Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

EUROPE

44 morts dans l'accident d'un Tupolev en Carélie

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/06/2011

Pris dans le mauvais temps, un avion de la compagnie RusAir transportant 52 personnes a tenté - en vain - un atterrissage d'urgence sur une autoroute, dans le nord-ouest de la Russie, lundi. Au moins 44 personnes ont été tuées dans l'accident.

AFP - Quarante-quatre personnes, dont plusieurs citoyens étrangers, ont trouvé la mort lundi soir dans l'accident d'un Tupolev-134, un moyen-courrier qui aurait tenté un atterrissage d'urgence par mauvais temps sur une route de Carélie dans le nord-ouest de la Russie.

Le bi-réacteur de la compagnie RusAir, qui avait décollé à 22H30 locales de Moscou, tentait d'atterrir peu avant minuit à l'aéroport de Petrozavodsk, la capitale de cette république russe limitrophe de la Finlande, lorsqu'il s'est écrasé sur une route voisine.

"Quarante-quatre personnes ont perdu la vie et huit ont été blessées", a indiqué le ministère des Situations d'urgence.

Selon les informations officielles, 52 personnes au total se trouvaient à bord, 43 passagers et neuf membres d'équipage.

Les huit survivants de la catastrophe ont été hospitalisés, tous pour des brûlures. Sept d'entre eux sont "dans un état extrêmement grave", a déclaré une porte-parole du ministère des Situations d'urgence, Irina Andrianova, à RIA Novosti. Un enfant de 9 ans, Anton Terekhine, figure parmi eux.

Les corps des victimes ont été éparpillés sur l'autoroute, a indiqué une source aéronautique à l'agence Interfax.

"La scène est horrible. C'est un carnage. Les corps jonchent le macadam", a déclaré cette source.

La télévision NTV a montré mardi matin des images de fragments de l'avion carbonisés, éparpillés sur une autoroute. Une voiture se trouverait coincée sous la carlingue avec peut-être un occupant.

La chaîne a montré les images filmées sur son téléphone portable par un automobiliste qui se trouvait sur place dans la nuit : un gigantesque brasier flambant dans la nuit.

Un homme qui se trouvait sur les lieux a raconté à la chaîne comment avec son père il avait sauvé de l'incendie plusieurs victimes vivantes.

Un Suédois, un Néerlandais et deux Ukrainiens sont sur la liste des morts ainsi qu'une famille de quatre personnes ayant les nationalités russe et américaine, selon le ministère russe des Situations d'urgences.

Le nom de l'arbitre de football Vladimir Pettaï, 38 ans, qui jugeait depuis 2003 les matches de la Première League russe, et est devenu en 2010 arbitre de la Fifa, figure parmi les morts de la catastrophe.

Les informations étaient dans un premier temps contradictoires sur les causes de la catastrophe.

Selon de premières informations données dans la nuit, l'appareil, en service depuis 31 ans, a tenté de se poser sur l'autoroute, faute d'avoir pu se poser à l'aéroport de Petrozavodsk.

L'accident a pu être provoqué par les mauvaises conditions météorologiques, a estimé le directeur de l'aéroport de Petrozavodsk, Alexeï Kouzmitski, cité par Interfax. La pluie tombait et un épais brouillard recouvrait la région au moment de l'atterrissage du Tupolev.

Le directeur-adjoint de la commission nationale (MAK) chargé des enquêtes sur les accidents, Alexei Morozov, cité par Itar-Tass, a estimé que l'accident pourrait être dû à une panne des systèmes d'aide à l'atterrissage de l'aéroport.

Mais selon un responsable de la sécurité civile de Carélie, Nikolaï Fedotov, cité par Itar-Tass, l'avion, qui aurait effectué sa descente sur un axe erroné, a pu couper lui-même l'alimentation des feux en accrochant une ligne électrique, et se serait écrasé sur la route voisine.

Les deux boîtes noires de l'appareil ont été retrouvées, selon Interfax. Le Tupolev 134 est un avion de 70 à 90 places selon les versions, produit à 850 exemplaires entre 1966 et 1984 en Union soviétique.

Cet accident est l'un des plus meurtriers de ces dernières années pour l'aéronautique russe, après celui d'un Tupolev 154 de la compagnie russe Poulkovo qui s'était écrasé en Ukraine en 2006, provoquant la mort de 170 personnes.

Première publication : 21/06/2011

COMMENTAIRE(S)