Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

La mode de 2014 marquée par une douce révolution et une prise de conscience des créateurs.

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

EUROPE

La zone euro prête à verser de nouvelles aides sous conditions

Vidéo par Axelle SIMON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/06/2011

Les ministres des Finances de la zone euro se sont accordés sur le versement d'une nouvelle tranche du prêt de 110 milliards d'euros destiné à la Grèce, tout en le conditionnant à l'adoption d'un nouveau plan d'austérité par le Parlement.

AFP - La zone euro a ouvert la voie dans la nuit de dimanche à lundi au versement d'une nouvelle tranche de prêts à la Grèce d'ici mi-juillet, mais sous conditions, et a trouvé un accord sur les modalités de la participation du secteur privé à un deuxième plan d'aide.

Les mesures prises en Grèce, et notamment l'adoption prochaine par son Parlement d'un nouveau plan d'austérité et de privatisations, "ouvriront la voie au versement d'ici mi-juillet" d'une prochaine tranche de prêts, ont indiqué les ministres des Finances de la zone euro dans un communiqué publié à l'issue d'une réunion d'environ sept heures à Luxembourg.

Ce versement entre dans le cadre des 110 milliards d'euros de prêts sur trois ans promis à Athènes l'an dernier par les Européens et le FMI. La Grèce en a besoin de manière urgente, pour remplir ses obligations à court terme.

"La grogne sociale se durcit en Grèce"

"Nous avons rappelé avec force que le gouvernement grec, d'ici la fin du mois, doit faire en sorte que nous soyons convaincus que toutes les obligations des autorités grecques auront été remplies", a toutefois prévenu le chef de file des ministres des Finances de la zone euro, Jean-Claude Juncker, en sortant de la réunion.

"Pour prendre la décision (sur le déblocage des prêts) début juillet, nous aurons besoin d'avoir la décision du Parlement grec" sur le plan d'austérité et de privatisations, lui a fait écho le ministre belge des Finances, Didier Reynders.

Les ministres ont par ailleurs progressé sur la forme que devrait prendre la participation des banques et autres créanciers privés de la Grèce à un deuxième plan d'aide, nécessaire pour éviter la faillite à plus long terme du pays, car le premier s'avère insuffisant.

Cette participation, exigée notamment par Berlin, est l'un des points les plus sensibles car il faut éviter que cela soit assimilé à un défaut de paiement d'Athènes, qui pourrait créer une panique sur le marché et un effet domino dans d'autres pays de la zone euro.

La dette grecque

Les "paramètres principaux d'une nouvelle stratégie de financement claire" devraient être définis "d'ici début juillet", indiquent les ministres dans leur communiqué.

Mais d'ores et déjà, "les ministres se sont mis d'accord sur le fait que les financements additionnels nécessaires seront financés à la fois par des sources officielles et privées".

Ils "saluent l'objectif d'une implication volontaire du secteur privé sous la forme de roll-overs informels et volontaires de la dette grecque existante arrivée à maturité", ajoutent-il.

Le "debt roll-over" désigne, en jargon financier, le fait que les créanciers, quand leurs prêts arrivent à maturité, les remplacent par d'autres de même montant.

Les ministres soulignent que cette opération devrait représenter un apport "substantiel" au programme grec "tout en évitant un défaut (de paiement) sélectif" du pays.

Première publication : 20/06/2011

  • GRÈCE

    Papandréou envisage un référendum sur les réformes pour contrer la crise

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Sarkozy et Merkel affichent leur unité sur le dossier grec

    En savoir plus

  • Crise grecque : la faillite de l'euro ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)