Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Jeannette Bougrab : "Ma mère a réussi à briser cette malédiction de naître femme"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'industrie du futur : le plan d'Emmanuel Macron pour moderniser la France

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Asie du sud-est : la tragédie des Rohingyas

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Les jihadistes consolident leurs positions en Irak et en Syrie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Athènes menace de ne pas rembourser le FMI en juin

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La Grèce, la brute et le truand"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Festival de Cannes : "Ne boudons pas notre fierté"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Huppert et Depardieu dans "Valley of love"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'Irlande prête à dire "Oui" au mariage gay ?

En savoir plus

FRANCE

Mise en examen requise pour Georges Tron

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/06/2011

Le parquet d'Evry a requis une mise en examen de Georges Tron pour viols et agressions sexuelles en réunion. De son côté, l'ex-secrétaire d'État à la Fonction publique conteste toute relation sexuelle, même consentie, avec les plaignantes.

AFP - Le parquet d'Evry a requis contre l'ancien ministre Georges Tron une mise en examen pour viols et agressions sexuelles en réunion par personne ayant autorité, assortie d'un placement sous contrôle judiciaire, a annoncé mercredi le procureur d'Evry, Marie-Suzanne Le Quéau.
              
Pour l'adjointe à la Culture à la mairie de Draveil, Brigitte Gruel, la magistrate a réclamé une mise en examen pour viols et agressions sexuelles, avec la commission des faits en réunion pour seule circonstance aggravante.
              
"J'ai demandé à ce qu'ils n'entrent pas en contact avec les victimes, mais également avec un certain nombre de personnes qui ont été entendues dans le cadre de l'enquête préliminaire", a détaillé Mme Le Quéau, évoquant notamment "des employés de la municipalité" de Draveil.
              
"Je ne demande pas à ce que M. Tron ne puisse pas se rendre à Draveil ou à la mairie, je demande simplement qu'il y ait une organisation pour qu'il ne rencontre pas les témoins entendus dans le cadre de l'enquête préliminaire", a précisé le procureur.
              
Georges Tron et Brigitte Gruel doivent maintenant être présentés dans la soirée à deux magistrats instructeurs.
              
S'ils devaient être mis en examen, un juge des libertés et de la détention se prononcerait ensuite sur un éventuel placement en détention provisoire, que le parquet n'a donc pas réclamé, ou des mesures de contrôle judiciaire.
              
Mme Le Quéau a toutefois prévenu que toute mesure de contrainte, détention provisoire ou contrôle judiciaire se heurterait à l'immunité parlementaire de Georges Tron dès que celui-ci sera redevenu député de plein exercice, le 29 juin, un mois après sa démission de ses fonctions de secrétaire d'Etat à la Fonction publique.
              
S'ils voulaient prolonger un éventuel contrôle judiciaire, les juges devraient alors "saisir le bureau de l'Assemblée nationale" pour lui demander une levée de l'immunité, a expliqué Mme Le Quéau.
              


             
 

Première publication : 22/06/2011

  • FRANCE

    Un ex-collaborateur de Georges Tron confirme le témoignage d'une plaignante

    En savoir plus

  • FRANCE

    Accusé de harcèlement sexuel, Georges Tron quitte le gouvernement

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)