf personnes, dont cinq membres d'une même famille, avaient été tuées et dix-huit blessées dans un raid de l'Otan sur un quartier résidentiel de Tripoli, dans la nuit de samedi à dimanche.

"Le bilan s'élève maintenant à neuf martyrs, dont cinq de la même famille, et dix-huit blessés", a déclaré le porte-parole du régime libyen. "Les quatre autres personnes ont été tuées alors qu'elles passaient devant l'habitation au moment du raid", a-t-il précisé.

"L'Otan regrette profondément toute perte de vie civile au cours de cette opération et serait extrêmement désolée si les conclusions de l'enquête sur cet incident révélaient qu'il s'agissait d'une arme de l'Otan", a ajouté le porte-parole. Le porte-parole de l'Otan a souligné dans un communiqué que l'Alliance prenait "au sérieux toutes les informations sur des pertes civiles" et qu'elle "continuerait à examiner les allégations (sur ces pertes) pour déterminer leur authenticité".

Le dernier bilan officiel quotidien publié dimanche par l'Otan sur ses opérations indique qu'un bombardement de l'alliance a frappé samedi un centre de stockage de missiles sol-air à Tripoli, sans préciser quand exactement. Il mentionne aussi des frappes dans la région de Tripoli contre un centre de commandement et de contrôle du régime, deux dépôts de véhicules militaires, deux lanceurs de missiles sol-air, un lance-roquettes et quatre pièces d'artillerie.

Selon les autorités libyennes, un immeuble de deux étages, dans lequel résidaient cinq familles, a été détruit dans la nuit par un bombardement dans le quartier populaire d'Al-Arada, à l'est de Tripoli. Le porte-parole du régime libyen Moussa Ibrahim a accusé l'Alliance atlantique de commettre des "barbaries" en visant "délibérément des civils".

S'il se confirmait que l'Otan est responsable, il s'agirait de sa première bavure à Tripoli depuis le début de ses opérations. L'Alliance atlantique a pris le 31 mars les rênes de l'intervention internationale dans le pays, sous mandat de l'ONU, pour protéger la population civile de Mouammar Kadhafi.

Samedi, elle avait dû reconnaître avoir accidentellement frappé une colonne de véhicules des forces rebelles dans la région de Brega (est) le 16 juin. D'autres incidents du même type étaient déjà survenus dans le passé.

La colonne de véhicules militaires, comprenant des chars, a été identifiée dans une zone où les forces pro-Kadhafi venaient d'intervenir. Il a été considéré en conséquence qu'elle devait "être ciblée par les avions de l'Otan", a expliqué l'Otan.

Depuis le 4 juin, l'Alliance atlantique a recours à des hélicoptères français et britanniques pour mener des frappes plus précises que celles des avions, alors que, selon l'Otan, les forces pro-Kadhafi s'installent dans des zones civiles.

 

Première publication : 19/06/2011

  • Twitter, source de renseignements pour l’OTAN en Libye

    En savoir plus

  • LIBYE

    L'Otan se dit déterminée à intensifier ses opérations contre le régime de Kadhafi

    En savoir plus

  • LIBYE

    Une nouvelle fois, le colonel Kadhafi défie l'Otan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)