Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande solidaire avec Netanyahou

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne avance vers Donetsk, toujours aux mains des pro-russes

    En savoir plus

  • Lancement de la “première application de télékinésie pour Google Glass"

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Un raid israélien tue neuf spectateurs de la demi-finale du Mondial à Gaza

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • "Gaza est sur le fil du rasoir", l’ONU appelle à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

  • "Le gouvernement de Netanyahou instrumentalise l’assassinat des trois Israéliens"

    En savoir plus

Moyen-orient

Le discours d'Al-Assad provoque colère et inquiétude chez les réfugiés syriens

©

Vidéo par Chawki MALEK , Julien SAUVAGET , Jérôme BASTION , Eve IRVINE

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 21/06/2011

Ces dernières semaines, quelque 11.000 Syriens auraient fui vers la Turquie pour échapper à la répression du mouvement de contestation. Reportage à la frontière turco-syrienne, où réfugiés et dissidents s’organisent.

Les réfugiés syriens continuent d'affluer à la frontière entre la Syrie et la Turquie. Ils seraient déjà près de 11 000, selon des sources officielles turques, à s’abriter sous des tentes de fortune plantées dans de grands vergers. Le camp dans lequel les envoyés spéciaux de FRANCE 24 ont pu se rendre est situé en territoire syrien, mais les réfugiés qui s'y entassent ont hissé un drapeau turc, dans l’espoir de semer le trouble dans l’esprit des soldats de Bachar al-Assad s'ils parviennent jusque-là.

Lundi, les hommes du camp se sont rassemblés autour d’un petit poste de télévision pour suivre avec attention la retransmission du discours du chef de l'État, le troisième depuis le début du mouvement de contestation du régime, il y a trois mois. Les annonces faites par le président syrien - la fin de l’hégémonie du parti Baas et sa détermination à faire cesser le "chaos" de la contestation -, sont accueillies aux cris de "menteur, menteur".

"Nous n'avons nulle part où aller"

Un réfugié laisse ainsi éclater sa colère : "Ma réaction est la même que celle de tous les Syriens. Il n'y a rien de nouveau dans ce discours. Il n'y a rien de concret dans ces mots". Comme beaucoup de réfugiés, celui-ci est furieux, mais aussi effrayé. La grande majorité des personnes qui acceptent de témoigner préfèrent le faire anonymement.

En acceptant de parler à visage découvert, Jamil Saïeb fait, lui, figure d'exception. Cet économiste de 45 ans tente d’unifier l’opposition syrienne. Il est le porte-parole d’un groupe d'opposants : "Nous voulons unifier l'opposition syrienne parce que, pour le moment, elle est divisée. Nous voulons nous réunir et former un Conseil national pour donner une légitimité à la révolution..."

Pendant ce temps, les réfugiés continuent d’arriver et les situations d’urgence se multiplient : "Mes enfants sont tous malades, tout comme ma femme. Nous n'avons pas de maison, nulle part où aller et nous ne pouvons pas rentrer chez nous", explique un homme, un enfant sur la hanche. "Tous disent que s’ils rentrent chez eux, ils se feront tuer", rapporte Julien Sauvaget, l'un des envoyés spéciaux de FRANCE 24 à la frontière turque.

S’ils sont trop effrayés pour rentrer chez eux, la plupart des réfugiés syriens qui ont pris la direction de la Turquie ne sont cependant pas encore prêts à abandonner leur pays. "Beaucoup restent en Syrie parce qu’ils ont peur de ne jamais pouvoir y revenir", conclut Julien Sauvaget.

Première publication : 21/06/2011

  • SYRIE

    Al-Assad promet élections et réformes une fois le calme revenu

    En savoir plus

  • SYRIE

    L'opposition appelle à poursuivre la mobilisation contre le régime

    En savoir plus

  • SYRIE

    Des opposants créent un "Conseil national" pour faire face à Al-Assad

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)