Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Classement des personnalités influentes : 10 africains dans le palmarès du Time magazine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Où s'arrêtera Poutine ?

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Crise en Ukraine : l'escalade à l'est jusqu'où ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

En savoir plus

SUR LE NET

Opération ratée de la police de New York sur Twitter

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sean Lennon dans les pas de son père

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : peine de mort et réglementation

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Michel Platini : "pas sûr que le PSG respecte le fair play financier"

En savoir plus

  • De la guerre civile aux portes de Paris, parcours de réfugiées syriennes

    En savoir plus

  • Des soldats russes sur le pied de guerre à la frontière ukrainienne

    En savoir plus

  • Accord Hamas-Fatah : Israël suspend les négociations de paix

    En savoir plus

  • Présidentielle syrienne : deux candidats face à Bachar al-Assad

    En savoir plus

  • Vidéo : les ouvriers du textile au Bangladesh toujours en danger

    En savoir plus

  • Abdoulaye Wade bloqué au Maroc, confusion sur son retour à Dakar

    En savoir plus

  • RD Congo : près de 50 morts dans un accident de train

    En savoir plus

  • Les dessous des résultats record d’Apple

    En savoir plus

  • Ségolène Royal dément avoir interdit les décolletés dans son ministère

    En savoir plus

  • Impression 3D : dix maisons construites en 24 heures à Shanghaï

    En savoir plus

  • Premières pistes pour mettre fin au conflit entre VTC et taxis

    En savoir plus

  • Le rappeur Rohff mis en examen et incarcéré pour violences

    En savoir plus

  • Au Caire, le voile de la discorde

    En savoir plus

  • Le patron de la F1 Bernie Ecclestone jugé pour corruption

    En savoir plus

  • Au moins trois médecins américains tués dans un hôpital de Kaboul

    En savoir plus

  • Les îles Senkaku "couvertes" par le traité de défense américano-japonais

    En savoir plus

  • Platini doute que le PSG respecte le fair-play financier

    En savoir plus

  • Le président colombien rétablit le maire de Bogota dans ses fonctions

    En savoir plus

Asie - pacifique

Les Taliban relativisent l'annonce du retrait américain

©

Vidéo par Alice DARFEUILLE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/06/2011

Annoncé dans la nuit de mercredi à jeudi par le président Barack Obama, le retrait progressif des soldats américains déployés en Afghanistan n'est qu'un "acte symbolique" et insuffisant, ont commenté les Taliban.

AFP - Les talibans ont relativisé jeudi le début de retrait militaire américain d'Afghanistan annoncé par le président Barack Obama, n'y voyant qu'un acte "symbolique" et insuffisant, dans un communiqué envoyé à l'AFP.

M. Obama avait annoncé quelques heures plus tôt le retrait d'ici à l'été 2012 du tiers des forces américaines stationnées en Afghanistan, soit 33.000 hommes, dont 10.000 cette année, décision justifiée selon lui par les revers infligés à Al-Qaïda dix ans après l'invasion du pays.

"Il va y avoir un changement de stratégie sur le terrain"

Dans leur communiqué, les talibans "considèrent cette annonce de retrait de 10.000 hommes cette année comme un acte uniquement symbolique qui ne satisfera ni la communauté internationale ni le peuple américain, lassés par la guerre".

Les talibans répètent que seul un "retrait immédiat d'Afghanistan de toutes les forces internationales" permettra de mettre fin au conflit et que leurs lutte armée "va encore gagner en intensité" d'ici là.

Ils accusent également les Etats-Unis d'avoir "donné plusieurs fois de faux espoirs de fin de la guerre à leur nation en annonçant une victoire sans aucun fondement".

Les talibans dénoncent également le "manque de respect" de Barack Obama envers ceux qui réclament la fin du conflit, en dénonçant notamment les négociations en cours entre Washington et son allié du gouvernement afghan d'un accord de partenariat stratégique de long terme, une alliance qui ne fera que nourrir le conflit, selon les rebelles.

Les rebelles n'y mentionnent aucun contact avec les Américains en vue d'un futur plan de paix, comme cela a été évoqué ces derniers jours par le président afghan Hamid Karzaï et le secrétaire américain à la Défense Robert Gates.

Barack Obama a opté pour un début de retrait plus rapide que celui préconisé par ses commandants militaires, mais qui laissera encore plus de 65.000 soldats américains en Afghanistan à l'approche de l'élection présidentielle de novembre 2012, à laquelle il est candidat.

Les effectifs qui auront quitté l'Afghanistan à l'été 2012 correspondent au nombre de renforts que le président américain avait décidé d'envoyer dans le pays en décembre 2009.

Selon M. Obama, ces renforts auront rempli leur mission de briser l'élan des talibans et d'empêcher Al-Qaïda de s'implanter à nouveau.

Ce constat n'est guère partagé par nombre d'experts du dossier afghan qui soulignent au contraire que la rébellion menée par les talibans a gagné du terrain ces dernières années.

Le sommet de l'Otan à Lisbonne fin 2010 a entériné le principe d'un transfert des responsabilités en matière de sécurité aux forces afghanes en 2014. Mais leur capacité à prendre le relais des forces internationales reste problématique et le gouvernement afghan est critiqué pour sa faiblesse et sa corruption.

Première publication : 23/06/2011

  • AFGHANISTAN

    Obama dévoile le calendrier de retrait des troupes américaines

    En savoir plus

  • AFGHANISTAN

    L'ouverture de négociations avec les Taliban ne fait pas l'unanimité au sein de la population

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)