Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Référendum en Italie : un scrutin à risque pour Matteo Renzi

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Présidentielle 2017 : la nouvelle donne.

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

PIB : la richesse se fait tirer le portrait

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

François Fillon est-il le "Thatcher français" ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Pascal Elbé

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le renoncement de François Hollande est-il un aveu d'échec ?

En savoir plus

FOCUS

Autriche : qui est Norbert Hofer, le nouveau visage du parti d'extrême droite ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hommage à Ousmane Sow, l'artiste des ethnies

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dix ans de France 24 : dans les coulisses de la chaîne

En savoir plus

Asie - pacifique

Un 62e soldat français tué par un tir d'insurgés en Kapisa

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/06/2011

Dans la région de Kapisa, un chasseur parachutiste français a été abattu samedi par un tir insurgé, ce qui porte le nombre de militaires français tués en Afghanistan à 62 depuis fin 2001.

AFP - Un soldat français, un chasseur parachutiste de 1ère classe, est décédé samedi en Afghanistan suite à un tir d'insurgés, a annoncé l'Elysée dans un communiqué, ce qui porte à 62 le nombre de militaires français morts dans ce pays depuis fin 2001.


"Au cours d'une opération en Kapisa, alors qu'il effectuait une mission de reconnaissance à pied, il a été mortellement blessé par un tir des insurgés", a précisé l'Elysée. Florian Morillon, 20 ans, faisait partie du régiment de Chasseurs Parachutistes de Pamiers (Ariège).

"Le président de la République présente à la famille et aux proches du soldat tué au combat ses plus sincères condoléances et s'associe à leur peine", a ajouté l'Elysée.

Le ministère de la Défense a précisé que l'accrochage avait eu lieu samedi après-midi dans le cadre de l'opération Endurance. Engagée au printemps, celle-ci vise notamment à maintenir en permanence deux compagnies - soit 200 à 300 hommes - au contact de la population, pour empêcher le retour des insurgés dans les zones de l'est du pays où sont déployées les troupes françaises.

Samedi, le jeune soldat a été immédiatement évacué et héliporté vers l’hôpital militaire de Kaboul où il est décédé des suites de ses blessures, a précisé le ministère.

Il était "déployé en Afghanistan depuis mi-mai 2011" après avoir servi au Gabon et en République centrafricaine.

Le chef de l'État "réaffirme son soutien au peuple afghan et aux autorités afghanes. Il exprime la détermination de la France à continuer d'oeuvrer au sein de la Force Internationale d'Assistance à la Sécurité. Cette force, mandatée par l'ONU, a reçu la mission de contribuer au retour de la stabilité, au rétablissement de la paix et au développement en Afghanistan".

De son côté, le Premier ministre François Fillon a présenté dans un communiqué "ses plus sincères condoléances à la famille et aux proches du soldat décédé".

"Il tient à saluer solennellement le dévouement et le professionnalisme de nos unités engagées en Afghanistan qui oeuvrent quotidiennement au service de la paix et de la sécurité, et à les assurer du soutien du gouvernement.

 

Première publication : 19/06/2011

  • AFGHANISTAN

    Une caserne de police visée par un attentat kamikaze à Kaboul

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Les États-Unis négocient avec les Taliban

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    Avec 368 personnes tuées, le mois de mai a été le plus meurtrier depuis 2007

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)