Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Et si le Royaume-Uni restait..."

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Inquiétudes sur le projet de loi antiterroriste

En savoir plus

POLITIQUE

Gouvernement Philippe II : derrière la technique, la politique

En savoir plus

FOCUS

Soudan du Sud : la guerre civile vue de l'intérieur

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le Puy du Fou, 40 ans de voyage dans le temps

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Chapeau bas, Queen Élisabeth !"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Bayrou out : pas de quartiers"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Gloire et décadence de Travis Kalanick, patron d'Uber

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Démission forcée du PDG d'Uber : quelles conséquences pour le groupe ?

En savoir plus

Moyen-orient

Damas accuse l'Union européenne de vouloir "semer le chaos"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/06/2011

Le ministre syrien des Affaires étrangères, Walid Mouallem, a affirmé que les sanctions de l'UE, comme toute forme d'ingérence, s'apparentaient à une "guerre". Il a également appelé Ankara à revoir "sa position" sur les évènements en Syrie.

AFP - Le ministre syrien des Affaires étrangères Walid Mouallem a affirmé mercredi que son pays, en proie depuis la mi-mars à un mouvement de contestation du régime du président Bachar al-Assad, rejetait "toute ingérence" dans ses affaires intérieures.

"Nous rejetons toute ingérence étrangère. Nous (les Syriens) pourrons parvenir à des dénominateurs communs en dépit des divergences des points de vue. Personne à l'extérieur (de la Syrie) ne doit nous imposer son point de vue", a dit le ministre lors d'une conférence de presse à Damas.

Il a ainsi accusé son homologue français Alain Juppé d'avoir des "illusions colonialistes". "M. Juppé vit toujours dans les illusions de l'époque coloniale française. Il n'aura aucune influence dans les affaires syriennes", a-t-il dit.

Le ministre syrien a aussi démenti que son pays recevait l'aide de l'Iran ou du Hezbollah libanais contre les manifestants qui contestent le régime du président Assad.

La répression a fait depuis le 15 mars plus de 1.300 morts parmi les civils et entraîné l'arrestation de plus de 10.000 personnes, selon des ONG syriennes. Elle a aussi poussé à l'exode des milliers de Syriens vers la Turquie et le Liban.

M. Mouallem a d'autre part déclaré que son pays souhaitait "les meilleurs relations avec la Turquie" et que les responsables turcs "revoient leur position" sur les évènements en Syrie.

"Nous sommes attachés aux meilleurs relations avec la Turquie avec laquelle nous partageons plus de 850 km. Nous ne voulons pas anéantir des années d'efforts déployés pour établir des relations privilégiées. Je souhaite qu'ils revoient leur position", a-t-il dit.

"Nous considérerions des sanctions comme un acte de guerre"

La Turquie, qui a accueilli plus de 10.500 réfugiés syriens, a estimé que M. Assad aurait dû s'engager d'une manière "beaucoup plus claire et nette" sur les réformes.

"Il faut lire entre les lignes dans son discours. Il faudrait qu'il dise haut et fort d'une manière claire et nette: (...) +Nous passons au système pluraliste, nous allons organiser des élections démocratiques conformes aux normes internationales+", a indiqué lundi le président Abdullah Gül au lendemain d'un discours du président Assad.

La Turquie fournit également de l'aide humanitaire aux déplacés du côté syrien de la frontière.

Dans son discours à l'Université de Damas, le président Assad a appelé les Syriens réfugiés en Turquie à rentrer au pays, tout en prévenant: "Il est du devoir de l'Etat de poursuivre les saboteurs, il n'y a pas de solution politique avec ceux qui ont porté les armes".

Des opposants syriens se trouvent dans la zone frontalière, où ils ont annoncé dimanche avoir formé un "Conseil national" pour tenter de faire chuter le régime d'Assad.

M. Mouallem a aussi affirmé que son pays envisageait de suspendre sa participation à l'Union pour la Méditerranée.

Ce forum de coopération entre l'Union européenne et les pays du sud de la Méditerranée dont Israël, était l'un des grands projets de Nicolas Sarkozy à son arrivée à la présidence française en 2007. Il est aujourd'hui moribond, en grande partie à cause de la paralysie du processus de paix israélo-palestinien.

.


 

Première publication : 22/06/2011

  • SUR LES OBSERVATEURS

    Réactions au discours de Bachar al-Assad : "Il fait des promesses parfaitement irréalisables"

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    Le discours d'Al-Assad provoque colère et inquiétude chez les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • SYRIE

    L'opposition appelle à poursuivre la mobilisation contre le régime

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)