Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FACE À FACE

Macron et les banlieues : une vision libérale ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Un archevêque australien condamné pour avoir couvert un pédophile"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Les marchés financiers inquiets pour l'Italie

En savoir plus

L’invité du jour

Marc Hecker : "Il faut faire plus sur la prévention de la radicalisation"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Mark Zuckerberg: "Opération contrition"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Opération antiterroriste au Burkina Faso : trois "présumés jihadistes" abattus

En savoir plus

LE DÉBAT

Banlieues en France : Macron annonce une "nouvelle méthode"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Hubert Védrine : "L'objectif de Trump est de renverser le régime iranien"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Hubert Védrine : "Le populisme c'est l'échec des élites"

En savoir plus

Asie - pacifique

Le Parlement iranien bloque la fusion des ministères du Pétrole et de l'Énergie

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/06/2011

Le Majlis, dominé par les conservateurs religieux opposés au président Mahmoud Ahmadinejad (photo), a rejeté un projet de loi de la présidence visant à intégrer le ministère du Pétrole à celui de l'Énergie.

AFP - Le Parlement iranien a rejeté un projet du président Mahmoud Ahmadinejad de fusionner le ministère stratégique du Pétrole et celui de l'Energie, a indiqué mardi le site officiel de la chambre.

"La fusion des deux ministères a été annulée et ne figure plus à l'agenda du gouvernement", selon ce site, qui cite Hossein Sobhani-Nia, un responsable au Parlement dominé par les conservateurs religieux qui sont opposés au président Ahmadinejad.

Selon ce parlementaire, la décision a été prise par un sous-comité formé de représentants du gouvernement et du Parlement qui a abouti à "la conclusion que le ministère du Pétrole doit rester indépendant en raison de son importance".

M. Ahmadinejad avait décidé d'intégrer le ministère de Pétrole à celui de l'Energie et la fusion d'autres ministères pour réduire la taille du gouvernement. Il s'était engagé à réduire à 17 le nombre de ses ministères contre 21 jusqu'alors, dans le cadre du 5e plan quinquennal 2010/2015.

Le président iranien et son entourage sont soumis depuis deux mois à de violentes critiques des conservateurs religieux qui leur reprochent notamment de contester l'autorité du Guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei.

Depuis, les attaques contre le camp présidentiel et les décisions de l'exécutif sont quasi-quotidiennes, en dépit de plusieurs appels au calme lancés par l'ayatollah Khamenei qui a demandé à ses partisans de laisser le gouvernement "faire son travail".

Première publication : 21/06/2011

  • IRAN

    Le président Ahmadinejad renonce au ministère du Pétrole

    En savoir plus

  • IRAN

    La présidence et le Parlement s’écharpent pour prendre le contrôle du pétrole

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)