Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Ibrahim al-Jaafari, ministre irakien des Affaires étrangères

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Combien de rêves naufragés?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève se durcit

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Blues au PS"

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

  • Les députés ukrainiens appelés à ratifier l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Deuxième grand oral pour le Premier ministre Manuel Valls

    En savoir plus

  • Ebola : Obama prévoit d'envoyer 3 000 militaires en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

Asie - pacifique

Les Taliban relativisent l'annonce du retrait américain

Vidéo par Alice DARFEUILLE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/06/2011

Annoncé dans la nuit de mercredi à jeudi par le président Barack Obama, le retrait progressif des soldats américains déployés en Afghanistan n'est qu'un "acte symbolique" et insuffisant, ont commenté les Taliban.

AFP - Les talibans ont relativisé jeudi le début de retrait militaire américain d'Afghanistan annoncé par le président Barack Obama, n'y voyant qu'un acte "symbolique" et insuffisant, dans un communiqué envoyé à l'AFP.

M. Obama avait annoncé quelques heures plus tôt le retrait d'ici à l'été 2012 du tiers des forces américaines stationnées en Afghanistan, soit 33.000 hommes, dont 10.000 cette année, décision justifiée selon lui par les revers infligés à Al-Qaïda dix ans après l'invasion du pays.

"Il va y avoir un changement de stratégie sur le terrain"

Dans leur communiqué, les talibans "considèrent cette annonce de retrait de 10.000 hommes cette année comme un acte uniquement symbolique qui ne satisfera ni la communauté internationale ni le peuple américain, lassés par la guerre".

Les talibans répètent que seul un "retrait immédiat d'Afghanistan de toutes les forces internationales" permettra de mettre fin au conflit et que leurs lutte armée "va encore gagner en intensité" d'ici là.

Ils accusent également les Etats-Unis d'avoir "donné plusieurs fois de faux espoirs de fin de la guerre à leur nation en annonçant une victoire sans aucun fondement".

Les talibans dénoncent également le "manque de respect" de Barack Obama envers ceux qui réclament la fin du conflit, en dénonçant notamment les négociations en cours entre Washington et son allié du gouvernement afghan d'un accord de partenariat stratégique de long terme, une alliance qui ne fera que nourrir le conflit, selon les rebelles.

Les rebelles n'y mentionnent aucun contact avec les Américains en vue d'un futur plan de paix, comme cela a été évoqué ces derniers jours par le président afghan Hamid Karzaï et le secrétaire américain à la Défense Robert Gates.

Barack Obama a opté pour un début de retrait plus rapide que celui préconisé par ses commandants militaires, mais qui laissera encore plus de 65.000 soldats américains en Afghanistan à l'approche de l'élection présidentielle de novembre 2012, à laquelle il est candidat.

Les effectifs qui auront quitté l'Afghanistan à l'été 2012 correspondent au nombre de renforts que le président américain avait décidé d'envoyer dans le pays en décembre 2009.

Selon M. Obama, ces renforts auront rempli leur mission de briser l'élan des talibans et d'empêcher Al-Qaïda de s'implanter à nouveau.

Ce constat n'est guère partagé par nombre d'experts du dossier afghan qui soulignent au contraire que la rébellion menée par les talibans a gagné du terrain ces dernières années.

Le sommet de l'Otan à Lisbonne fin 2010 a entériné le principe d'un transfert des responsabilités en matière de sécurité aux forces afghanes en 2014. Mais leur capacité à prendre le relais des forces internationales reste problématique et le gouvernement afghan est critiqué pour sa faiblesse et sa corruption.

Première publication : 23/06/2011

  • AFGHANISTAN

    Obama dévoile le calendrier de retrait des troupes américaines

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    L'ouverture de négociations avec les Taliban ne fait pas l'unanimité au sein de la population

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)